samedi 24 décembre 2016

NOËL D'ENFANT AU PAYS COUPE

Un Noël comme tant d’autresdans ces années du pays coupéune parole lointainedes voix entendues au moment de s’endormirdont on se souvientcomme des jours de neige, qui les étouffent,depuis des jours et des nuits, il neigeet j’ai quatre ans,il neige depuis six jours, ou plus ?des Noëls de lune froide avec le ciel ramasséle ciel qui se perd dans le brouillard de la forêt et du volcandes chandelles de glace et les doigts rougis dans la neige prise à pleines mainsIl neigeait toujours à Noël.Décembre, dans mes souvenirs, est blanccomme les... [Lire la suite]
Posté par emmila à 15:49 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , , , , , , ,

samedi 24 décembre 2016

NICOLE BARRIERE ...Extrait

un enfant suffit, présentune main suffit, tenduedans le tumulte des sanglotsCe jour, cette heurela nudité des multitudes cherche l’autreouvre la page et dit : je t’aime.dans le silence, les images des solitudesles cieux gris sentent venir la lumière.Et le monde se lèvecœur battant jubilationlibère et envahitl’abime du seul mot fraternitésJours ordinaires d’entente et d’appelMême l’obscurité des jours de pauvreté,c’est toujours l’étable des humbleset l'espoir d’un jour beau d’accueilsur la vieille terre des pleurs,Le silence soudain... [Lire la suite]
samedi 24 décembre 2016

MOTS DE NOËL

Que reste-t-il ? ... De ce qu’on a su, De ce qui a déjà valu, Que reste-t-il ? Que reste-t-il De l’étrange Nouvelle Annonçant le grand Éveil, Proclamée comme la Merveille ? Que reste-t-il ? ... Que reste-t-il Quand la nouvelle est denrée périssable, En ces jours où tout neuf est jetable, Où plus rien n’est indispensable, Parce que tout paraît remplaçable ? Que reste-t-il ? ... Ce qui reste, Ce pourrait être pauvres grenailles, Pitoyables fragments, rien qui vaille, Des rogatons de minable boustifaille Pour une humanité affamée, sur... [Lire la suite]
samedi 24 décembre 2016

COLETTE ...Extrait

"J'ai vu tant de Noëls... Noël ici, Noël au loin - et pourquoi pas Noël dans mon village natal ? C'est que mon village ne célébrait que le premier de l'an, et ne faisait guère d'apprêts pour la crèche, l'âne humble et le boeuf dont l'haleine réchauffe, depuis deux mille ans, un dieu nu... Rien ne commémorait Noël chez nous sinon l'ellébore. Sous son nom populaire "rose de Noël" elle seule fleurissait le jardin de décembre et de janvier. Quand la neige tenait bon pendant une quinzaine, j'allais la soulever par moellons épais, par... [Lire la suite]
Posté par emmila à 15:05 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , , ,
vendredi 23 décembre 2016

QUE LA VIE ME PARDONNE

La vie est une orange mûre et bigarrée Un présent que l’on ne finit pas d’ouvrir Une mémoire d’autres vies Une enfance qui  tourbillonne vers sa lumière J’ai habité un nuage Et j’ai tellement voyagé que j’ai avalé le noyau du monde Je n’avais que mon cœur pour monture J’ai pansé le soleil Rendu hommage aux femmes nues La vie m’a toujours tout donné Des pépites d’amour Des cimetières de rêves Des sanglots Des naufrages Et des torrents de rires Ainsi soit-elle Ma parole a usé les miracles Elle a aussi recyclé les... [Lire la suite]

vendredi 23 décembre 2016

LES YEUX FERMES

J’ai grandi dans la beauté fugitive de matins bleus. Rien ne bougeait pourtant que le scintillement de l’eau. Tout tremblait en moi comme la liqueur des rêves. J’étais un animal marin entre les étoiles dormantes au fond des chenaux, la cabriole sur les algues et l’ombre des goélands. J’ai dormi dans des chambres tièdes où me visitaient des corps silencieux. J’étais fait de départs et d’ombres blanches sur la mer, en habit de feuillage, entre les violons du vent et les hautbois de l’automne. Je me souviens d’habits légers de femmes... [Lire la suite]
Posté par emmila à 19:18 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , , , , , , , , ,
vendredi 23 décembre 2016

LE JARDIN SUSPENDU...Extrait

 Toujours les choses se dérobent et laissent le regard errer sur cette nappe de clarté dont la douceur n’est que l’approche de la pierre  pour de violentes noces imparfaites.  Et l’entaille demain à la mesure du corps entier,  de quel cri s’éveillera le chemin ? Sous les paupières d’amande glisse le fruit des larmes évaporées,  dur sommeil, long soleil de la besace des pauvres.     PIERRE-ALBERT JOURDAN       Oeuvre Joyce Gehl
vendredi 23 décembre 2016

AHMED BEN DHIAB...Extrait ( inédit )

Laissez-moi dans l’exil voyager parmi les étoiles d’eau les gémissements de l’air laissez-moi là-bas dans le poème au cœur de l'infini à Alep l’espérance désespérée la détresse couchée sur les murs nous reviendrons ô terre et la vie enfantera ce qu'elle recèle encore de merveille dans chaque souffle qui anime l’humain lave les rêves de la rose        AHMED BEN DHIAB Inédit 2016       Oeuvre Ahmed Ben Dhiab        
jeudi 22 décembre 2016

HOMMAGE EN POESIE POUR AGNES SCHNELL

   Restera-t-il en tes mots quelque image qui parlera de ton absence ? Restera-t-il en tes mots un peu de l'haleine tiède... qui leur donna des ailes ? ...  Mourir ce n'est peut-être qu'une mue un abandon des boues une altération de la lumière et des mots... pour d'autres... ... Un jour grignoté sans transparence chants d'oiseaux perdus soupirs de la terre submergée toute la nuit la pluie a chanté mille doigts d'eau ont pénétré mon sommeil...   Agnès Schnell         De résines... [Lire la suite]