...

Il n’y a d’ailleurs

que dans le bruissement de l’eau

qui court entre les pierres,

le feulement du vent sur la plaine,

l’alarme,

le frémissement soudain des arbres,

le fouet de l’été qui cingle

le maquis ébloui

à la verticale d’un cri…

et plus tard au couchant, un murmure :

la lumière radieuse, douce et franche

qui redessine l’horizon

et semble abolir à jamais

la peur ancestrale des abîmes.

...

Midi :

le chant des cigales enflamme les collines,

l’énigme du monde s’époumone.

...

Ecriture tremblée,

approche suppliciée

de l’envers,

l’indicible côté du savoir

où croît une énigme

dont la clé s’est perdue

dans les avaloirs du temps.

.................


Volée de flèches dans l’azur,

salves de traits,

de gifles

aux espaces sans bornes,

à lancer dans le ciel pur

des cris

que nous ne comprenons pas,

les hirondelles

ne nous feront pas gober

leur alibi de moucherons

 

.

 

 

JACQUES ROLLAND

 

 

 

.

JACQUES PRUDHOMME

Photographie Jacques Prudhomme