jeudi 12 mars 2020

BERNARD PERROY...Extrait

Posté par emmila à 18:33 - - Commentaires [1] - Permalien [#]
Tags : , , , ,

jeudi 12 mars 2020

PAT RYCKEWAERT...Extrait

Tu voudrais la pluie douce sur tes lèvresla terre sous tes pieds, épaisse et tendre la pourrissure aussi à coller un peu à la peauà faire la vie quelque chose qui te rappelle d’où tu viensle jour à peine écrit les premières sueurs du printempset le pollen des mots. Tu voudrais te sentir vibrante en dedanslà où ça respire, là où ça veut l’effervescence et l’envietous les sursauts. Habiter le naissant du mondesans jamais en connaître la fin.     .     PAT RYCKEWAERT     .   Oeuvre... [Lire la suite]
Posté par emmila à 09:45 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , , ,
mercredi 11 mars 2020

SUR L'ALTAS DES MOTS...EXTRAIT

Aucune tempête n'interdiraLa houle des rêvesIl y a toujours quelques fleursLà où rien ne pousseIl y a toujours un peu de bleuPour les pirogues venues d'ailleursElles sont venues de très loinDe derrière les dunesEmbarquant des femmesAux lèvres carminUne brindille d'espoirDans les fagots du cœur     .     ©Ahmed El Fazazi Collection «Les 4 saisons» Z4 éditions/Février 2020     .  
mercredi 11 mars 2020

LA MAISON PRES DE LA MER...Extrait

 ... Ne me parlez pas du rossignol ni de l’alouetteni même de la petite bergeronnettequi trace dans la lumière des chiffres avec sa queue.Je ne sais pas grand-chose des maisons :je sais qu’elles ont du caractère, c’est tout.Neuves au début, comme les bambinsQui jouent dans les jardins avec les franges du soleil,elles brodent sur le jour des persiennes coloréeset des portes luisantes.Quand l’architecte a fini, elles changent,Elles se rident, ou sourient ; ou encore boudentceux qui sont restés, ceux qui sont partisd’autres qui... [Lire la suite]
mercredi 11 mars 2020

LA TRAPPE DU MONDE

Faute de nom un non attend le nouveau-né innocemment tombé dans la trappe du monde.De sommeil en sommeil, il efface l’horreur,il s’efface en douceur dans d’étranges babils.Et comme la brindille espérant le vieux cèdre,sa sève d'origine où il pourrait renaître,il traverse des jours et des saisons stériles,il traverse des vies et des morts successives– continents expulsés des mémoires du monde,villages explosant de pestes génitales,villages oubliés par leurs propres chemins,où l’on endort la faim avec une berceuse –.La mort lui prête... [Lire la suite]
Posté par emmila à 10:59 - - Commentaires [1] - Permalien [#]
Tags : , , , , , ,
mercredi 11 mars 2020

KHAL TORABULLY...Extrait

Mère, j'ai lu un livre écrit par un hommeÀ la plaie béante. Le premier chapitre débute par une terre fertile.Il décrit le silence des oasis sous un croissant de lune.La terre se moque de l'humeur des poètes,L'histoire n'écrit pas la mort des étoiles. Je tourne la page à la porte d'une ville fortifiée.Un étranger sonne à la porte ciselée.Il se dit persécuté par l'aigle sanguinaire du donjon.Il ouvre sa main. Il est déjà trop tard pour lire. Un livre n'attend pas la fin de l'exil.Un livre n'attend pas le retour des saisons.Un livre... [Lire la suite]
Posté par emmila à 09:52 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , , , ,

mardi 10 mars 2020

PRIERE A L'INCONNU

Voilà que je me surprends à t’adresser la parole,Mon Dieu, moi qui ne sais encore si tu existesEt ne comprends pas la langue de tes églises chuchotantes.Je regarde les autels, la voûte de ta maison,Comme qui dit simplement:Voilà du bois, de la pierre,Voilà des colonnes romanes.Il manque le nez à ce saint. Et au-dedans comme au-dehors, il y a la détresse humaine.Je baisse les yeux sans pouvoir m’agenouiller pendant la messe,Comme si je laissais passer l’orage au-dessus de ma tête.Et je ne puis m’empêcher de penser à autre chose.Hélas!... [Lire la suite]
Posté par emmila à 09:26 - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , ,
dimanche 8 mars 2020

SILA - MALUM

Posté par emmila à 13:29 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , ,
dimanche 8 mars 2020

LES VRILLES DE LA VIGNE...Extrait

« Ainsi immobile et les yeux clos, elle habite chaque pelouse, chaque arbre, chaque fleur – elle se penche à la fois, fantôme bleu comme l’air, à toutes les fenêtres de sa maison chevelue de vigne… Son esprit court, comme un sang subtil, le long des veines de toutes les feuilles, se caresse au velours des géraniums, à la cerise vernie, et s’enroule à la couleuvre poudrée de poussière, au creux du sentier jaune… C’est pourquoi tu la vois si sage et les yeux clos, car ses mains pendantes, qui semblent vides, possèdent et égrènent tous... [Lire la suite]
Posté par emmila à 12:53 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , , ,
samedi 7 mars 2020

ÎLE

Ile, m’a semblé dans ta dériveMèches que le vent égareTa chevelure cuivre, tes rivesEt tes lunes éparsesBruiner le givre à l’onde de tes yeuxSur tes cils, tes ailes gracilesQui papillonnent la baie de ton regard ;A l’ogive des jours, j’ai vu hyalineLa danse de la pluieUn rideau d’amertume assombrirL’étende de tes beaux rivagesLa lame fluer et refluer en ruisseauxD’agates, tes larmes ;Et dans tes coquillages j’entendsJ’entends encore,L’inconsolable mélancolie de tes vaguesL’orageIle que le vent égare,J’entendsDans... [Lire la suite]
Posté par emmila à 13:13 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , , , , , , ,