dimanche 21 février 2016

JERUSALEM

Encore une fois regardeet ne retourne plus.Une fenêtre au-dedans,grande ouverte sur l’Étendue.Tu n’as pas besoin de te retourner,partout c’est l’Ouvert à cette heure,là-bas ici , même ce qui n’a jamais commencé.Lumière gris-rose de poumon qui enfle entre les doigtscherchant toujours un fond, des limites,qui le retournent pour chercher le secret,la membrane grise de l’amnios fissuréel’incertitude entre l’aube et la nuit.Odeur de la vie, enflure d’un bourgeondans l’arbre se dépliant à l’infini– Le jasmine s’éclaire –deux ou trois... [Lire la suite]

dimanche 21 février 2016

TIENS BON...

La nuit s'en est venue avec des pas d'enfants Et le mystère de ses yeux noirs m'a saisi tout entier Qu'est-ce ce bruit lointain qui monte de ma race aux larges trajectoires de lames ensanglantées? Qu'est-ce cette odeur de poudre et de rhum mêlé sur les vagues incertaines d'un océan houleux? Une île à demie nue aux plages d'or fin signe sa découverte à tous les flibustiers La nuit est impalpable et sa chevelure d'encre se défait et devient le destin Trente-sept ans vont sonner à l'horloge patience Trente-sept coups de canon... [Lire la suite]
Posté par emmila à 19:07 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , , , ,
samedi 20 février 2016

LE SECRET PERDU

Qui me consolera ? - "Moi seule, a dit l'étude ; "J'ai des secrets nombreux pour ranimer tes jours." - Les livres ont dès lors peuplé ma solitude, Et j'appris que tout pleure, et je pleurais toujours. Qui me consolera ? - "Moi, m'a dit la parure ; "Voici des noeuds, du fard, des perles et de l'or." - Et j'essayai sur moi l'innocente imposture, Mais je parais mon deuil, et je pleurais encor. Qui me consolera ? - "Nous, m'ont dit les voyages ; "Laisse-nous t'emporter vers de lointaines fleurs." - Mais, toute éprise encor de... [Lire la suite]
Posté par emmila à 22:22 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , , ,
samedi 20 février 2016

IMPRESSION ET SOUVENIRS...Extrait

"Cela m'arrive aussi de la même manière. Il y a des heures où je m'échappe de moi, où je vis dans une plante, où je me sens herbe, oiseau, cime d'arbre, nuage, eau courante, horizon, couleur, forme et sensations changeantes, mobiles, indéfinies ; des heures où je cours, où je vole, où je nage, où je bois la rosée, où je m'épanouis au soleil, où je dors sous les feuilles, où je plane avec les alouettes, où je rampe avec les lézards, où je brille dans les étoiles et les vers luisants, où je vis enfin dans tout ce qui est le milieu d'un... [Lire la suite]
Posté par emmila à 20:37 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , , , ,
samedi 20 février 2016

L’EFFORT HUMAIN

L’effort humain n’est pas ce beau jeune homme souriant debout sur sa jambe de plâtre ou de pierre et donnant grâce aux puérils artifices du statuaire l’imbécile illusion de la joie de la danse et de la jubilation évoquant avec l’autre jambe en l’air la douceur du retour à la maison Non l’effort humain ne porte pas un petit enfant sur l’épaule droite un autre sur la tête et un troisième sur l’épaule gauche avec les outils en bandoulière et la jeune femme heureuse accrochée à son bras L’effort humain porte un bandage herniaire et les... [Lire la suite]
Posté par emmila à 18:39 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , , , , , ,
jeudi 18 février 2016

PAUVRETES

Je regarde vivre, je connais ici, des gens de peu. Je les fréquente et me trouve riche de les connaître. Ils vivent autrement. Par choix ou par nécessité, ils consomment peu. En revanche ils donnent beaucoup. Pas des choses, pas ces objets qui nous encombrent, non. Ils offrent de leur temps, de leur histoire, d'eux-mêmes. Leur logique est autre. Créativité et ingéniosité ont pris le relais d'un désir entretenu par l'offre commerciale. A les écouter et regarder faire, je prends la mesure de la prétention de mes évidences. Souvent,... [Lire la suite]

mercredi 17 février 2016

REVEILLEZ-VOUS ...

Réveillez-vous, réveillez-vous, ô égarés !Vos religions sont subterfuges des Anciens.Ils disent que le Temps mourra bientôt,Que les jours sont à bout de souffle.Ils ont menti – ils ignorent son échéance.N’écoutez pas ces champions de fourberie.Les gens voudraient qu’un imam se lèveEt prenne la parole devant une foule muette.Illusion trompeuse – il n’est d’imam que la raison,Notre guide de jour comme de nuit.Peut-être dans les temples se trouvent-ils des gensqui procurent la terreur à l'aide de versets,Comme d'autres dans les... [Lire la suite]
mercredi 17 février 2016

LA PRISON DU CIEL

N'être pas mêmetrace de sa pensée− ce désespoir d'avoirdépensé son dernier nuage − Seulementle sujet d'une biographieentre fable & aveucherchant un verbe de passageune occasion d'appareillerpour aller fonder l'Acropolede quelques volées de vocables& d'oiseaux mangeurs de soleils * Naître en prenant le temps l'espacecomme on prend un train pour ailleurspour des vergers comme des pagesd'abeilles butinant le blancquand l'allégresse des enfantssurgit de la légende fraîchedu linge qui gifle le vent * Le sens de quel... [Lire la suite]
mercredi 17 février 2016

SAMBELA..Extrait

Oui c'était merveille de soiesmerveille que ce fin systèmeoù se prenaientsemencesinsectes Te fascinait la dentellièresensible à la moindre détressesi prompte à répondre à l'appelsi délicate & si préciseen son exercice cruel Te voici maintenantnon plus simplement captivépar l'image du piège− rêvant comme l'enfantriant comme le sagequi domine le jeu& qui se joue de luien lui jetant des mouches − mais bien captifen son réseau fatal passionqui se débats'épuise penséequ'éteintson thèmeultime * Ai-je offenséun jourle... [Lire la suite]
mardi 16 février 2016

SOUFFLES ET SONGES...Extrait

Surprise de l'aurore échappée de la nuit sauvage comme un filet d'eau clair qui délivre les joies possibles Le vent a chassé les nuages, balayé les mémoires Un étrange lumière invite au songe révélant la naissance du monde La vie n'est-elle qu'une escapade aux sources du soleil ?   .   COLETTE GIBELIN   .   Oeuvre Jean-Claude Barthel