vendredi 21 octobre 2016

OTTENSAMER ET NEMANJA RADULOVIC - CSARDAS

Posté par emmila à 22:19 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : ,

vendredi 21 octobre 2016

LE DERACINE...Extraits

Rien n'est beau comme ta nuitEclairée d'un sourireLe peu de temps pour la mortTu te pares fragile si belleD'un corps au solstice du rêveVentre premierEt le figement de la vague sur l'étoffeDans l'étreinte de ce lieu perdu que tu saisLa vigueur exige la patience de l'amourL'urgence du souffleLa plus juste faiblesse ... Tu reprends voix dans la révolteTu reprends vieTu reprends criPoussé le premier motArraché du sang véritableLe poème t'avoue dans un autre lieuMoment propice d'une irruption de vivred'une éclosion de souffleTon seul... [Lire la suite]
vendredi 21 octobre 2016

LE SANG LE SOIR ...Extrait

Parfois on se dit Qu’il faut du courage Même si on ne sait plus au juste pourquoi La peine n’a plus que le temps De cet adagio lancinant de Barber De ces notes arrachées au silence Et on ferme les yeux On essaie de tourner la page De tenter d’oublier qui venait t’enchanter Et qui donnait le sens Parfois on se dit Qu’il faut du courage Même si on ne sait plus au juste pour qui Même si on ne sait pas ce que cela veut dire Du courage sans plus d’amour   .   GUY ALLIX ... [Lire la suite]
Posté par emmila à 21:28 - - Commentaires [3] - Permalien [#]
Tags : , , , , ,
vendredi 21 octobre 2016

DINARD

Si tout se vitrifiaitEn un sursaut mauresque CézembreLa contrescarpe Les villas pittoresques Le casino ramier Et ses chausses d’opale L’hôtel incandescent Le Printania Les voiles Les arêtes du vent   Si tout se confondait Panoramiquement Sous l’arceau simplifié Du temps qui se repose Emargeant tendrement Le bréviaire des roses Et le parapet fou Où veillent les amants   Si tout se mausolait Océaniquement Sous la croupe ivoirine D’un sanglot exemplaire Il me viendrait tes mots Encorneillant la mer Sous l’aplasie... [Lire la suite]
Posté par emmila à 21:03 - - Commentaires [1] - Permalien [#]
Tags : , , , , , , ,
vendredi 21 octobre 2016

L'EMPREINTE

Je suis d’un autre clanEt d’une autre fratrie Je suis l’homme à genouxEt la femme aux abois La louve suffocanteAu ventre du sous-boisQuand sonne l’hallaliSur l’autel des jours Je suis d’un autre mondeEt d’une autre patrie Je suis la voie trembléeQui dépèce le soirLa main fraîche du ventAu front du désespoir Et l’hospice espéréAu versant de l’amour Je suis d’un autre siècleEt d’une autre mémoire Je suis ce ciel ouvertRompu dans ton regard Je suis celui qui saitEt celle qui s’égare Je suis le... [Lire la suite]
vendredi 21 octobre 2016

LOUISA PAULIN

Quelqu’un d’un doigt léger m’a touchée à l’épaule. Je me suis retournée mais il s’était enfui : Peut-être es-tu celui que je n’espérais plus Et dont le souvenir confus Trouble encore quelquefois le miroir de mes songes ? Ou bien L’ange gardien de mon âme d’enfant Alors que résonnait aux jardins du Printemps Le doux éclat de nos deux rires ? Je froissais quelquefois tes ailes dans nos jeux, Blanches ailes au reflet bleu Comme l’enfantine journée. Viens-tu comme autrefois, poser mes pieds lassés Sur la divine échelle où palpitaient les... [Lire la suite]
Posté par emmila à 00:28 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , , , , , , ,

jeudi 20 octobre 2016

LES EMIGRANTS...

 Merci Gérard Cléry  et Guy Allix ... ...   lissant leur vie aux fenêtres des trains ils voient blêmir ces paysages où nul arbre ne brûle     terre affamée de caresses et du vent pour eux déroule tes bandages     ils vont leur renommée voyage ils n'amasseront pas rivés à la souffrance plane         de temps en temps toisonnent par le gué d'un bocage ces gibets de tendresse qui ne les balancent guère     ils vont sachant fort peu plier genoux ... [Lire la suite]
mercredi 19 octobre 2016

JOËL GRENIER...Extrait

Sur la route de plus tard, assise en tailleur de rêves, elle comptait sur les feuilles les projets du printemps. Un, deux , trois, soleil d'automne, les arbres s'en souviennent qui se parent de feu. Je l'aime un peu, beaucoup et même à la folie des hivers qui se rapprochent pour se tenir chaud quand les corps s’effeuillent dans un roman d'amour. Entre ses doigts, la vie est un sacré herbier...   .   JOËL GRENIER   .                
Posté par emmila à 18:06 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , , , , ,
mercredi 19 octobre 2016

L'IDENTITE OBSCURE...Extrait

.... alors on s'enfonce, on traverse des étendues où le seul futur est le cœur qui bat comme cet appel auquel on voudrait répondre et c'est pourquoi on avance, même si à chaque pas rien ne bouge que le corps obstiné qui poursuit l'ombre qu'il n'a pas, on aimerait pouvoir s'arrêter, regarder simplement l'aube qui vient, poser la main sur la pierre froide et saluer la lumière, dire les premiers mots, écouter le crissement du sable, le bruissement de l'eau, la rumeur des choses qui commencent mais le jour est déjà le soir, on... [Lire la suite]
Posté par emmila à 10:58 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , , , , , , , , , , , ,
mercredi 19 octobre 2016

AUTOMNE MALADE

Automne malade et adoréTu mourras quand l'ouragan soufflera dans les roseraies Quand il aura neigé Dans les vergers Pauvre automne Meurs en blancheur et en richesse De neige et de fruits mûrs Au fond du ciel Des éperviers planent Sur les nixes nicettes aux cheveux verts et naines Qui n'ont jamais aimé Aux lisières lointaines Les cerfs ont bramé Et que j'aime ô saison que j'aime tes rumeurs Les fruits tombant sans qu'on les cueille Le vent et la forêt qui pleurent Toutes leurs larmes en automne feuille à feuille Les feuilles Qu'on... [Lire la suite]
Posté par emmila à 10:34 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , , , ,