lundi 22 juin 2020

TRISTAN CABRAL...HOMMAGE

les nuits d’été ferment si malqu’il suffirait que l’on se taisepour que nos mains soudainse remplissent d’étoiles... Tristan Cabral   .     À Tristan,       C'était un homme tendresse, une blessure, une déchirure,   le fils de l'absolu respect de la vie et d'une mémoire meurtrie. C'était cet enfant blessé au point zéro de sa jeunesse, écrasé par la folle croyance en ce possible-impossible qui avait écorné ses hiers et plus loin que la vie broyait les devenirs. C'était un homme frère... [Lire la suite]

lundi 22 juin 2020

CASIDA DE LA MUCHACHA DORADA

     .     La muchacha doradase bañaba en el aguay el agua se doraba. Las algas y las ramasen sombra la asombrabany el ruiseñor cantabapor la muchacha blanca. Vino la noche clara,turbia de plata mata,con peladas montañasbajo la brisa parda. La muchacha mojadaera blanca en el agua,y el agua, llamarada. Vino el alba sin mancha,con mil caras de vaca,yerta y amortajadacon heladas guirnaldas. La muchacha de lágrimasse bañaba entre llamas,y el ruiseñor llorabacon las alas quemadas. La muchacha doradaera... [Lire la suite]
lundi 22 juin 2020

LES ILLUSIONS D'OPTIQUE - POST SCRIPTUM

Vivre est traverser les pièces d’un musée des choses hétéroclites. On se retourne sur des galeries où les tableaux sont alignés en désordre, les souvenirs accrochés aux cimaises comme des silhouettes, les vivants devenus des portraits et le temps qui a passé, un catalogue d’images fixes et les tableaux d’une exposition, sans compter les cadres vides. Pourquoi les humains s’attardent-ils au passé, c’est à dire au temps ou ce qui leur en est resté ? Pourquoi nous penchons-nous sur les images ? La réponse est unique : Le Regret. Le... [Lire la suite]