vendredi 29 juillet 2016

ASTOR PIAZZOLA - MELODIA EN LA MENOR

Posté par emmila à 16:47 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags :

vendredi 29 juillet 2016

LA CASTRATION MENTALE...Extrait

  "Les régimes politiques rêvent d'assurer leur légitimité en assurant le bonheur, mais qu'ils soient de droite ou de gauche, totalitaires ou libéraux, tous ces régimes suscitent des sociétés mystifiées, et par conséquent soumises. La mystification devrait permettre, en théorie, d'obtenir la soumission, non pas au pouvoir mais à l'idée, cependant la bonne idéologie ne va jamais sans bonne police. Alors le pouvoir tâche de rattraper la contrainte par le bien-être. Cette situation et le décalage qui la fonde, a tout pour être... [Lire la suite]
vendredi 29 juillet 2016

A CHAQUE AMOUR QUE NOUS FERONS

Je me noierai dans tes étreintes Dans tes vallées, tes sillons Tes merveilleux labyrinthes Et tes mystérieuses plaintes À chaque amour que nous ferons Le rouge de ta bouche peinte Enflammera l’horizon Jusqu’aux étoiles presqu’éteintes On y trouvera nos empreintes Et de là, nous nous perdrons Le monde peut dormir tranquille Il ne fait qu’un rêve à la fois Des rêves à la fois, j’en fais mille Ils ont tes manières et ta voix Avant de recouvrir la Terre Chaque nouveau matin viendra Naître en dessous de tes paupières Et... [Lire la suite]
Posté par emmila à 16:13 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , ,
mercredi 27 juillet 2016

TIEMPO DEL ARBOL

No era el árbol. Pero la brisa, sí, y el ave y la plegaria del ave; y la doctrina del fruto y el ritual de las mariposas amarillas. No era el árbol. Pero el campanario, sí, de las corolas y la tierra para el descenso de las flores y la raíz de las lluvias y el motivo de las sombras y el brazo verde en la llovizna. No era el árbol. Pero la nube, sí, y el viento y la voz, el cuerpo y el alma del viento y los miembros para el ansia del agua y las entrañas para el deseo del sol y el camino de alas transparentes. No era... [Lire la suite]
mercredi 27 juillet 2016

TEMPS DE L'ARBRE

Ce n’était pas l’arbre. Mais la brise, oui, et l’oiseau et la prière de l’oiseau; et la doctrine du fruit, le rituel des papillons jaunes. Ce n’était pas l’arbre. Mais le campanile, oui, des corolles et la terre pour la descente des fleurs et la racine des pluies et la broderie des ombres et le  bras vert dans la bruine. Ce n’était pas l’arbre. Mais le nuage, oui, et le vent et la voix, le corps et l’âme du vent et les membres pour la soif de l’eau et les entrailles pour le désir de soleil et le chemin aux ailes... [Lire la suite]
mercredi 27 juillet 2016

LES MAINS NEGATIVES

 Devant l'océan sous la falaisesur la paroi de granitces mainsouvertesBleuesEt noiresDu bleu de l’eauDu noir de la nuitL’homme est venu seul dans la grotteface à l’océanToutes les mains ont la même tailleil était seulL’homme seul dans la grotte a regardédans le bruitdans le bruit de la merl’immensité des chosesEt il a criéToi qui es nommée toi qui es douée d’identité je t’aimeCes mainsdu bleu de l’eaudu noir du cielPlatesPosées écartelées sur le granit grisPour que quelqu’un les ait vues.Je suis celui qui appelleJe suis... [Lire la suite]
Posté par emmila à 18:22 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , , , , , ,

mercredi 27 juillet 2016

HUMBLE FRESQUE DES CONSOLATIONS DU MONDE

Des Christ Des suaires Des prophètes Des arbres rouges d'oiseaux Flottent dans l'attente, Don Quichotte Les apôtres Des cantiques Des baies rouges Des branches de buis Le rituel dérisoire et toujours répété de la croyance en la tendresse humaine L’enfant, l’oiseau, les loupsPar-dessus les pleurs, il reste l’amour Du plus ordinaire des jours En plus simple apparence, l’ange Se pose sur les mains jointes Comme on voit près de l’arbre décimé Un corbeau solitaire dépecer la misère humaine Comme on lit les prières arrachées aux... [Lire la suite]
mardi 26 juillet 2016

JOURNAL D'ENFER ET POEMES INEDITS...Extrait

Ne trouvons plus de mots assez aiguspour exprimer l'ampleur du désastrevivons disloquésdans les convulsions de l'angoisseparmi les remous d'un désespoir si absoluque rien n'en altère la cruautéSommes réduits à mendier les caresses de la mortà accepter l'horreur pour s'en faire une défroquedérivons vers les ravines de bouejaillirons enchaînés du centre putréfié de l'humiliation .   FRANCIS GIAUQUE   .   Photographie Nathalie Magrez
Posté par emmila à 20:21 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , , , , , ,
mardi 26 juillet 2016

BASALTE ROUGE

De si loin revenu par magie amant veilleur pris dans les bras mains maladroites rendre la chair vive être brasier et fagot de purs blasphèmes hallucinés soufre, herbe brûlée langue obscure de quelque étranger brûle lucide les plaintes blasphèmes vie coupée versets redoutés prière d’insérer enfer noces de terreur bandit éclopé que guettes tu au bout de l’exil ? j’emprunte les yeux des femmes aimées pour éclairer mon chemin la nuit bouillonne viens aiguiser les mots sur la pierre mots tranchants de l’agonie qui crie :... [Lire la suite]
Posté par emmila à 19:52 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , , , , , ,
lundi 25 juillet 2016

FEUILLETS ...Extraits

L’exubérance, fleurs, feuillages, du milieu de juin n’est rien comparée à la puissante maturité qui saisit cette terre plus belle qu’aucun ciel. A la fin de juillet le ciel auparavant comme une lisse toile bleue se creuse soudain, gouffre sans un frisson où baignent les feuillages verts et noirs d’une dureté inexorable ; et lorsque août arrive, on voit vers le soir la lumière comme un fleuve fuir à l’horizon vers une mer inconnue et rendre à la voûte abandonnée sa transparence peu à peu chargée d’étoiles.   .   GUSTAVE... [Lire la suite]
Posté par emmila à 20:01 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , , , ,