vendredi 19 juin 2015

LE PORTE-AMOUR

Où est le porte-nuitle porte-mystèrele porte-lueur ?A vendre le coffret d’ébènecontenant les lèvres écarlatesde mon amour défunt !Où est le porte-cloule porte-buste, le porte-voix ?Ma tristesse s’embellitcomme le linge qui sèchetel les drapeaux populairesaux fenêtres de jadisOù est le portier fouqui a deux serruresà la place des yeux ?Le coffret d’ébèneest rempli des baisersque je ne donnerai plusque je ne donnerai plus .   ANDRE CHENET In "Dans le corps du poème"   .      
Posté par emmila à 16:28 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , , ,

samedi 31 mai 2014

LA MAPPEMONDE

Enfant je rêvais d'une mappemonde j'enviais ceux de mes petits camarades qui faisaient tourner la terre dans leur chambre en voyageant assis sur leur chaise à travers les mers et les continents je n'en avais jamais parlé à personne c'était un voeu que je voulais garder secret pour ne pas rompre le charme du merveilleux je me voulais marin contrebandier aventurier j'imaginais des archipels à découvrir où je rencontrerais la femme de ma vie je savais que j'avais de vrais amis qui ne me connaissaient pas mais qui m'attendaient dans le... [Lire la suite]
Posté par emmila à 19:40 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , , , , ,
dimanche 13 avril 2014

RETOUR A GRENADE

Reconstituer le puzzle du monde à flanc d'abîme sur le fil tendu à se rompre du rêve j'étais toujours ce solitaire égaré dans les foules car je n'ai jamais connu qu'une seule nécessité : l'amour A Marrakech j'ai vu la soldatesque du roi battre à coups de crosses une femme d'une beauté de jasmin Place Jemma el Fna j'attendais un signe du Destin j'entends encore des hurlements dans mon corps de prématuré L'aube aux reflets saumonés sur l'Hudson c'était en juillet 1995 avant que New-York ne s'effondre je portais le poignard de la... [Lire la suite]
Posté par emmila à 18:24 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , , , ,
jeudi 6 février 2014

NOUVEAU JOUR

L’époque penche du côté de la mort arbres dont la sève s’est éteinte peuples aux rêves épuisés miroirs mouvants sur la grève moi je penche plutôt du côté de tes hanches du côté de ton ventre je bois l’alcool de tes désirs et le petit jour sur tes seins allume son feu de frissons tes paupières se défroissent lorsque ma bouche les mouille tu bredouilles de bonnes paroles en te serrant contre mon corps palpitant dehors la guerre fait rage les foules se pressent au travail tu es la terre que je préfère avec toi je voyage dans la lumière... [Lire la suite]
Posté par emmila à 17:31 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , , , ,
dimanche 14 avril 2013

MA RESPIRANTE...

ma précieuse rencontre ma folie vibratoire ma muse voluptueuse ma lumière d'après-minuit ma confiture de baie sauvages mon église paillarde ma paille de bergerie pleine d'odeurs entêtantes ma vitrine enchantée où s'exposent mes désirs ma libellule d'émois comme flèche de jade entre les nélumbos du plaisir ma mousson féconde ma savane crissante comme les vagues sur le sable ma blessure ravivée où es-tu dis-moi où tu es ? ma machine amoureuse au regard de radium mon épouse célibataire qui me hausse sur la terre de toutes les ailes de... [Lire la suite]
Posté par emmila à 12:40 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , ,
samedi 12 janvier 2013

I.M. XAVIER GRALL

Tu marques le pas ta chanson précoce allège cette saison de cendres et d’oraisons au seuil de ta chambre froide tu écoutes pâlir le vent en un arpège d’instants qui s’égrènent sur les plages armoricaines   Ta mort est longue que tu respires sous les giboulées violettes des tempêtes pétrifiées tu dévisages le feu nichant derrière tes yeux tandis que le ciel noircit sous les langues du crépuscules qui lapent les nappes de sel   La mer s’est retirée dans l’anfractuosité des rochers abandonnant ses bracelets de nacre et d’os... [Lire la suite]
Posté par emmila à 20:20 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , ,

mardi 25 décembre 2012

LES CINQ DOIGTS DE LA MAIN

les doigts à fleur de vie la poussière de craie que l'on respire les doigts qui font marcher les mains sur cinq pattes bancales la poussière d'une écriture sur un tableau noir et on prend l'éponge on efface tout des doigts se lèvent vers un ciel de craie où plane un théorème qui a traversé les siècles la cloche sonne la récréation une main s'étoile d'un salut fraternel là-bas derrière les grilles de l'Histoire.      ANDRE  CHENET        
Posté par emmila à 18:56 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , , , ,
samedi 15 décembre 2012

DANS LA GUEULE DU LOUP

à Cristina . J'écris un poème et j'y laisse des lambeaux de ma peau un poème tu aimes ? Peut-être te souviendras des nuits blanches sous les arcanes d'une lune de toute beauté ou regretteras-tu les chansons d'amour où s'exprimaient toute la félicité du monde j'écris un poème avec un passereau dedans et un arbre pour qu'il y fasse son nid j'écris un poème avec des brindilles des cheveux de la terre et de la salive et toi qui passeras par là tu entendras son chant avant que ne tombe la nuit tu comprendras pourquoi la vie... [Lire la suite]
Posté par emmila à 17:59 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , , , , ,
lundi 16 juillet 2012

UN POEME PARMI TANT D'AUTRES...Extrait

Nous avons souffert les uns parmi les autres de certitudes ou d'utopies Nous avons marché hors des frontières et des cadastres nous nous sommes exténués dans la solitude des rivages où nous psalmodions sans conviction les noms sacrés de nos aïeux au bord des ravines Nous avons souffert des chemins de croix ostentatoires où des sorciers frénétiques hurlaient la haine d'un dieu difforme de jalousie et nous avons été disséminés comme troupeaux de graines happées par la tempête nous avons été séparés par des forces contraires morceaux de... [Lire la suite]
Posté par emmila à 21:14 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , , ,
samedi 14 juillet 2012

OUTRE-MORT...Extrait

.../... "je serai l'épervier immobile contre la pupille du soleil nous combattrons la mort avec le sel des caresses et refermerons les plaies d'amour du temps comme les fenêtres de la maison des vivants. Je sentirais encore tes seins contre mon torse décharné et le miel de ton ventre coulera sur mes pieds abîmés." . ANDRE CHENET .  
Posté par emmila à 10:04 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , ,