mardi 14 octobre 2014

ALEX ABOULADZE

Dire Dire pourtantenfin dire Le mot que dit toujourstout être qui se tait Et se taireimpossiblement Voilà..   .   ALEX ABOULADZE   .     Oeuvre Jaamati Mohamed          
Posté par emmila à 21:24 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , ,

mardi 14 octobre 2014

LES MOTS PERDUS

J'ai dû laisser traîner des mots chez toiIls ont glissé du bout de mes doigtsRegarde dans les coussins de ton canapéCertains dessous ont dû là se coincerEt sous tes meubles passe un coup de balaiCertains sont de la poussière à sauverSi tu les retrouves je t'en prie gardes-lesIls ne sont peut-être pas tous si usésEt je suis pas sûr de m'en servir un jourParmi eux doit se trouver «toujours»Je suis sûr et certain je ne l'avais pasEn passant pour la dernière fois le pas de ta porte J'ai dû laisser traîner des mots chez toiIls ont glissé... [Lire la suite]
Posté par emmila à 21:09 - - Commentaires [2] - Permalien [#]
Tags : , , ,
mardi 14 octobre 2014

RETICENCES

.... Et la spendeur des cartes, chemin abstrait qui mène à l’imagination concrète, lettres et traits irréguliers qui débouchent sur la merveille. Ce qui repose de rêve dans les reliures vétustes, dans les signatures compliquées (ou si simples et déliées)  des vieux bouquins. ( Encre lointaine et décolorée ici présente par-delà la mort, ce qui, refusé à la vie de tous les jours, paraît dans les illustrations, ce qu’annoncent involontairement certaines annonces illustrées. Tout ce qui suggère, ou exprime ce qu’il n’exprime pas,... [Lire la suite]
samedi 11 octobre 2014

L'ENTRETIEN DEVANT LA NUIT...Extrait

Le soir, nous parlerons de silence : il faut se couler au bas des marches et regarder les jarres dormir, il faut humer des yeux ces vieux murs – poussières d’insectes, de mortier, cendres de spores, d’araignes –, débusquer la lumière jamais traduite, la beauté sans cri. Sommes-nous pas la nouvelle rive, la crête la plus profonde, la descente à plus tard et son chemin d’ombre ? Atteindre au plus loin de l’or l’île de ténèbre, encourir l’enfouissement de l’éclair, sa partie basse d’ocre et d’oubli, ... [Lire la suite]
Posté par emmila à 01:06 - - Commentaires [1] - Permalien [#]
Tags : , , , ,
vendredi 10 octobre 2014

LA VERITE

"La vérité est un pays sans chemin. L’homme ne peut venir à elle par aucune organisation, par aucune foi, par aucun dogme, prêtre ou rituel, ni par aucune connaissance philosophique ou technique psychologique. Il doit la trouver à travers le miroir de la relation, par la compréhension du contenu de son propre esprit, par l’observation, et non par l’analyse intellectuelle ou la dissection introspective. L’homme a construit en lui-même des images pour améliorer son sentiment de sécurité - religieuse, politique, personnelle. Celles-ci se... [Lire la suite]
Posté par emmila à 23:19 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , , ,

vendredi 10 octobre 2014

MOSAIQUE CELESTE

Dans cet espaceproche de l’impalpableDans cet instanttendusans mémoireméditant aux brisures acides de la destinéeDans le gouffre de Lumièrecriblé de marbre et de cristalj’ai vu fondrel’écume aveugle des étoilesVoûte célesteoù glisse lentement l’errance du regardMiroir d’ombre viergeMosaïque virtuelle sans cesse recomposéecomme une spirale, làvéritable chantpuisé au crible du soi .   ALLAIN GAUSSIN   .  
Posté par emmila à 22:53 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , , , , ,
jeudi 9 octobre 2014

SANS AILES...

Comment il entre en nous par le seuil du silence, le mot.Pour qu'entre nous soit dit, comment elle nous tient, la parole,Des entrailles aux lèvres,En ce fin tremblement de ce qui pourrait-être,Si jamais.Comment elle nous dresse en désignant le monde,Visant en nous ce qu'il en fait de nous, le signe.La parole aux brisants.En cette île du soir où viennent les oiseauxLa voix qui vient de rien.Comment elle nous dresse au pavillon d'effroi,enfants de l'horizon, humbles fils du miroir, humains.Comment elle nous tresse de ce qui n'est... [Lire la suite]
Posté par emmila à 16:45 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , , , ,