samedi 6 avril 2013

UNE VIE BOULEVERSEE...Extrait

Je voudrais n'écrireque des mots insérésdans un grand silenceComme cette estampeavec une branche fleuriedans un angle inférieurQuelques coups de pinceauxdélicatset tout autourun grand espaceNon pas un videdisons plutôtun espace inspiréSi j'écris un jouret qu'écrirai-je au justeje voudrais tracer ainsiquelques mots au pinceausur un grand fond de silence   .   ETTY  HILLESUM   .     Oeuvre Achille Laugé  
Posté par emmila à 00:28 - Commentaires [2] - Permalien [#]
Tags : , , , ,

samedi 6 avril 2013

JEAN JOUBERT

(...) N'y aurait-il alors que cette voix profondeperçue jadis dans la forêt d'enfanceet le jardin d'amour et la rivièreet la seule maison vive dans la mémoireoù les femmes tissaient les mots de la légende :voix venue de temps immémoriaux,passant de bouche en boucheet qui, dans le brouillard, nommaient les dieux,car tout alors baignait dans l'absolue beautéde leur présence. Et ils couraient dans les moissons,mangeaient le pain,dormaient sur notre paille,tendres et familiers.C'est en musique désormais que leurs voixet la voix des... [Lire la suite]
Posté par emmila à 00:05 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , , , ,
vendredi 5 avril 2013

CARACTERE ET CARACTERES

  La lâcheté (car le tissu du caractère, selon ce qu’il a été fait, selon surtout ce qu’on en fait, est plus ou moins serré) n’a rien à voir avec l’intelligence. Je dirai même que plus ses fils sont écartés, plus elle est évidente et plus ils sont brillants ; mais elle est lâche. Et plus elle est intelligente, plus elle laisse passer de choses par ses trous sans en avoir idée, comme un filet tout occupé du fil et du nœud de ses mailles, que la richesse de ses prises détourne de penser à ce qu’il peut avoir perdu, ou manqué... [Lire la suite]
Posté par emmila à 23:32 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : ,
vendredi 5 avril 2013

LE MARIN ABSENT...Extrait

Et je remercie la douleur vive et quotidienne, qui me donne des racines pour voir que tout est plénitude, douceur et cercles lumineux,comme mes yeux, la rose, les soucis du jardin, la terre, le soleil, la lune, les étoiles, et enfin arriver du martyre à cette paix, celle d'être debout devant la vérité des choses. .... I dono gràcies al viu dolor quotidià, que em dona rel per veure que tot és plenitud, suavitat i lluminosos cercles, com els meus ulls, la rosa, les calèndules, la terra, el sol, la lluna, les estrelles, i arribar del... [Lire la suite]
mercredi 3 avril 2013

ET TOI...

Et toi, pendant que je dormais,où étais-tu parti ?Quelle fable d'oiseaudétournais-tu de ma bouche ?Pour quel poèmeet pour quel avenir ?Parce qu'il nous avait été donnéde ne connaître rienque la disparition de toute réponse,nantis du seul génie de la solitude,nous courûmes en avant de nouspour distribuer aux indigentsle souvenir immaculé de la tendresse..MIMI KINET   .          
Posté par emmila à 22:05 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , ,
mardi 2 avril 2013

JUARROZ

Chacun s'en va comme il peut, les uns la poitrine entrouverte, les autres avec une seule main, les uns la carte d'identité en poche, les autres dans l'âme, les uns la lune vissée au sang, et les autres n'ayant ni sang, ni lune, ni souvenirs. Chacun s'en va même s'il ne peut, les uns l'amour entre les dents, les autres en se changeant la peau, les uns avec la vie et la mort, les autres avec la mort et la vie, les uns la main sur l'épaule et les autres sur l'épaule d'un autre. Chacun s'en va parce qu'il s'en va, les uns avec quelqu'un... [Lire la suite]

mardi 2 avril 2013

LE GANT DE CRIN...Extrait

Quelle terrible épreuve constamment renouvelée. S’asseoir pour écrire le plus beau poème du monde, le sentir tel en soi, le vivre, en contenir difficilement la frémissante beauté qui déborde et transforme tout votre être et le soulève, puis … rester avec ce bout de glace entre les doigts ou cette cendre ! Tout le reste a été consumé à l’intérieur. Dehors, il n’y a plus que le reflet des flammes. Car le poète est un four à brûler le réel. De toutes les émotions brutes qu’il reçoit, il sort parfois un léger diamant d’une eau et d’un... [Lire la suite]
Posté par emmila à 16:10 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , , , ,
lundi 1 avril 2013

CHEMINS DU DOUTE...Extrait

Écrire ce n’est pas espérerune quelconque réponsemais une bouteille à la mersans le moindre messageÉcrire pour se justifierd’être au monde : cela suffit* Entre l’orgueil des métaphoreset l’eau vive de l’humilitéchoisir où le poème ira boireCette soif d’infinin’est jamais que prescienceintuition paradoxale *L’écriture n’est jamaisque timide questionnementsur notre humaine destinéeL’on interroge les motset les mots vous interrogentCe dialogue sans issueni la plus petite chancede jamais se conclureporte sa raison d’êtreen ce vain... [Lire la suite]
Posté par emmila à 19:36 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , , , , ,
lundi 1 avril 2013

MAX POL FOUCHET

 Merci Francis....   Il passe toujours un nuage Pour nous distraire à nous-même Il vole toujours un oiseau Pour nous enlever à la terre Il passe toujours une étoile Pour nous ôter au troupeau Il naît toujours une fleur Pour nous enlever aux oiseaux Il vient toujours une insecte Qui nous ravit à la fleur Il accourt toujours une vague Pour nous ôter à ce qui meurt   .   MAX-POL FOUCHET   .  
Posté par emmila à 19:25 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , ,
lundi 1 avril 2013

REAPPRENDRE A APPRENDRE ET REAPPRENDRE A VIVRE

Le savoir n’est pas la connaissance. Il est même douteux que le savoir y conduise ; et s’il peut y mener, il n’est pas suffisant. Confondre le cumul des connaissances avec la connaissance est un péché contre l’esprit, une faute d’intelligence et une erreur de langage, presque une faute d’orthographe. Poussant sa recherche dans une discipline quelconque, la paléontologie, par exemple, le savant qui prétend enrichir la connaissance (comme je l’ai entendu dire hier) en augmentant le bagage scientifique de ses nouveaux apports, est... [Lire la suite]
Posté par emmila à 16:23 - - Commentaires [2] - Permalien [#]
Tags : , ,