Maria Teresa Wilms Montt de las Mercedes, née le 8 septembre 1893 à Viña del Mar et morte le 24 décembre 1921 à Paris, fut une écrivaine et poète chilienne.
Très tôt, son esprit libre et créatif se heurta à une société patriarcale intransigeante.
En 1916, elle se rendit à Buenos Aires pour échapper à cette ambiance particulièrement oppressante. Cette ville lui permit d'acquérir cette liberté qu'elle convoitait depuis tant d'année. Elle travailla pour le magasine Nosotros et publia ses deux premiers écrits en 1917. Son premier recueil Inquiétudes sentimentales, un ensemble de 50 poèmes, connut un succès retentissant.
En 1918, elle s'installa à Madrid et publia deux autres ouvrages : En la Quietud del Màrmol et Anuari. Elle évoqua l'amour, la vie et la mort avec un ton lyrique très apprécié par la critique littéraire espagnole.
Elle épousa Gustavo Balmaceda et eut deux filles.
Malheureusement, la jalousie du mari et les préoccupations intellectuelles persistantes de la jeune femme, bien décidée à pénétrer dans des espaces alors réservés aux hommes, sapèrent le mariage, marquant le début du destin errant et tragique de l'écrivaine.
En 1920, elle se fixa à Paris où elle fit venir ses filles qu'elle n'a pas vues depuis cinq ans suite a son divorce.
Peu avant Noël 1921, elle tomba gravement malade et se suicida par overdose de véronal. Après quelques jours d'agonie, elle s'éteignit à l'hôpital Laennec de Paris. Elle avait 28 ans.
Dans les dernières pages de son journal, elle écrivit : "Mourir, après avoir tout ressenti et n'être rien".
.
.
.
.
.
.
Je suis Teresa Wilms Montt
.
Et bien que je sois née cent ans avant toi
.
Ma vie ne fut pas si différente de la tienne
.
Moi aussi j'ai eu le privilège d'être femme
.
Il est difficile d'être femme en ce monde
.
Tu le sais mieux que personne
.
J'ai vécu intensément chaque respiration
.
et chaque instant de ma vie
.
Essence de femme
.
Ils ont essayé de me réprimer, mais on ne me soumet pas
.
Quand ils m'ont tourné le dos, j'ai gardé la tête haute
.
Quand ils m'ont laissée seule, j'ai offert ma compagnie
.
Quand ils ont voulu me tuer, j'ai donné la vie
.
Quand ils ont voulu m'enfermer, j'ai cherché la liberté
.
Quand on m'aimait sans amour, j'ai donné plus d'amour
.
Quand ils ont voulu me faire taire, j'ai crié
.
Quand ils m'ont frappée, j'ai riposté
.
Je fus crucifiée, laissée pour morte et enterrée
.
par ma famille et par la société
.
Je suis née cent ans avant toi mais je te vois semblable à moi."
.
.
.
.
.
 Soy Teresa Wilms Montt
y aunque nací cien años antes que tú,
mi vida no fue tan distinta a la tuya.
Yo también tuve el privilegio de ser mujer.
Es difícil ser mujer en este mundo.
Tú lo sabes mejor que nadie.
Viví intensamente cada respiro y cada instante de mi vida.
Destilé mujer.
Trataron de reprimirme, pero no pudieron conmigo.
Cuando me dieron la espalda, yo di la cara.
Cuando me dejaron sola, di compañía.
Cuando quisieron matarme, di vida.
Cuando quisieron encerrarme, busqué libertad.
Cuando me amaban sin amor, yo di más amor.
Cuando trataron de callarme, grité.
Cuando me golpearon, contesté.
Fui crucificada, muerta y sepultada,
por mi familia y la sociedad.
Nací cien años antes que tú
sin embargo te veo igual a mí.
Soy Teresa Wilms Montt,
y no soy apta para señoritas.

.

.

.
.
.
TERESA WILMS MONTT
.
.
.

teres2,

.

teresa8,

.

teresa 4,