J’imagine les pattes d’un oiseau sur ta pensée
et ses ailes sur ton visage
ton regard dans cette obscurité.
.
.
.
.
.
ELEONORE DE MONCHY
.
.
.
.

AILE