mardi 14 juin 2016

DERISOIRE

Voici que déjà mon noms’effaceet rompt avec la partitionque j’avais déroulée.Je l’ai jouée à m’y perdrea cappellaà l’envers sans répit.Les mots retournent aux lettreset les lettres aux signesréseaux hâtivement bâtisentrelacs de lignes coléreusesde points évasifs ou mourants.Voici que déjà s’amenuisel’espace tel un feuque l’on couvre brusquement,des pattes d’oiseauxsur l’humidité du sable,le fantôme d’un arbreoù le vent reste prisonnier.Que c’est étrange !Alice aux cheveux blanchis,on cherchait un lieud’écriture lenteoù déposer nos... [Lire la suite]

mardi 14 juin 2016

AGNES SCHNELL

Les jours ont perduparfums et couleursjusqu'à leur nom.Le vent se traînesur l'ombre rougiele souffle cherche les voileset la carène,toi tu refuses de lâcher prise.Voici la sente nueoù tu scandais par ton pasun bout de poème,l'harmonique lentede quelques vers impérieux.Derrière la brume,le quotidiendont tu t'ébrouaisavec insolence.Derrière la brume,tes songes rocailleuxtes mots tendresque tu t'efforçais de nouerà mains nues.Mais qui retient le vent ? .     AGNES SCHNELL   .     Oeuvre Montserrat... [Lire la suite]
lundi 13 juin 2016

UMAR TIMOL

Avec ce qu’il lui reste de sang, il façonne l’argile de vos lèvres. Avec ce qu’il lui reste de rêves il façonne les paysages de vos exils. Avec ce qu’il lui reste de larmes il façonne ces fleuves qui dénoueront vos blessures. Avec ce qu’il lui reste de mots il façonne des poèmes pour que l’éternité puisse vous étreindre. Avec ce qu’il lui reste de souffle il façonne la genèse d’un corps,  le vôtre, que le deuil n’osera effleurer. Avec ce qu’il lui reste de silence, il façonne ces cathédrales qui encenseront... [Lire la suite]
Posté par emmila à 11:30 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , , , ,
lundi 13 juin 2016

HOMMES ET BÊTES...

A toi Centaure, à ta moitié humaine ; A vous chimères, et monstres incomplets ; A vous, hybrides, à vous énergumènes, que l'on traite d'impurs ou d'imparfaits ; Nous rallions nos cœurs, nos âmes pleines, Tous dans un même élan pour entonner Cette chanson où l'on s'est retrouvé A ce refrain toujours nous ramène : Hommes et bêtes, venez dessiner La carte de notre voyage immense, A l'impossible on est destiné Sur tous les chemins de TransHumance La terre sous nos pieds comme semelle Sur nos têtes les cieux comme chapeau... [Lire la suite]
Posté par emmila à 11:17 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , , , , , , , ,
samedi 11 juin 2016

LETTRE A LA FEMME AIMEE AU SUJET DE LA MORT

Je veux te dire cette sorte de secretqu’on ne lit qu’en soi loinderrière les paupières ferméeslongtemps après que sur le cercueilse sont reformés les liens du jour   tes morts ne sont qu’à toitoi seule sais leur nom véritablecelui qu’on n’écrit pas aux registresparce qu’il n’est signe dans nulle langue humaineet qu’il n’est pas d’oreilles pour la voix qui le dittoi seule les vois tes mortshors leur visage de cendreset les vois sans faillir dans l’absence mêmetoi seule l’ombre plus claire dans l’ombreoù leur regard paraîtet... [Lire la suite]

jeudi 9 juin 2016

FERNANDO PESSOA

Moment imperceptible, à quoi ressembles-tu, car il y a en moi maintenant quelque chose qui ne finira jamais. Je sais que les années passant, de cela je me souviendrai sans savoir alors de quoi il s'agit, car maintenant déjà je ne le sais pas. Même si un tel moment n'était rien, il en reste quelque chose qui me sera doux encore quand je ne me le rappellerai plus. . . . . FERNANDO PESSOA . . .
Posté par emmila à 22:12 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , , ,
jeudi 9 juin 2016

L'EAU ET LES RÊVES, ESSAI SUR L'IMAGINATION DE LA MATIERE....Extrait

« Pour qu’une rêverie se poursuive avec assez de constance pour donner une oeuvre écrite, pour qu’elle ne soit pas simplement la vacance d’une heure fugitive, il faut qu’elle trouve sa matière, il faut qu’un élément matériel lui donne sa propre substance, sa propre règle, sa poétique spécifique. Et ce n’est pas pour rien que les philosophies primitives faisaient souvent, dans cette voie, un choix décisif. Elles ont associé à leurs principes formels un des quatre éléments fondamentaux qui sont ainsi devenus des marques de... [Lire la suite]
jeudi 9 juin 2016

CHEVAUX DE LA LUNE ET DES VOLCANS...Extrait

Îles que j'ai habitées vertes sur des mers immobiles. D'algues sèches et de fossiles marins les plages où galopent fous d'amour les chevaux de la lune et des volcans. Au moment des secousses, les feuilles, les grues assaillent l'air : dans la lumière des alluvions brillent des ciels chargés ouverts aux astres ; les colombes s'envolent des épaules nues des enfants. Ici finit la terre : avec de la sueur et du sang je me construis une prison. Pour toi je devrais me jeter aux pieds des puissants, adoucir mon cœur de brigand. Mais... [Lire la suite]
jeudi 9 juin 2016

GUISANE...Extrait

Ecrire, c’est poser sur la mélancolie du miel. C’est placer la ruche de vivre au cœur de l’abeille des jours. Ecrire, c’est se placer sous l’ombre latérale de la lune. Invoquer sa puissance minérale. Partager la ligne inconnue des étoiles avec les fourmis et les passants de l’herbe. Ecrire, c’est dire un monde qui hésitait à naître. Il y a dans chaque ruelle du sens et des fragrances. Ecrire est une femme d’argile. Puissante et visionnaire. Ecrire est un homme d’ambre. Qui dans son silence détient la clef du... [Lire la suite]
Posté par emmila à 17:33 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , , , , ,