samedi 28 mai 2022

UN TEMPS A S'OUVRIR LES VEINES...Extrait

Si je nomme c'est pour un moindre mal Pierre Pain ou Pomme Licorne ou Cheval . Si je nomme c'est pour respirer mieux dans le nid de feu dans l'écorce d'automne . Si je nomme c'est pour durer encore un peu dans le miroir de vos yeux le vert de vos paumes. . . . . . si nombro es por un mal menor Pan Piedra o Manzana Unicornio o Caballo   si nombro es para respirar mejor en el nido de fuego en la corteza de otoño . si nombro es para durar un poco mas en el espejo de tus ojos en el verde de tus... [Lire la suite]
Posté par emmila à 13:04 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , ,

samedi 28 mai 2022

LE REGRET DE LA TERRE

Un jour, quand nous dirons : « C'était le temps du soleil,Vous souvenez-vous, il éclairait la moindre ramille, Et aussi bien la femme âgée que la jeune fille étonnée,Il savait donner leur couleur aux objets dès qu'il se posait.Il suivait le cheval coureur et s'arrêtait avec lui,C'était le temps inoubliable où nous étions sur la Terre,Où cela faisait du bruit de faire tomber quelque chose,Nous regardions alentour avec nos yeux connaisseurs,Nos oreilles comprenaient toutes les nuances de l'airEt lorsque le pas de l'ami s'avançait nous... [Lire la suite]
Posté par emmila à 11:49 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , , ,
samedi 28 mai 2022

PETIT TRAITE DE L'IMMENSITE DU MONDE...Extrait

Aux bords de l’humanisme .  .  Jusqu'à un certain jour où le ciel s'embru­nit, je voyageais pour rencontrer les Hom­mes. À ceux qui demandaient une raison à mes brusques départs, je décrivais l'huma­nisme — cet élan sentimental qui nous porte vers nos semblables -- comme présidant à tout élan vagabond. J'ajoutais que c'était pour étancher ma soif de l'Autre que je me lançais dans de longues échappées. Mes interlocu­teurs se montraient ravis de ces réponses : la référence à l'humanisme est le meilleur moyen d'endormir une... [Lire la suite]
samedi 28 mai 2022

MON AMOUR...

Mon amour mon amouril paraît que ces mots-là n'ont plus coursqu'il faut masquer nos sentimentsse nourrir d'images de mensongeset ne montrer que le décor de nos corps          ... c'est dans l'air du tempsmais est-ce un temps ? Est-ce un air ? Laissons le bateau partir il est rempli de sauterelles A force d'aller trop viteon évacue la mort et on se moque de toutY en a même qui se suicideraient pour qu'on les remarque         ... mais où est-il ce putain de vivre pour vivre... [Lire la suite]
Posté par emmila à 11:32 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , ,
samedi 28 mai 2022

LE TEMPS DES MERVEILLES...Extrait

Dans la prison du sage un or se multipliequi ressemble aux reflets du soleil sur une eaufuyant au long du temps. Un or qui se disperseen rayons, en regards et en complicitésilencieuse. Les bruits lointains qui retentissentn'arrivent plus ici. Dans la tour du Savoirun feu fera du Rien le déambulatoirequi va de porche en porche et reconduit au Rien.Mais qu'importe. Un feu éclaire la durée,Il illumine le passage, il fait une vie de plain-chantdans le pays des pas-perdus. Et une lampesuffit à la rançon, mais nul n'est détenu. . . . . ... [Lire la suite]
Posté par emmila à 10:36 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , , , , ,
samedi 28 mai 2022

CARMEN PENN AR RUN

Derrière le front l'énergie vert pomme d'une terre à blé où lentement poussent les épis _ les fougères des pensées se plient émiettent les mottes où germe le grain de demain _Rien ne s'oublie du passé à l'avenir quand la menthe en soi savoure mille désirs la vie crée notre paysage à partir du champ chromatique soutenu par l' apitoiement le plus intime quand des plus grandes détresses nous nous relevons par amour . . . . . CARMEN PENN AR RUN . . . .  Oeuvre Florence... [Lire la suite]
Posté par emmila à 10:27 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , , , ,

samedi 28 mai 2022

ANNA MARIA CARULINA CELLI, POEMES ...Extrait

Qu'est-ce que cette tête mèches Où les piafs, tandis que je rêvais d'amour Sont venus faire leur nid Parsemés de brindilles, de nuages, de fleurs sèches Des cheveux fous voguent à rebours Par-dessus mon visage vaguement étourdi Un moineau perché sur mon toit de chaume dit Que le pays ailé qu'abrite ma ronde pomme Pailles excentriques jetées aux quatre vents Tient lieu de chapeau de soleil, et même d'auvent Que l'été, je serai sous l'ombre d'un royaume Au bord de l'eau, la nuque contre un caillou La silhouette des fougères... [Lire la suite]
Posté par emmila à 09:24 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , , , , ,
vendredi 27 mai 2022

DEVANT DU LINGE ETENDU PAR MA MERE, AU VILLAGE

  Linge étendu par les bras roses de maman! Primitive épreuve de la cuve aux cendres de sarment... œufs à la neige du savon... Franches gifles du battoir... Décisives caresses du puits... Très pure corde allant de l’azerolier à ce trophée d’oreilles d’éléphant que semble le figuier... Puis les épingles tutélaires... Enfin, sur toutes ces candeurs flottantes, les lingots subtils du soleil vierge... Linge étendu par ses bras roses! Hosties... Lins d’aube... Nénuphars de brise... Pages de pâquerettes... Pans de lune... ... [Lire la suite]
Posté par emmila à 20:05 - - Commentaires [1] - Permalien [#]
Tags : , , , , , , ,
vendredi 27 mai 2022

CHEMINS D'ENCRE...Extrait

  J’en suis persuadé, c’est la même insatisfaction – ou le même manque – qui me fait marcher et qui me fait écrire. Me voilà sur un chemin, en haut d’une falaise, l’océan roule en bas du sable et des galets. Un taillis masque la petite crique dont je devine le croissant ocre enserré de rochers où se fracassent les vagues. Je tends en vain le cou pour essayer de l’apercevoir entièrement. Il me faudrait avancer encore, mais la voie en corniche devient malaisée. J’hésite, pousse un peu plus loin. Ici, le ravinement a entaillé le... [Lire la suite]
vendredi 27 mai 2022

L'ALCOOL DES VENTS...Extrait

... Je rends grâce aux frontières que l’on passe en clandestin,premiers pas hors de la cour, vélo volé pour la prime aventure.A cet autre côté où l’on renaît de se savoir un peu perdu,tellement livré à l’audace et au possible,et déjà redevable au coin de rue, au chemin creux conquis,à la fiévreuse angoisse qui a réveillé les odeurs et les bruits,d’être vivant.Terriblement. ... . . . . . MICHEL BAGLIN . . . . Artiste ??? 
Posté par emmila à 19:07 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , , , ,