samedi 24 novembre 2018

LE SILENCE LÉTAL DES POÈTES

Les poètes isolés et désintéressés, réfractaires aux honneurs officiels, lorsqu'ils ont fait leur temps, c'est à dire qu'ils sont épuisés par la maladie, leurs excès mais surtout par leur quête incessante d'expérience et de voyances, sont jetés sans états d'âme en pâture aux médecins assermentés qui les bourrent de médicaments, de produits chimiques quand ils ne sont pas charcutés au bistouri ou objets d'expérimentations pour “essayer” de nouveaux traitements. Ils sont placés de force dans des maisons de soins et c'est avec des... [Lire la suite]

dimanche 20 mai 2018

MEMOIRE DES SUDS

A Dom Gabrielli     De l'oignon cru de l'huile d'olive du pain et une pincée de sel tel est ton repas aujourd'hui succulent en ces jours de disette et tu te souviensd'une colline devant Jérusalemoù un petit chevrier te souriaitassis sur un rocher sous le ciel radieux de Palestinetu te souviens du paysan crétois aux yeux bleu clairqui remplissait ton verre de rakiun jour de Pâque inondé de lumièreavec la mer éblouissante à perte de vuetu te souviens au bord d'un chemin de caillouxsous un... [Lire la suite]
mercredi 9 août 2017

SHALOM PALESTINE

"The shtetl is more like a cemetery now." Simone Daud* .   Un pays nommé Palestine où nous aurions pu nous aimer en rêve un pays d'une beauté légendaire où coulait le miel du poème un pays qui chantait le jasmin et la fleur du citronnier un pays de bergers et de bédoins en pèlerinage vers la Jérusalem céleste Palestine terre féconde de l'olivier La destruction de Gaza et l'extermination des palestiniens signe la mort des "démocraties occidentales" celle de la France surtout Pays des Droits Humains Symbole planétaire des... [Lire la suite]
jeudi 27 octobre 2016

AU COEUR DU CRI...Extrait

Maudite soit l’Apocalypse et ses putains fiévreuses ses émirs aux bouches emplies de diamants ses adorateurs dépositaires des crimes universels ses rabbins furieux semblables au feu noir de l’enfer ses cohortes de prêtres sanguinaires au service des tyrans La lune pleure au commencement cardinal du jour j’ai vu les armées en route vers Ninive les conquistadors brûler les villages de peaux bariolées j’ai vu les Croisés prier et trembler aux portes de Damas Tandis que fleurissait une rose blanche sur le front de la reine de Saba j’ai... [Lire la suite]
mardi 25 octobre 2016

LE ROMANCERO DE BUENOS AIRES...Extrait

Sur les trottoirs de Buenos Airesj'ai usé mes souliersà travers des galaxiesoù brillent les lames de couteauxentre des ombres mystérieusesj'ai fréquenté des boliches¹que l'esprit du tango fait tanguerdans des lueurs d'alcools assassinesSur les trottoir de Buenos Airesdes christs drogués agonisentcrucifiés de peur et de misèreils n'ont presque plus de dentset quémandent la cigarette du condamnéau passant insomniaquequi retarde jusqu'à l'aurorel'heure de rentrer chez luiSur les trottoirs de Buenos Airesdes spectres muets trafiquent... [Lire la suite]
dimanche 18 septembre 2016

OSSELETS D'AMOUR

mes amis mortstellement vivantstellement présentsje ne pense jamais à vousvous vous imposezen venant là où je me hanten'importe oùce grain de solitudepar lequel votre voix-la mienne aussi- se délestes'élève entre rêve réalitéhors des formes furieusesoù s'esquisse une humanitési peureuse si frileusemes enfants mes parentsje vous vois nuageuxparmi les méandres du soleilvous venez vous abriterles jours d'oragedans les alvéoles de ma chairà l'abris de mes paupièresnous ne nous perdons jamais de vueen dépit d'une impossible distancenous... [Lire la suite]
Posté par emmila à 17:44 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , , , , , , ,

dimanche 17 avril 2016

L'ETRANGER

Je vous ai demandé gens au sang froid mon chemin d'aventure l'allégorie nomade n'en finissait plus de se dissoudre derrière vos fronts plombés n'en finissait plus de tirer les rideaux des théâtres du sang vous me regardiez avec cette méfiance où se blottissent les chiens lorsque l'ombre se fronce et que la nuit s'étend sur le corps des mourants Je ne vous demandais que la moindre parole l'attentive la sibylline vous restiez cloués à chaque carrefour avec le coeur lourd comme si la vie espérée n'avait cessé de vous manquer... [Lire la suite]
Posté par emmila à 17:23 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , , ,
lundi 19 octobre 2015

UN TEMPS POUR AIMER

Avec une conjonction de coordination je te réjouis te punis t'engloutis Avec un verbe au futur antérieur je te retourne le coeur du côté du bonheur Avec un rossignol andalou je t'enivre d'un chant mystique saturé d'étoiles Avec quelques adjectifs je te charme je t'embrasse je t'allume Avec une métaphore je nous transforme au présent de l'indicatif.   .   ANDRE CHENET In "L'éclosion du feu"   .      
Posté par emmila à 20:59 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , , , ,
vendredi 19 juin 2015

LE PORTE-AMOUR

Où est le porte-nuitle porte-mystèrele porte-lueur ?A vendre le coffret d’ébènecontenant les lèvres écarlatesde mon amour défunt !Où est le porte-cloule porte-buste, le porte-voix ?Ma tristesse s’embellitcomme le linge qui sèchetel les drapeaux populairesaux fenêtres de jadisOù est le portier fouqui a deux serruresà la place des yeux ?Le coffret d’ébèneest rempli des baisersque je ne donnerai plusque je ne donnerai plus .   ANDRE CHENET In "Dans le corps du poème"   .      
Posté par emmila à 16:28 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , , ,
samedi 31 mai 2014

LA MAPPEMONDE

Enfant je rêvais d'une mappemonde j'enviais ceux de mes petits camarades qui faisaient tourner la terre dans leur chambre en voyageant assis sur leur chaise à travers les mers et les continents je n'en avais jamais parlé à personne c'était un voeu que je voulais garder secret pour ne pas rompre le charme du merveilleux je me voulais marin contrebandier aventurier j'imaginais des archipels à découvrir où je rencontrerais la femme de ma vie je savais que j'avais de vrais amis qui ne me connaissaient pas mais qui m'attendaient dans le... [Lire la suite]
Posté par emmila à 19:40 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , , , , ,