jeudi 8 septembre 2016

CINQ MEDITATIONS SUR LA MORT - AUTREMENT DIT SUR LA VIE...Extrait

Puisque tout ce qui est de vieSe relie,Nous nous soumettronsÀ, la marée qui emporte la lune,A la lune qui ramène la marée,Aux disparus sans qui nous ne serions pas,Aux survivants sans qui nous ne serions pas,Aux sourds appels qui diminuent,Aux cris muets qui continuent,Aux regards pétrifiés par les frayeursAu bout desquelles un chant d'enfant revientA ce qui revient et ne s'en va plus,A ce qui revient et se fond dans le noir,A chaque étoile perdue dans la nuit,A chaque larme séchée dans la nuit,A chaque nuit d'une vie,À chaque... [Lire la suite]
Posté par emmila à 17:48 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , , , , , ,
jeudi 8 septembre 2016

NOUS AVONS NOS NUITS INSOMNIAQUES...Extrait

Les poètes proclament le vrai, ils pourraient être dictateurs et sans doute aussi prophètes, pourquoi devons-nous les écraser contre un mur incandescent ? Et pourtant les poètes sont inoffensifs, L’algèbre douce de notre destin. Ils ont un corps pour tous et une mémoire universelle, pourquoi devons-nous les arracher comme on déracine l’herbe impure ? Nous avons nos nuits insomniaques, les mille calamiteuses ruines et la pâleur des extases du soir, nous avons des poupées de feu comme Coppélia et nous avons des êtres turgescents de mal... [Lire la suite]
mercredi 7 septembre 2016

CE QUE JE DOIS AU FROISSEMENT DU THYM ( Hommage )

Les choses sont là et je suis à elles, absentes ou sous mes yeux. Ainsi je nais au chèvrefeuille en plein soleil, à l'escargot sous une acanthe un jour de pluie, au figuier dans la pénombre. Et dans les plis ombre et lumière jaillit comme un défaut, un manque ; l'air vibre, l'horizon, tout soudain, c'est l'absence de toi, de toi à l'instant si lointaine. Le sang cherche à régler son pouls, le paysage que tu enrobes se déploie, inflexions bombements buissons sillons rivière, les remuements du cœur dans les frissons du frêne, ciel lavé,... [Lire la suite]
mercredi 7 septembre 2016

JE NE COMPTE PLUS QUE SUR LA BEAUTÉ DE TON CHANT ( Hommage )

Ce non-monde, ressassant d'être sans horizon, abhorre la tendresse : le sens n'y tremble plus dans le tempo dément ; ordre ordurier, temps de détresse, il se livre au vitriol, à la tenaille, au garrot, écorchant, matraquant, vomissant du venin en mots braillards, mots mirages amputés, encanaillés, assujettis, empuantis. La vie s'alarme : peut-elle se changer en s'ouvrant à la joie ? Me défiant de la tristesse, j'ai mendié tes doigts de lin, le nid suspendu sous ta robe, le duvet de ton regard à l'heure où les ombres s'allongent.... [Lire la suite]
mardi 6 septembre 2016

FRANCOIS CHENG...Extrait

Suivre le poisson, suivre l'oiseau.Si tu envies leur erre, suis-lesJusqu'au bout. Suivre leur vol, suivreLeur nage, jusqu'à devenirRien. Rien que le bleu d'où un jourA surgi l'ardente métamorphose,Le Désir même de nage, de vol ... Quand se tait soudain le chant du loriotL'espace est empli de choses qui meurent.Tombant en cascade un long filet d'eauOuvre les rochers de la profondeur ;Le vallon s'écoute et entend l'échoD'immémoriaux battements de cœur. .   FRANCOIS CHENG   .   Wildlife Photography
Posté par emmila à 18:52 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , , , , , , ,

mardi 6 septembre 2016

LETTRE D'UNE ENSEIGNANTE A NAJAT VALLAUD-BELKACEM

Isbergues, le 16 mars 2016 Madame le ministre, En septembre 2016, je franchirai les portes de ma classe pour la 25e année… Cela aurait pu être un bel anniversaire, n'est-ce pas ? Vingt-cinq années au service de mes élèves, latinistes, pour la plupart… Oui, je suis professeur de lettres classiques… Enfin, j'étais… J'aurais pu envisager cette rentrée avec joie comme je le fais depuis 25 ans… Mon métier, une vocation, une passion… Mais ça, c'était avant… Avant que vous ne décidiez cette abjecte réforme du collège et la mort... [Lire la suite]
lundi 5 septembre 2016

AGNES SCHNELL...Extrait

On est un peu absent au mondeOn est dans le fatrasencombré de pierres et d’histoiresemmêlé d’enfluresde baudruches d’exils vains.On est enspiralé dans la parolenu sous le regard des autresle sang trop vieuxen nos veines épuisées.Quand on aura tout dénouéquand les fêlures n’auront plus de portéel’enfance sera peut-êtreterre étrangère en notre mémoire. .   AGNES SCHNELL   .  
Posté par emmila à 20:09 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , , , ,
dimanche 4 septembre 2016

PHILIPPE TANCELIN

Vous franchissez la vie en la soulevant de l'insuffi des rêves anciens par la chair des questions ensevelies en ce bouquet offert à tant de gestes redoutés Qu’est-ce qu'un ciel sans l'espoir des yeux qui le lèvent? Qu’est-ce qu'un jour sans le courage au coeur qui l'infinit? Qu’est-ce que l'horizon sans l'oiseau qui le vole d'un trait de plume? La liberté a le visage de vos mains accordées à son heure Sur la promenade illimitée de votre quête le juste vient à la rencontre aussi certainement que vous marchez au coeur de l'enfance des... [Lire la suite]
dimanche 4 septembre 2016

LE POUVOIR DE CHOISIR

 ...l'être humain est constitué d'un Être intérieur (auquel on a donné différents nomsdans différentes cultures et traditions : Âme, Centre, Ange solaire, Christ intérieur, Source,Moi supérieur, Conscience supérieure,Guide intérieur, Ego (avec une majuscule) et qu'il possède un véhicule de manifestation (appelé souvent "personnalité" ou ego) formé d'un corps mental, d'un corps émotionnel et d'un corps physique permettant à l'Etre intérieur de se manifester dans le monde de la matière.Cet Être intérieur, nous l'appellerons ici le... [Lire la suite]