les nuits d’été ferment si mal
qu’il suffirait que l’on se taise
pour que nos mains soudain
se remplissent d’étoiles...

Tristan Cabral

 

.

 

 

À Tristan,

 

 

 

C'était un homme tendresse, une blessure, une déchirure,

 

le fils de l'absolu respect de la vie et d'une mémoire meurtrie.

C'était cet enfant blessé au point zéro de sa jeunesse,

écrasé par la folle croyance en ce possible-impossible

qui avait écorné ses hiers

et plus loin que la vie broyait les devenirs.

C'était un homme frère de tous les hommes

qui mesurait la distance entre la bête identitaire et l'homme Un.

Comme un oiseau dans le miroir,

il se heurtait aux fossoyeurs de l'espoir.

Il était l'homme frère des hommes,

le cri de l'impuissance

perdu dans un monde d'in-amour.

Il était Tristan,

l'homme qui regardait l'enfant derrière les barbelés,

l'homme qui portait en lui toutes les blessures du siècle.

Sans apartheid, il était Barcelone, Auschwitz, Srebrenica,

il était un des suicidés d'Argelès-sur-Mer,

Il était un désespoir d'homme sur le chemin.

cette petite route où se cherche l'enfance,

il était l’enfant de cendres.

Il est la présence qui me parle, il est mon ami.

 

.

 

 

 

JEAN-MICHEL SANANES

 

 

.

 

...

 

les jours tombèrent
                      et les yeux traversés de tant d'éclats de mer
                      j'ai dressé vers le ciel mes mains ensanglantées
                      

et puis j'ai mis le feu à toutes les fontaines
                      j'ai jeté des étoiles à la tête des fleuves
                      j'ai recouvert de neige le cœur des primevères
                      j'ai volé leurs couleurs à toutes les saisons
                      et j'ai roulé la pierre que retenaient les anges

 

mais qui m'a entendu nager dans les eaux fortes
                      qui pourrait retrouver mes ongles sur la pierre
                      qui hante comme moi la blessure capitale ?

 

j'ai faim
                      j'ai faim de choses étrangères
                      j'ai faim de hurlements plantés comme des clous
                      j'ai faim de la fraîcheur insensée des miroirs
                      faim d'un nouveau partage
                      de mille mains avides pleines d'objets brisés
                      faim de parures inertes et de noms oubliés

 

                           mes mains ont forme de ma soif
                                        et j'ai des bras multiples grands comme les révoltes
                      je peux m'abattre n'importe où
                      à n'importe quelle heure
                      et mon corps imminent s'envenime de sel

 

je roule par le travers des bouées
                      à portée de fusil des derniers poissons libres
                      mais qui pourrait m'entendre sur ces pavés crispés
                      où des fous se répondent

 

                         je trace des hurlevents au fond de mon naufrage
                      je m'accroupis en sang sur les vagues ouvertes
                      j'ai enterré mes mains loin des terres habitées
                      mais ces yeux attardés qui coulent dans mes yeux
                      qui les fera s'ouvrir
                      qui m'accompagnera sur la nef des fous ?

 

.

 

 

TRISTAN  CABRAL

" Le passeur de silence ", extrait

https://fr.wikipedia.org/wiki/Tristan_Cabral

 

.

 


Quand je mourrai
ne le dites à personne
je ne veux pas de leurs mains jaunes
et de leur voiture noire
vous me mettrez debout
les bras sur vos épaules
et vous me conduirez tout au bord de la mer
où le sable est si fin
et j'attendrai la marée haute
si vous ne pouvez pas
montez-moi en Cévennes
et puis couchez-moi seul
au milieu des genêts
la tête dans le ciel

Si je meurs seul
s'il n'y a personne pour me conduire en mer
ou me coucher dans les genêts
s'il faut que j'aille au cimetière
je voudrai que ce soit dans celui d'Arcachon
sur une dune ensoleillée
près de la ville d'hiver
je voudrai qu'on m'habille avec ce velours noir
que je garde en lieu sûr
d'une chemise blanche avec un foulard rouge
qu'on mette dans ma poche une pipe d'Irlande
avec du tabac blond
le Rimbaud bleu de poche 491
sans oublier un sac marin
et une paire de rames

j'attends la vague immense qui m'ouvrira les yeux
.
.
.
.
.
.

TRISTAN CABRAL
 
.
.
.

 

cabral2

Tristan Cabral