Le rêve s’est défait
En marge de l’enfance
Couleuvre des marées sombres
Le temps est chargé de cris
Les rives de la lune soupirent nos anciennes blessures
Nos dérisoires battements d’ailes
Les promesses étaient suaves
Et nos cœurs à l’écoute
Balbutiements
Nous souffrons nos tristesses
Nos solitudes amères
Caravelles de regards, de papillons aveugles
Ramures colorées de frissons prêts d’éclore
Ombres de boue
La peau du monde
Cette douleur.
.
.
.
.
.
ISABELLE BRECHET BRANDY
.
.
.
.

BLESSURES