Ta maison d'ardoises enluminées
et de ténèbres,
Ta maison à la porte du coeur
et l'horloge qui bat la mesure --
Qui n'est plus.
Un grand vent de froideurs, silence
qu'on afflige -- la hante.
Le feu éteint, la cendre froide,
le temps -- délaissé... Le silence -- accable ;
Le silence -- efface de ses doigts blancs
les contours de ton corps,
et tu erres, ombre dans chaque ombre -- :
--Qui passe ? Dis-moi ?
--C'est l'absence.
.
.
.
.
.
.
ANNE MARGUERITE MILLELIRI
.
.
.
.

Andrew Ferez

Oeuvre Andrew Ferez