Ça jette un bleu d’azulejos
& un soupçon de fantaisie
dans les lexiques compassés,
un petit brin de réticence
dans le jeu des syntaxes folles.
.
Ça ose aller chercher le sens
quand la mode est à l’insensé,
Ça laisse les et cetera
aller suggérer l’essentiel
dans un invisible sourire.
.
Ça ne s’installe pas ici
& ne sait pas ce qu’est là-bas,
Ça vient pour la première fois
qui sera aussi la dernière,
de préférence en plein été.
.
Ça fait murmurer le tonnerre
& fondre en larmes le granit,
Ça éclaire les clairs de lune,
allume une constellation
avec cinq ou six myosotis.
.
Ça fait douter de Dieu les dogmes,
Ça fait rire les passions tristes
& affole les statistiques,
Ça met forcément en déroute
les scolastiques carcérales,
les pastiches de Heidegger.
.
Ça ne mène qu’à des clairières
qui ne sont pas celles de l’Être,
hors des chemins vers nulle part
dont on sait d’ailleurs qu’ils menèrent
à des Cythère sibériennes
et des Pologne sans retour
où l’on faisait cendres des hommes.
.
Ça ne fait de mal à personne
mais ne fait rien pour réunir
ceux que Dante a coupé en deux,
ceux qui ont semé la discorde
dans les cités, les cœurs, les têtes.
.
Ça fait taire les arrogants
& tous les tarataratas,
Ça rend en toute innocence
leurs toxiques mea culpa
à tous ceux qui les distribuent
pour se faire un visage d’ange.
.
Ça rend les kantiens hédonistes
& mystiques les agnostiques,
Ça sauve les voyelles frêles
-qui s’espéraient en élégie-
des spirales, du labyrinthe
des rhétoriques du mensonge.
.
Ça n’a aucune raison d’être,
ni, par conséquent, de paraître,
Ça surprend parfois le Hasard
& plaisante avec le Destin,
Ça joue, Ça danse & fait l’enfant,
Ça champagne et Ça fait soleil,
tout en fomentant des merveilles.
.
Ça fait du Rien un bel avril
& du Grand Tout, qui n’est pas rien,
quelque chose d’insignifiant
& de doux éternellement
mais seulement pour un instant.
.
.
.
.
.
RAYMOND FARINA
(Extrait de La gloire des poussières, Editions Alcyone, 2020)
-
Ce recueil est disponible en librairie et sur le site des Editions Alcyone:
.
.
.
.

azulejos

Azulejos de Mehmet Koçer (miniaturiste et peintre en céramique turc né en 1951)