" Le vent est venu s’étendre à mes côtés, sur le lit de plein jour. Il me lave de toute la bêtise collée à ma peau depuis des semaines. Je l’attendais, ce vent robuste et sage, compagnon d’un soleil sans compromission. Il est ma musique, mon paysage. J’entends l’écho des montagnes là-bas, la plainte des forêts où j’ai couru autrefois, la volonté de ce village ramassé sur lui-même comme un coup de poing donné dans le gras de la colline, le murmure de l’abandon le long des murs de galets. J’aime le vent venu de loin, des plateaux d’Espagne ou du vaste pays des mers. Il me rendra la force pour continuer ma
route sur ce chemin que je ne sais plus vraiment reconnaître parmi les buissons, les éboulis, les jachères et les baraquements désertés. Il me redonne le goût de te prendre par la main, de te prouver que l’amour c’est marcher à deux vers ce point où nous ne serons plus qu’un dans l’horizon infini.
.
.
.
.
JEAN-MARIE ALFROY
.
.
.
.

Gustave Courbet 3

Oeuvre Gustave Courbet