Écrire, dis-tu,
face à la mer,

et s’il y a du vent
à la place des mots,

une main tendue
pour toute syntaxe,

une quête, un murmure
à la place du style,

c’est que tu donnes rendez-vous
à l’inconnu du large

qui bat son rythme profond,
ses lames de fond

à l’intérieur
de toi.

.

.

.

.

.

BERNARD PERROY

.

.

.

.

seagull