dimanche 30 octobre 2016

KAMEL YAHIAOUI...Extrait

Le gigantesque marché des âmess'est saisi de ce mondeseul est préservé l'être dévouéà son ouvragequi a choisi sa routel'a tracéeafin d'entreprendre sa traverséeaussi rude que les veines du chêneet la cruauté du tourbillonil vaincra même les rafales de solitudesles siroccos des exilsla turpitude ne l’atteindra guèreil repoussera l'offre du diablegardera son âmejusqu'au jour où la mortla lui prendramais cela il le savait déjà   . KAMEL YAHIAOUI .      
Posté par emmila à 10:29 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , , , , , ,

mercredi 17 août 2016

KAMEL YAHIAOUI

J'ai interrogé les poutres voûtées par l'endurance des siècles qui soutenaient les fermes robustes des terres vaillantes la mémoire encore valide du chêne veille étincelante sous les mortiers opalins des temps nouveaux l'odeur savante des murs gorgés de vies paysannes sentent l'étable qui abritait le duvet de la vache porteuse de la particule du noble métayer oh combien de bouses écoulées pour isoler le cœur de la métairie des tempêtes chaotiques nombre d'arbres sacrifiés sur le parvis des hivers affamés pour réchauffer la... [Lire la suite]
Posté par emmila à 11:15 - - Commentaires [1] - Permalien [#]
Tags : , , , , , , , ,
dimanche 7 février 2016

PEINTURE MON IVRESSE

Des affres descendent sur un nuage brouilleux et caressent le crâne du ciel les gouttes de pluie que m’offre l’eau du grand puits l’ange pleure sur mon épaule me dictant le vrai désir dès lors survole un dessin mon regard ivre d’air frais je plante mes griffes sur la surface du sécant tel un oiseau qui picore les grains d’espoir pour nourrir son envol et nous siffler sa survie je tiens la main de la plume par son encre pour graver une ombre en détresse écrire un paysage en pleurs je suis le châtaigner qui tord ses branches... [Lire la suite]
Posté par emmila à 18:40 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , , , , , , , , , ,
dimanche 24 janvier 2016

L'ÂGE DES SIECLES

Une bourrasque féroce s'abat sur les moissons les hurlements claquent les champs une buée cahoteuse aveugle les frusques du désert la poussière des sables danse avec les pas du vent les présences mémorielles s'affolent entre les mains du sirocco l'amoncellement des nuits orphelines s'effondre en sanglots une goutte de sang prémonitoire sombre dans une marche blanche la folle guerre s'empare des frontières un fantôme rôdeur pénètre la ville tranquille se jette sur les gardiennes du sol les muses silencieuses offrant la... [Lire la suite]
dimanche 20 décembre 2015

LE MURMURE DES CHÂTAIGNIERS

je dirai ce matin est encore plus curieux que la rosée du verbe j'éteindrai ma lumière mon fourneau ma voix je porterai ma plume mon crayon et mes feuilles j'irai à travers les chemins cueillir un semblant d’arôme des cépages l'odeur des braises fiévreuses la nuit venant le murmure des châtaigniers sédatifs j'écouterai le bruissement d'un rêve courant les champs je fredonnerai la chanson des labours d'hiver sur mon chemin un oiseau sifflera l'air du festin des vergers le soir venu j'irai saluer mon cheval au ruisseau des... [Lire la suite]
mercredi 16 décembre 2015

LE MUR MURMURE

La chaise en pierre Toute nue Face au mur Pendue Entre ciel et terre Dévisage Les pierres Crépues de crasse Lancinantes Je me situe Face à la brèche Qui donne sur le cœur De la mémoire murale Est- ce que le vieux mur Se rappelle en lui Des premières mains Posées sur la dureté De son écorce vierge Des premières araignées Tissant la toile Dans les fissures naissantes Des premières silhouettes Adossées sur Les premières chaleurs Je m’assois Sur la chaise A remonter le temps Figé je suis Face au fragment D’empreintes Se profilant Sur le... [Lire la suite]
Posté par emmila à 14:58 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , , , , , ,

lundi 19 octobre 2015

POEME A MA GRAND-MERE TASSADIT

Visage endormi sur un siècle de fractures gravé dans ma mémoire en éveil me voilà dans les affres mon cœur a atteint son paroxysme une voix gorgée d'amour s'est tue quand ma main a caressé l'ancêtre au féminin le courage s'est évanoui et ma sève refroidie l'aède enveloppait ma présence au sol s'est agenouillée ma sagesse mon unique conteuse est morte et sa raison gesticule encore la terre assoiffée prie la source éteinte que m'apporte la sécheresse des yeux fermés à jamais s'est étouffé le souffle de ma centenaire je porte la clé... [Lire la suite]
Posté par emmila à 21:07 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , , , , , , ,
samedi 17 octobre 2015

VERS LE ROYAUME DE LA PAIX

je conte le corps exilé et les racines migrantes la boussole égarée dans les décombres de l'errance le souffle amasse les peurs moisies des jours pétulants la fréquence du pas atteint l'âge des ténèbres brusquement l'homme dévore la chair vive de la prairie il disparaît sur son dos l'amphore sertie de sécheresse son crâne évadé subit l'avalanche des mémoires il porte les séquelles de sa terre et boit son calice ne sait plus lire le paysage étourdi par la gerçure des dunes il flanche à l'épreuve de l'arène à la croisée des vents... [Lire la suite]
Posté par emmila à 16:33 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , , , , , , ,
mercredi 16 juillet 2014

PALESTINE

vous qui êtes l'écorce désossée de l'humanité vous qui êtes la roquette de la paix des pierres vous qui êtes la clé du lieu riverain de l'écritoire cessez de tirer sur l'enfant du désordre livresque cessez de chasser l'homme conjugué aux racines de sa terre cessez d'effacer la plainte du verbe nourrissant ma main caresse le sang horrifiant la Palestine occupée je pleure nos couleurs communes à la frontière du chagrin le mur s'est battu contre la honte de votre séparation livide je regrette ma naissance au seuil de votre... [Lire la suite]
Posté par emmila à 13:28 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , , ,
samedi 30 avril 2011

Ô CASBAH MA PEAU

je lègue mon âme aux mille acres de terres vaillantesmes yeux mes mains mon sexe ma peau et mon ocrej'offre mes arcanes ancestrales des blancs de la chauxau feu qui réanime mes doigts griffeurs sur le miroirqui reflète les vestiges de la sphère évanouiechaque rêve muré de sursauts étreint ma gorgej'ai franchi le seuil de l'impasse Médéedans mon lit dort la tenaille du vieux sabrevient à ma rencontre la filante lueur de la rue du chagrintoutes les nuits elle danse nue sur mes épaules excédéeselle forme les voutes imbibées de tourments... [Lire la suite]
Posté par emmila à 13:28 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , ,