lundi 26 mai 2014

LONDON GRAMMAR - HEY NOW

Posté par emmila à 14:36 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : ,

dimanche 25 mai 2014

PASSAGE DES OMBRES...Extrait

tu ne sauras jamais qui je suis dit l’enfant je passe mon chemin je vais vers les prairies lointaines, où l’herbe chante à minuit près des saules qui pleurent car c’est ainsi que s’ouvre à mon cœur la musique fidèle et que le monde enfin commence à vivre et que je commence à mourir tu ne me verras pas vieillir ni ne reconnaîtras mon ombre adossée au talus là où le sentier noir se perd dans un fouillis d’épines et les étoiles des compagnons blancs   tu as beau regarder sans cesse derrière toi comme si tu craignais... [Lire la suite]
Posté par emmila à 13:41 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , , ,
samedi 24 mai 2014

CHANSON POUR TOI

Je ne cesserai pasDe chanter les cloches des rencontres muettes,Les bras des divans parfumés,les grandes chutes d’oiseaux ressemblants,les éternels miroirs vibrants.Je ne cesserai pasde chanter la morsure rouge des lèvres,l’épaule insoumise, les aisselles surprises,les seins toujours à l’heure aux rendez-vous nocturnes.Je ne cesserai pasde chanter ton visage poudré de cendre,le dernier naufrage à l’aube soufflée des lampes,ta nuque échappée à l’étreinte,tes pas que rien ne trahitJe ne cesserai pasde chanter tes hanches profondes,tes... [Lire la suite]
Posté par emmila à 18:43 - - Commentaires [1] - Permalien [#]
Tags : , ,
samedi 24 mai 2014

J'AVANCE PAS A PAS

C’est par l’incision du rêve que l’on échappe à la morsure des dogmes. Si demain encore nos paupières se souviennent de l’embrassure de nos émotions profondes et de nos crachats impurs, c’est que l’infini se courbe pour nous encercler. Je conserve en moi, pour seule assertion véritable, l’éloge friable de la construction de nos châteaux de cartes. Réalité défigurée contre vérité empirique, l’heure s’épuise. Les pierres manifestent leur appartenance aux rochers et la résistance prend le pas sur l’accomplissement. Il faudrait faire... [Lire la suite]
Posté par emmila à 18:16 - - Commentaires [1] - Permalien [#]
Tags : , , , , , , , ,
samedi 24 mai 2014

CHANSON POUR UNE COURONNE D'AUBE

Une épaisseur d'ombre Depuis les yeux, est-ce encore la nuit? Une épaisseur de sang Pour la main, la jambe. Un arbre surpris. Ton visage m'illumine, Est-ce toujours la nuit? Ta voix conduit Les troupeaux de voix à la terre Où ton fruit S'ouvre à la faim du premier homme. ... Belle  à la paresse de rosée sur chaque épine muselée Belle  aux tempes de rouet aux rires de ruisseau dans la chair .... .   EDMOND JA BES   .
Posté par emmila à 14:07 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , ,
vendredi 23 mai 2014

CHANT DE L'AMOUR ARME...Extrait II

Le matin avançait dans le vent de l'été, soudain, l'évènement. Mieux vaut ne pas dire qui ce fut ni comment, parce qu'une autre histoire vient, qui, elle, restera. Cela s'est passé aujourd'hui, ici, sur la terre de la patrie, où le vote, secret comme un baiser dans un amour naissant, et universel comme un oiseau qui vole-le vote a toujours été un droit, et un devoir sacré. Soudain il cessa d'être sacré, soudain il cessa d'être un droit, soudain il cessa d'exister, le vote. Il cessa d'être absolument tout. Il cessa... [Lire la suite]
Posté par emmila à 23:30 - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , , , , ,

vendredi 23 mai 2014

CHANT DE L'AMOUR ARME...Extrait

Il arrive un jour où le jour se termineavant que la nuit ne soit tout à fait tombée.Il arrive un jour où la main, en chemin déjà,oublie tout à coup la tendresse de son geste.Il arrive un jour où le bois ne parvient pasà allumer le feu de la cheminée.Il arrive un jour où l’amour qui était infini,soudain finit, soudain.La force est de savoir aimer avec douceur et constanceavec l’enchantement de la rose bien droite sur sa tige,afin que l’amour, blessé, ne finisse pasdans l’éternité amère d’un instant..   THIAGO DE MELLO   .... [Lire la suite]
vendredi 23 mai 2014

LE BROUILLON DE PRAGUE

Cela commencerait par la fatigue d'un voyage un nom que ne cesserait pas de ne pas effacer ce brin d'herbe tremblant sur la dalle le ciel minéral le chat là-bas devant un jeudi de neige (quelqu'un scrutant ses questions)   Le chat laissé dans sa sagesse casanière indifférent devant ce lent naufrage d'arbres dans le blanc l'erewhon lointain des nuages de quelle éternité détaché   Cela commencerait ainsi sans raison sans soleil par quelques mots blessés à vif ... [Lire la suite]
Posté par emmila à 22:09 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , , , ,
vendredi 23 mai 2014

BRISURE III...

Adieu tous mes amis vivants !Il n’est pas de minute qui m’aspire,Loin de vous.Celui que vous avez connu au temps de l’amourSe défaitComme la vague meurt au rivage désert.Aussi longtemps que plonge le regardDans l’espace indolore,Aussi loin qu’il s’élance sur les dunes de sable,Il ne voit que la nuit dans un jour qui s’éteint :La nuit, la Mort en chacun instant donnéeEt la vie toute pareille.Celui que vous avez aimé aux jours vermeils,Quand le soleil dansait sur les plages,Celui-là même qui vous offrait son âmeEn un grand geste... [Lire la suite]
jeudi 22 mai 2014

JE T'AIME

Pour la rosée qui tremble au calice des fleursDe n´être pas aimée et ressemble à ton cœurJe t´aimePour le doigt de la pluie au clavecin de l´étangJouant page de lune et ressemble à ton chantJe t´aimePour l´aube qui balance sur le fil d´horizonLumineuse et fragile et ressemble à ton front Je t´aimePour l´aurore légère qu´un oiseau fait frémirEn la battant de l´aile et ressemble à ton rireJe t´aimePour le jour qui se lève et dentelle le boisAu point de la lumière et ressemble à ta joieJe t´aimePour le jour qui revient d´une nuit sans... [Lire la suite]
Posté par emmila à 16:13 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , ,