D'abord il y a eu les virages, mon corps pétri et immobile les a reconnus un à un, et je les ai comptés ainsi, jusqu'au dernier.
Puis j'ai senti le soleil qui traversait le bois de mon tout dernier lit, et les embruns discrets colorés de turquoises,de verts et de bleus remonter des rochers comme pour me toucher.
J'ai senti les effluves toutes particulières de nos eucalyptus, à m'en tourner la tête .
Ils étaient dans la peine, et pourtant j'ai souri, j'ai souri de me savoir tout près...
Enfin vint le village, chaque ruelle chaque maison, surtout la mienne, chaque arbre que j'ai connu, que j'ai aimé, oh oui mille merci de m'y avoir porté aux forces de vos bras, aux forces de vos âmes !
J'ai refait tout le tour, c'était bon, c'etait bien, même si vous pleuriez, j'ai aimé tout revoir ...
Non, ça n'était pas vraiment tout à fait le silence...il était habillé de murmures, le bruit de la tendresse, j'ai parfois reconnu le soupir d'un ami, d'un parent, ou bien d'un inconnu.
Et puis je suis entré recouvert d'un drapeau dans notre belle église. Mon Dieu! comme c'est difficile de voir cette peine infligée à mes proches, à ceux qui m'aimaient tant !
Je voudrais consoler mes enfants, mes parents, et puis mes frères et sœurs, mes amis les plus chers...et jusqu'à l'Olivier à la mine affligée qui a baissé ses branches pour mieux me saluer.
Là, de notre langue Corse aux chants les plus sacrés, je me suis fais bercer. Je l'avoue, à mon tour j'ai pleuré dans le noir, à l'abri des regards.
Plus tard ce fut l'heure...et ils sont descendus en farandole émue ne voulant plus finir...
Oh, je sais bien où je vais ! Pourtant je n'ai pas peur.
A l'abri du maquis , ils m'ont dédié
leurs voix, ces chansons bien à nous qui montaient dans le ciel, précédant ma venue.
J'ai tout vu, j' ai tout su, de vos gorges nouées à vos yeux embués, de votre dignité qui inondait la route.
Et puis par dessus tout, vous avez dit mon nom...au milieu du maquis, vous avez dit mon nom avec l'accent d'ici, et comme c'était bon de l'entendre !
Voilà, ce jour du 25 mars, j'ai retrouvé Cargese et n'en partirai plus.
.
.
.
.
.
MARINA MARIE FONDACCI
.
.
.
.
.

Le-cercueil-d-Yvan-Colonna-a-son-arrivee-a-Ajaccio-le-23-mars-2022

.

cargese

Cargèse

.

 

Ci eranu isse girate è lu mio core mutu
È sintia lu sole da lu mi’ultimu lettu
U populu era quì l’aghju ricunnisciutu
È tutti eranu zitti cù la tristezza in pettu
.
È sintia issi muschi chì tantu mi manconu
Cun discreti sprufumi di verde è di turchinu
È aghju risu dopu a saetta è lu tonu
Iè dopu à tant’annate d’esse cusì vicinu
.
Eccu lu mio paese, ogni casa, ogni stretta
A meia hè quì a vecu è vi ringraziu assai
Mi ci purtate degni, cun forza benedetta
Nant’à e vostre spalle… sò liberu ormai
.
Incù li vostri pienti ci aghju rifattu u giru
O quant’ella era bona di rivede issu locu
Ogni tantu sintia un sussuru, un suspiru
Assai tenerezza n’a vostra anima in focu
.
Eppo sò intrutu in ghjesgia, addossu la bandera
Vidia a vostra pena, O voi li mio cari
Hè difficiule a sò, a sentu la ventera
Vurria cunsulà vi d’issi sintimi amari
.
È mi facciu anannà cun le voce è li canti
In lu bughju à l’appiattu ci aghju cappiatu un pientu
Un cuncertu sacratu, ed eiu sò davanti
Tutti quì sò per mè O chì dolce mumentu
.
Eppo hè ghjunta l’ora di falà tutti insemi
A sò induv’e vocu, puru hè senza paura
Incù Issa scorta degna chì vulete ch’o temi
È tutte isse canzone à mezu à la natura
.
À tutti v’aghju visti, à tutti v’aghju intesi
E lacrime discrete eppo strinta la gola
Ma ciò chì conta avà, dopu à l’anni è li mesi
Hè ch’e fussi ind’è mè, eccu la cosa sola
.
Eppo à mezu à a machja à la manera corsa
L’avete detta tutti, a meia la casata
M’hè trimata la pelle di sente tanta forza
A Corsica unita pè l’ultima cantata
.
Lasciate li mughjà ch’ùn meriteghju onore
Quand’ellu more un omu quì sapemu chì fà
Dopu à la notte pagna nasce lu novu albore
È mi sò quì ormai in piena libertà
.
.
.
MARINA MARIE FONDACCI - FEDERICU POGGI
27/03/2022
- Addattu da « Retour à Cargese » di Marina Marie FONDACCI -
incù l’accunsentu di l’autore ch’e ringraziu assai.