lundi 15 mars 2021

MON DESORIENT...Extrait

"A l'heure où j'écris ces lignes, je ressasse de moins en moins les hasards de la fureur de l'Histoire. Plus tranquille avec moi-même sans avoir toutefois perdu ma capacité de m'insurger, je comprends mieux les clameurs simplificatrices des autres." Ainsi débute ce témoignage de Danièle Maoudj, issue d'un métissage franco-algérien et qui vit en Corse où elle anime le festival de cinéma méditerranéen de Bastia. .   Sur les sentiers de ma révolte, mon ami de toujours, Charles Santoni  qui porte le nom de ma mère, a su,... [Lire la suite]

jeudi 11 mars 2021

METTRE AU MONDE UNE ÉTOILE QUI DANSE (1)

Tu portes en toi le chaos. Ni volonté, ni calcul, ni choix. Un fait. Tu vas. Vers une pierre, vers un arbre, vers un insecte, vers un homme. En prenant soin pourtant de mettre au point votre rencontre. Les mots sont là. À votre disposition. Et la mémoire, la logique, l’analogie, le doute. Tout est prêt. Rien ne manque. Ton ignorance, de son côté, s’agite et nourrit déjà le flux de tous les organes poétiques possibles. Vitaux ou festifs. Elle est, semble-t-il, le métabolisme du corps diaphane qui naît au point de jonction des... [Lire la suite]
mercredi 10 mars 2021

CAR CECI EST NOTRE MONDE...

Écrire dans ce monde… Dans cet instant de ma présence à ce monde. Qui est le mien. Écrire. Parce que je ne me connais pas sans ce lien intime, presque alchimique, entre ma plume et une feuille blanche. Écrire. Parce que c’est mon architecture. Parce que ce sont ces fondations-là qui m’ont permis d’appréhender ce monde, dans sa perpétuelle mutation. Écrire. Parce que je veux croire, follement peut-être, que cela peut avoir un sens. Des mots comme matériaux, pour réparer les failles… Pour donner une raison d’espérer,... [Lire la suite]
Posté par emmila à 20:57 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , , , , , , , ,
mercredi 10 mars 2021

COMMENT CONQUERIR NOTRE LIBERTE INTERIEURE ?

Comment conquérir notre liberté intérieure? Par quelles épreuves doit-on passer pour conquérir notre liberté intérieure ? Comment ensuite mettre cette liberté au service de l'humanité pour ne pas tomber dans le piège d'un détachement qui tendrait à l’indifférence ? Liberté de se révolter encore et toujours contre l’apparente fatalité d'une destinée, grevée dès avant notre naissance par de lourds traumatismes, des deuils sans sépulture, des transmissions arrêtées parce qu'impossibles à mettre en mots... Liberté de ne pas faire... [Lire la suite]
lundi 8 mars 2021

L'ALPHABET DES OISEAUX

L'alphabet de la nuit résonne comme un chant de voyelles et consonnes stellaires, il est d'étoiles de lunes et de pensées égarées, de piétinements de millepattes, de gazouillis de nourrissons et d'oiseaux toujours en quête de leurs chants. Aux matins des idolâtres, loin des coronavirus et des temps qui courent, chaque vibration est une musique perdue dans une magie inlassable qui cherche ses lendemains. Les dictionnaires d'oubli s'éventent comme des mots arrachés et jetés aux immensités des millénaires. L'architecte du verbe compose... [Lire la suite]
vendredi 5 mars 2021

PATRICK DUPOND...HOMMAGE

  Patrick DUPOND, danseur étoile (14 mars 1959 - 5 mars 2021) . . "Son corps devenait la musique. Dire d'un danseur qu'il est musical est l'un des plus beaux compliments qu'on puisse faire. C'est quand le danseur avale la musique, nous empêche de l'écouter avec les oreilles pour nous la faire entendre avec ses gestes, gestes nourris de musique, gestes qui jouent pour la musique le rôle d'interprète et la rendent visible et traduite, c'est-à-dire compréhensible. Il y a de l'alchimie là-dedans." . " Un instant... [Lire la suite]
Posté par emmila à 21:27 - - Commentaires [1] - Permalien [#]
Tags : , , , , , ,

samedi 27 février 2021

PLANTEE A LA BASE DE TON COU LA FLEUR BLEUE DE NOVALIS

Un trait d'étoile sur des larmes pétrifiées Dans l'ourlet de la chair Un bleuet infiniment cousu Un fanal dans ton poème Un roulis de mots que chaque césure Tenaille puis rejette à la vague Dans la crevasse c'est ton silence Un plus-que-mots que chaque césure Déploie comme un fruit marin Pétale après pétale comme une rose d'océan Si vous lisez ces lignes n'y voyez qu'un champ de lin . . . . . GHYSLAINE LELOUP . . . .
Posté par emmila à 15:06 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , , , , , ,
samedi 27 février 2021

GHYSLAINE LELOUP...EXTRAIT

  Nous avions maquillé nos yeux pour contempler le cielEt rougi nos lèvres de grenades pour embrasser la terreNous avions arrondi nos ventres pour honorer le monde Les oiseaux se sont tusÔ silence des déserts rendus plus aridesSous l'acharnement des charsQue reste-t-il sous la cendre ?Nous cherchons les chemins, les champsDévastés par les bottesNos yeux sont cernés de deuil, nos jardins de décombresNos sexes ont été fouaillés au nom des frontièresNos bouches souilléesNos ventres ont accouché d'enfants traîtresÔ paix abandonnée... [Lire la suite]
vendredi 26 février 2021

ANNA MARIA CARULINA CELLI, POEMES ...Extrait

De qui sommes nous les souvenirs Les ombres portées Les figures fragiles d'un rêve Que l'éveil du dormeur soufflera Telle flamme de chandelle Cohorte de fantômes, nous traversons le temps Par des routes noyées Des sentiers ruisselants Ainsi, l'eau dont nous sommes le trouble, le grain d'écume blanche Nous mène des rivières souterraines Où après la chute, nous nous étions tapis Vers ces lieux aveugles, ces scènes Au milieu des visages, des yeux qui pleurent, des bouches qui rient Il est des formes humaines Qu'à la rupture... [Lire la suite]
Posté par emmila à 14:26 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , , ,
jeudi 25 février 2021

PHILIPPE JACCOTTET...HOMMAGE

Philippe Jaccottet vient de nous quitter à l'âge de 95 ans.... https://fr.wikipedia.org/wiki/Philippe_Jaccottet . . . . "La seule grâce à demander aux dieux lointains, aux dieux muets, aveugles, détournés, à ces fuyards, ne serait-elle pas que toute larme répandue sur le visage proche dans l'invisible terre fît germer un blé inépuisable ? .... Rappelle-toi, au moment de perdre pied, Puise dans cette brume avec tes mains affaiblies, Recueille ce peu de paille pour litière à la souffrance, Là, au creux de ta main... [Lire la suite]