"Le monde entier donné ou le monde entier perdu, le Graal ou l'avilissement, le conte ou les décomptes, - s'il y a des nuances infinies en tout, elles n'ôtent rien, bien au contraire, à la souveraine simplicité des êtres et des choses ni à la façon dont nous les refusons ou les accueillons. Aux uns le recours aux forêts ou au grand large, aux autres, les "réalistes", les apparences du bon droit en fallacieuse toge prétexte à leurs vilénies. Nous en sommes là. Raison de plus pour tout recommencer, ou, plus exactement, pour tout commencer, et recevoir pleinement toutes les clartés, les senteurs, les profondeurs miraculeuses du bon matin, - même et surtout si nous l'atteignons comme un rivage presque inespéré, après, toutes voiles dehors, une longue traversée de la nuit blanches
.
.
.
.
.
LUC-OLIVIER D'ALGANGE
.
.
.

matisse4 corse,

 Henri Matisse en Corse