J'entends les oiseaux, ça embellit la quiétude, un fou, un paresseux
Ça embellit ta vie!
Et je chante là-haut!
Tu tournes le dos au monde, cacher ces petits esprits glorieux, les moineaux et toutes sortes d'âmes
Et oiseaux
Tu nous regardes heureux dans notre beau ciel et plumes bleues
Je ne sais plus parler
et toutes mes pensées se déversent colorées sur des fleurs
Dorées
D'habitude l'été consent

pour trouver la fraîcheur, il faut être emmuré!
Pourtant les arbres fruitiers ont l'air grand!
Et moi?
Dans une légende au soleil brûlant

 

.

 

 

ZOHRA MRIMI

 

 

.

 

olga suvorova3

Oeuvre Olga Suvorova