lundi 6 juillet 2020

MARION LUBREAC...Extrait

Sa popeline bruissait comme un bonbon aux larges manches, un berlingot qu’on déshabille. Ses bords retroussés ressemblaient à deux pétales de bleuet. Elle penchait sur moi sa jolie bouche délicate, frémissante comme un petit coquelicot. Tandis qu'elle m'embrassait, je voyais rutiler son éblouissant collier aux perles de verre arc-en-ciel et je respirais son parfum :plus belle que le ciel dont elle avait les yeux. Plus doux, le soleil de son sourire...Plus belle ...que la plus tendre des pivoines au monde...   .     ... [Lire la suite]
Posté par emmila à 10:23 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , , ,

dimanche 5 juillet 2020

DIEU, LE SILENCE ET MOI....Extrait

Ma maison d’autre mer est restée in-accostéeMes rêves encore y naviguent dans une eau de selMes yeux gouttent comme une mémoire de source et de regards perdusJ’ai du sable et des fissures de pierres dans le flot escarpé d’une enfance qui s’enfonceJe piétine une obscurité de décennies qui grésillent comme des branches de palmier Au matin, mon âme se perd dans de petits jours où les boutons d’or sont en exilDans la cadence apatride du cœur, j’arpente l’aigre du destinJe palpe le cri mort du vent dans l’oued, je ploie les rides... [Lire la suite]
jeudi 2 juillet 2020

LES ORIENTALES ...Extrait

"Tandis que l'étoile inodoreQue l'été mêle aux blonds épisEmaille de son bleu lapisLes sillons que la moisson dore,Avant que, de fleurs dépeuplés,Les champs aient subi les faucilles,Allez, allez, ô jeunes filles,Cueillir des bleuets dans les blés !"   .   VICTOR HUGO   .    
Posté par emmila à 18:01 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , , ,
mercredi 1 juillet 2020

CE MAL ANDALOU

Ce mal andalouAussi tenace , aussi fouQu une entaille qui nous videA force de nous complaire dans une solitudeQui nous habite et nous guideNotre âme devenant un oasis réduitAux lambeaux de sang et d amour qui nous détruitDes lieux qui renaissent en nousCes maux qui rapiècent nos corps désunisQue de lourds silences ont sacrifié , ont tuméfiéPour en faire des lots éprisDu jeu des mains qui sauvent puis s enfuientCe chant andalou aussi tenaceQue la lumière en cascade ,Que les tresses dans leur embuscadeQue la démarche d une femme... [Lire la suite]