Le silence ininterrompu de la mer,
ses cris d'oiseaux sauvages,
ses arabesques d'ailes sur la peau...
La peau de la mer est un parchemin bleu silence. Elle est solitude tissée grisée vert --
ce vert innommé des yeux de ma mère.
L'amour la solitude / la mort la solitude /
la mer la solitude -- La seule étude est tout entière dans ce message musical.
Sans elle,
nos peaux se touchent peut-être,
les corps entrouverts s'entremêlent --
ne se mélangent pas.
Sans ailes, il n'est de clé d'aucun ciel
.
.
.
.
.

anne m