Dans les ocres de ma mémoire
et les reflets mordorés d’un automne alangui,
je revois encore les paysages qu’il dessinait pour moi
.
Le bleu outremer venait à peine de renaître sous ses doigts,
ses mains jouaient sur mon corps leurs gammes de promesses,
des visages familiers sortis de l'oubli me souriaient à nouveau
sur la toile de nos jours à venir
.
Des parfums de jasmin s’exhalaient des patios ombragés,
les jardins éclatés nous conviaient à leurs noces de soleil
et, mêlés au bruissement des palmiers, les rires des enfants
nous faisaient un chemin d'ombre et de lumière...
.
.
.
ELISA K.
.
.
.
.
 

la morena2

 Oeuvre Julio Romero de Torres