Anghjula....
.
Un instant encore
Laisse advenir le vide
Laisse le souffle départager
Ce qui appartient au jour
Ce qui revient à la nuit
Laisse l’hirondelle cisailler l’air
En arabesques de l’enfance
Rapidement ou lentement
Au gré du rythme du sang
Au gré du toujours ultime
Toujours initial émoi
Un instant encore
.
.
.
.
.
.
.
FRANCOIS CHENG
Arfuyen 2010, p.85
.
.
.
.
.

NUIT