mardi 13 décembre 2016

J'AIMERAIS TOUT SAVOIR

J'aimerais tant savoir comment tu te réveilles, J'aurais eu le plaisir de t'avoir vue dormir La boucle de cheveux autour de ton oreille, L'instant, l'instant précieux où tes yeux vont s'ouvrir. On peut dormir ensemble à cent lieues l'un de l'autre, On peut faire l'amour sans jamais se toucher, L'enfer peut ressembler au Paradis des autres Jusqu'au jardin désert qu'on n'avait pas cherché. Quand je m'endors tout seul, comme un mort dans sa barque, Comme un vieux pharaon je remonte le Nil. Les années sur ma gueule ont dessiné leur... [Lire la suite]
Posté par emmila à 18:56 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , , , , , ,

mardi 13 décembre 2016

QUATORZIEME POESIE VERTICALE - DECIMOCUARTA POESIA VERTICAL...Extrait

Ecrire un poème sur rien, où toutes les transparences peuvent flotter, ce qui n’a jamais connu la condamnation de l’être, ce qui l’a abandonné déjà, ce qui est sur le point de commencer et ne commencera peut-être jamais. Et l’écrire avec rien ou presque rien, avec l’ombre des mots, les espaces oubliés, un rythme qui se détache à peine du silence, et un silence marqué dans un point de l’autre côté de la vie. Un poème sur rien et avec rien. Peut-être que tous les poèmes passés, futurs ou impossibles pourraient tenir en lui, au moins... [Lire la suite]
mardi 13 décembre 2016

HEIDEGGER

Chemins, chemins de la pensée ; ils vont d’eux-mêmes, ils s’échappent. Quand donc amorcent-ils à nouveau le tournant, dégageant la vue sur quoi ? Chemins allant d’eux-mêmes, jadis ouverts, soudain refermés, plus tard. Montrant de l’antérieur, jamais atteint, voué au non-dit – relâchant les pas à partir de l’accord d’un fiable destin. Et à nouveau presse une ombre incertaine dans la lumière qui tarde.       MARTIN HEIDEGGER       Oeuvre Soon Young Lee
mardi 13 décembre 2016

ERNEST PEPIN...Extrait

Irons-nous Pays frileux Au bord des fraternités Vrai cœur recousu de la mer Au hasard L’irrémédiable en nous L’atroce traversée de la fosse en nous Au hasard Le neuf galop d’une île qui cherche Se cherche Au hasard D’un feu de camp D’un boucan de soleil Coupable de quoi Je demande au remords Aux souvenirs hantés Au pays à venir Et que façonne la belle espérance Visage dû Ile tue Le ciel ne s’en est pas allé Il est en nous Irons-nous jusque là Aux dernières nouvelles Tout est en nous Tout est à nous   ... [Lire la suite]
Posté par emmila à 17:14 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , , ,
mardi 13 décembre 2016

DIALOGUE AVEC GERARDO DIEGO...Extrait

" Que te dirais-je de la poésie ? Que dirais-je de ces nuages, de ce ciel ? Les voir, les voir, les voir... et rien de plus. Tu comprendras qu'un poète ne peux rien dire de la Poésie. Laissons cette tâche aux critiques et aux professeurs. Mais ni toi, ni moi, ni aucun poète, nous ne savons ce qu'est la Poésie. La voici ; regarde. je porte le feu dans mes mains. je le comprends et je travaille parfaitement avec lui, mais je ne peux en parler sans littérature. "       FEDERICO GARCIA LORCA .       ... [Lire la suite]
Posté par emmila à 16:25 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , ,
dimanche 11 décembre 2016

GHYSLAINE LELOUP...Extrait

Voix envolée, cris d’hirondellesArc du corps, traduction des ailesVenant d’en bas les crisSilhouette furtive des futaiesMes élixirs guérissent, on me dit maléfiqueArrachée des forêts aux grandes fougèresIls me fouettent me fouaillent me forcent et m’étouffentMa robe est jaune pour le feu et son orgie de ténèbresToujours les crisMusique condamnée jusque dans les cagesLe glas de la prière tombe comme nos larmesTraquée dans un orient aux fontaines séchéesJe porte ma prison en un voile tissé lourdCiel obscurci sous les barreaux de mon... [Lire la suite]

dimanche 11 décembre 2016

SOMNAMBULE

Je garde sous la peau mon costume de mortavec à l'intérieur le long poignard de l'aubema voix se couvre mon ombre et moi nous sommes seulset je laisse sur l'eau des blessures insenséesJe suis à bout de peau je fais des métiers d'absenceje descends dans le corps des oiseaux somnambulesj'éteins les ombres blanches sur le miroir des mortset la couleur du monde s'est perdue en cheminJe vois le ciel pendu à des crochets de plombje vois des marées mortes dans le sang blanc des algueset sur les seuils de pierre des bracelets d'oiseauxDans un... [Lire la suite]
Posté par emmila à 17:44 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , , , , , ,
jeudi 8 décembre 2016

REGARD DES ETOILES

à Jean Laugier, i.m. .Ce corps de glaise,pesant, lié au sol,tiré vers l’invincible nuit,ce corps où l’esprit veillecomme l’oiseau, dans la charpente de ténèbre,la cage d’os qu’un sang paisible éclaire,en songe une musique le saisit,l’allège et le dénoue de la terre charnelle.l’aile promise, triomphale, déploieses plumes frémissantes.Il se retourneet la rosée l’aspire.Les yeux fermés,rêvons que dans le froids’élève librement notre corps de lumière.Et le voici alors dissous dans la lumière,dépossédé du sanget du grand livre intime que... [Lire la suite]
jeudi 8 décembre 2016

AIR - JOHANN SEBASTIAN BACH

Posté par emmila à 20:38 - - Commentaires [1] - Permalien [#]
Tags : , ,
jeudi 8 décembre 2016

AGNES SCHNELL...Extrait

En pensant à toi Agnès...   Un jour grignoté sans transparence chants d'oiseaux perdus soupirs de la terre submergée toute la nuit la pluie a chanté mille doigts d'eau ont pénétré mon sommeil... .   AGNES SCHNELL   .  
Posté par emmila à 19:40 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , , , , , ,