J’ouvre

sur celui qui est né de lui-même

dans l’eau du papillon

double cri des abricots

 

j’ouvre

sur la gazelle rouge

et la main

du calligraphe

dansant

autour du noun

pour la lune sacrifiée

 

j’ouvre

sur le sourire

de la défunte

chant de rosée humaine

qui engendre la nuit

de magiques syllabes

 

j’ouvre

sur le chemin

nimbé de paroles ailées

sur le croissant improbable

et l’étoile gémellaire

tatouée sur le front d’un nouveau-né

 

j’ouvre

sur la main

qui pense

le pourpre l’encore et le poème

et les rires de ma première enfance

 

 

.

 

 

AHMED BEN DHIAB

Collection : Levée d’ancre
https://www.editions-harmattan.fr

 

 

.

 

miniature persanne2,

Oeuvre Habib Allah