mardi 17 juillet 2007

VERGOGNA A TE CHI BRUSGI A NOSTRA TERRA.....

Il est des parfums inoubliablesAu crépuscule d'un jour magiqueA l'aube d'une promesse de vieOù la mer odorante et vagabonde,Où la terre, lourde des senteurs du maquis,Dans l'indolence fiévreuse de l'été,Offrent comme un refuge aux libres créatures,Son temple de beauté, de couleurs, de fragrances,Fascinantes et ensorcelantes compositions de la nature.....Mais au dessous d'un ciel cruellement bleu,S'élèvent les sourdes plaintes des êtres qui s'enfuientDevant cet embrasement vomissant de flammes,Suffoqués par un suaire de fumée... [Lire la suite]
Posté par emmila à 17:07 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , , , ,

samedi 14 juillet 2007

OISEAUX....

Extraits de Oiseaux L'oiseau de tous nos consanguins le plus ardent à vivre, mène aux confins du jour un singulier destin. Migrateur, et hanté, acharné d'inflation solaire, il voyage de nuit, les jours étant trop courts pour son activité. Par temps de lune grise couleur du gui des Gaules, il peuple de son spectre la prophétie des nuits. Et son cri dans la nuit est le cri de l'aube elle même : cri de guerre sainte à l'arme blanche. Au fléau de son aile l'immense libration d'une double saison ; et sous la courbe du vol, la... [Lire la suite]
Posté par emmila à 15:14 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
samedi 14 juillet 2007

DU MAITRE D'ASTRES ET DE NAVIGATION....extrait

."....Secret du monde, va devant ! Et l'heure vienne où la barreNous soit enfin prise des mains !... J'ai vu glisser dans l'huile sainte les grandes oboles ruisselantes de l'horlogerie céleste,De grandes paumes avenantes m'ouvrent les voies du songe insatiable,Et je n'ai pas pris peur de ma vision, mais m'assurant avec aisance dans le saisissement, je tiens mon oeil ouvert à la faveur immense, et dans l'adulation. Seuil de la connaissance ! avant-seuil de l'éclat !... Fumées d'un vin qui m'a vu naître et ne fut point ici... [Lire la suite]
Posté par emmila à 14:50 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
samedi 14 juillet 2007

SAINT JOHN PERSE

"Allocution de Saint-John Perse au Banquet Nobel du 10 décembre 1960 à Stockholm, J'ai accepté pour la poésie l'hommage qui lui est ici rendu, et que j'ai hâte de lui restituer.La poésie n'est pas souvent à l'honneur. C'est que la dissociation semble s'accroître entre l'oeuvre poétique et l’activité d'une société soumise aux servitudes matérielles. Ecart accepté, non recherché par le poète, et qui serait le même pour le savant sans les applications pratiques de la science. Mais du savant comme du poète, c'est la pensée... [Lire la suite]
Posté par emmila à 14:35 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
samedi 14 juillet 2007

ME VOICI RESTITUE(E) A MA RIVE NATALE...

ME VOICI RESTITUE(E) A MA RIVE NATALE     « …Comme celui qui se dévêt à la vue de la mer, comme celui qui s’est levé pour honorer la première brise de terre […]    Les mains plus nues qu’à ma naissance et la lèvre plus libre, l’oreille à ces coraux où gît la plainte d’un autre âge,    Me voici restitué à ma rive natale… Il n’est d’histoire que de l’âme, il n’est d’aisance que de l’âme.    Avec l’achaine, l’anophèle, avec les chaumes et les sables, avec les choses les plus frêles, avec les... [Lire la suite]
Posté par emmila à 10:34 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
dimanche 8 juillet 2007

LE BONHEUR ( Maroc)

    Comme nous avons ri, les jours passés et nous continuons à rire, nous rions. Nous ne savons pas comment nous allons pleurer comment pourraient être des funérailles dans ce pays en larmes. Nous rions, rions. Nous marchons dans la rue et voilà que la rue est un cercueil. Nous contemplons les arbres arrêtés dans la rue les arbres sont des potences d'où nous pendons morts. Nous regardons les pluies qui tombent sur le coeur les pluies sont les larmes de tous les tués. Nous rions, rions. Nous scrutons nos... [Lire la suite]
Posté par emmila à 17:58 - - Commentaires [1] - Permalien [#]
Tags : ,

dimanche 8 juillet 2007

DEPASSEMENT...

DEPASSEMENT Sur la mer infinie et la brise insensée Vers le ciel farouche où brûle la pensée Vers les étoiles amoureuses, Gyapète augural, je dirai aux éclairs: Je veux le seul Vivant, le seul Grand, le seul Clair Malgré les gouffres qui se creusent ! La Lune au sein de miel, et Vénus de turquoise, Saturne où des clartés sinistres s'entrecroisent, Jupiter, saphir triomphal, Mercure qui chatoie ainsi qu'un lac de songe, Mars tout gonflé de sang comme une sombre éponge, Uranus dévorant, Neptune... [Lire la suite]
Posté par emmila à 17:28 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
dimanche 8 juillet 2007

FUREUR AMOUREUSE

      Délires mystiques, fureur amoureuse, total abandon(Chut ! écoute-moi chuchoter à ton oreille, Je t’aime, tu me possèdes entièrement,Toi et moi évadons-nous très loin des autres, pour toujours partons, libres, sans contrainte,Plus libres que couple de faucons dans le ciel ou que poisson glissant au fond de l’océan),L’orage fulgurant sa course dans mes os, et moi que la passion secoue,Et notre serment d’inaltérable fidélité que nous jurons ensemble, la femme que j’aime et qui m’aime, oui, avec elle, prêtant... [Lire la suite]
Posté par emmila à 03:10 - - Commentaires [1] - Permalien [#]
dimanche 8 juillet 2007

PROPHETIE EGYPTIENNE

Prophétie Egyptienne Je suis le vieil Atoum, serpent d'éternité.Ma lumière a craché ces étoiles sans nombre,Puis les dieux ont jailli de la profondeur sombre,Plus nombreux que la mouche au soleil de l'été.Ils jettent en clameurs leur importunité, Ils m'ennuient ! La colère aux yeux de sang m'adombre, Je changerai leurs tours en fulgurants décombres : Ils seront comme s'ils n'avaient jamais été. Quant à moi, renaissant dans ma forme nouvelle, Cette merveille d'or où l'azur se révèle, Je ressusciterai comme l'oiseau Benou ! Sur... [Lire la suite]
Posté par emmila à 02:35 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
dimanche 8 juillet 2007

L'AMOUR MAGIQUE

L'Amour Magique De nos bouches en feu s'envolent les baisers,Oiseaux voluptueux, vers un azur sauvage...Par l'entrelacement de nos membres brisés, Nos coeurs sautent, comme les flots sur le rivage. Et, dépassant d'un bond les nuits qu'un vent ravage, S' unissent nos désirs dans les cieux embrasés, Se fondent nos esprits dans le soleil des Mages... Tombez de Dieu, tombez, éternelles rosées !                          FRANCOIS BROUSSE
Posté par emmila à 02:21 - - Commentaires [0] - Permalien [#]