lundi 2 mars 2009

LE GARDEUR DE TROUPEAUX...Extrait

Nous avons tous deux vies :la vraie, celle que nous avons rêvée dans notre enfance, et que nous continuons à rêver, adultes, sur un fond de brouillard ;la fausse, celle que nous vivons dans nos rapports avec les autres,qui est la pratique, l'utile,celle où l'on finit par nous mettre au cercueil. . FERNANDO  PESSOA .
Posté par emmila à 18:07 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , ,

mercredi 19 novembre 2008

LE LIVRE DE L'INTRANQUILITE..Extrait

Le rêve est la pire des cocaïnes, parce que c'est la plus naturelle de toutes. Elle se glisse dans nos habitudes avec plus de facilité qu'aucune autre, on l'essaye sans le vouloir, comme un poison pris sans méfiance. Elle n'est pas douloureuse, elle ne cause ni fièvre ni abattement,mais l'âme qui fait usage du rêve devient incurable, car elle ne peut se passer de son poison, qui n'est rien d'autre qu'elle même.... . FERNANDO  PESSOA . LEON COGNIET
Posté par emmila à 17:37 - - Commentaires [1] - Permalien [#]
Tags : , ,
samedi 1 novembre 2008

LE GARDEUR DE TROUPEAUX...Extrait

"Plutôt le vol de l'oiseau qui passe sans laisser de traceQue le passage de l'animal dont le sol garde le souvenir.L'oiseau passe et disparaît, ainsi doit-il en être.Là où il n'est plus, et donc ne sert à rien, l'animalMontre qu'il a été, ce qui ne sert à rien. Le souvenir est une trahison envers la NatureParce que la Nature d'hier n'est pas la Nature.Ce qui fut n'est plus rien, et se souvenir est ne pas voir.Passe, oiseau, passe, et enseigne-moi à passer !". FERNANDO  PESSOA .
Posté par emmila à 22:11 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , ,
mercredi 29 octobre 2008

POEMES PAÏENS D'ALBERTO CAIERO ET DE RICARDO REIS....Extrait

"Nombreux sont ceux qui vivent en nous;Si je pense, si je ressens, j'ignoreQui est celui qui pense, qui ressent.Je suis seulement le lieuOù l'on pense, où l'on ressent.J'ai davantage d'âmes qu'une seule.Il est plus de moi que moi-même.J'existe cependantA tous indifférent.Je les fais taire : Je parle.Les influx entrecroisésDe ce que je ressens ou ne ressens pasPolémiquent en celui que je suis.Je les ignore. Ils ne dictent rienA celui que je me connais : J'écris.". FERNANDO  PESSOA . Vitrail Norbert Pagé
Posté par emmila à 17:14 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , ,
mercredi 10 septembre 2008

LE LIVRE DE L'INTRANQUILLITE...Extrait

Personne encore n'a défini, dans un langage pouvant être compris de ceux-là mêmes qui n'en ont jamais fait l'expérience, ce qu'est l'ennui. Ce que certains appellent l'ennui n'est que de la lassitude; ou bien ce n'est qu'une sorte de malaise; ou bien encore, il s'agit de fatigue. Mais l'ennui, s'il participe en effet de la fatigue, du malaise et de la lassitude, participe de tout cela comme l'eau participe de l'hydrogène et de l'oxygène dont elle se compose. Elle les inclut, sans toutefois leur être semblable.Si la plupart donnent... [Lire la suite]
Posté par emmila à 21:13 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , ,
lundi 11 août 2008

LE GARDEUR DE TROUPEAUX...Extrait

« Holà, gardeur de troupeaux, sur le bas-côté de la route, que te dit le vent qui passe ?   Qu’il est le vent, et qu’il passe, et qu’il est déjà passé et qu’il passera encore. Et à toi, que dit-il ? Il me dit bien davantage. De maintes autres choses il me parle, de souvenirs et de regrets, et de choses qui jamais ne furent.   Tu n’as jamais ouï passer le vent. Le vent ne parle que du vent. Ce que tu lui as entendu dire était mensonge, et le... [Lire la suite]
Posté par emmila à 22:37 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , , ,

jeudi 31 juillet 2008

OEUVRES POETIQUES....Extrait

Que sommes-nous? Navires qui passent l'un près de l'autre dans la nuit, chacun avec la vie sur les lignes des vigies éclairéesEt chacun sachant de l'autre seulement qu'il y a là de la vieet c'est tout.Navires qui s'éloignent  pointillés de lumière dans les ténèbres,Chacun indécis et diminuant de chaque côté du noir.Le reste est la nuit muette et le froid qui monte de la mer.                                   ... [Lire la suite]
Posté par emmila à 15:59 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , ,
jeudi 17 juillet 2008

LE LIVRE DE L'INTRANQUILITE...Extrait

J'ai duré des heures ignorées, des moments successifs sans lien entre eux, au cours de la promenade que j'ai faite une nuit, au bord de la mer, sur un rivage solitaire. Toutes les pensées qui ont fait vivre des hommes, toutes les émotions que les hommes ont cessé de vivre, sont passées par mon esprit, tel un résumé obscur de l'histoire, au cours de cette méditation cheminant au bord de la mer. J'ai souffert en moi-même, avec moi-même, les aspirations de toutes les époques révolues, et ce sont les angoisses de tous les temps qui ont,... [Lire la suite]
lundi 14 juillet 2008

PESSOA....

J’ai passé loin le long du monde, Je suis tel et quel il m’a fait, Mais je garde en l’âme de l’âme Mon âme vraie de Portugais. Et le Portugais c’est : saudades. Parce que seul les ressent bien Celui qui de ce mot dispose Afin de dire qu’il en a... . FERNANDO  PESSOA .
Posté par emmila à 21:51 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
samedi 5 juillet 2008

OEUVRES POETIQUES...Extait

Découvrez Jan Garbarek, Anouar Brahem, Shaukat Hussain!       Parfois, en ces jours à la lumière exacte et parfaite,   En lesquels les choses ont toute la réalité qu'elles peuvent        avoir.   Je me demande à moi-même lentement   Pourquoi je vais moi aussi jusqu'à attribuer   De la beauté aux choses.       De la beauté, une fleur en aurait-elle par hasard ?   Un fruit aurait-il par... [Lire la suite]
Posté par emmila à 05:50 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , ,