samedi 19 septembre 2020

U LAMENTU DI U CASTAGNU

  U Lamentu di u castagnu hè statu cumpostu da Antone Battisti Paoli (1858-1931), dettu Paoli di Tagliu. U lamentu hè statu publicatu in A Tramuntana in u 1905 è in A Muvra, in u 1926.   . Or chì l'averaghju fattu À lu corsu cusì ingratu Chì m'hà fattu la sintenza À morte m'hà cundannatu. Senza sente tistimonii Nè cunsultà lu ghjuratu. . M'hà dichjaratu la guerra Cum'è à un veru malfattore. M'hà messu li sbirri appressu Chì m'attacanu terrore. O Corsu,... [Lire la suite]

jeudi 17 septembre 2020

LA NUIT ERRANTE...Extrait

Nous avons négligé le simple pour l’insignifiant, nous avons choisi l’or qui tache les mains au lieu de l’amour qui est sans prix. Nous avons choisi la haine, la rancœur, l’amertume et nous ne sommes plus que de maigres feux éteints dans la lande. Oui, je vois des incendies, des désastres partout et quelques pauvres gens qui osent encore, osent encore dire Non mais l’on n’entend même plus leurs voix perdues dans notre nuit commune. Ils viennent de très loin, éparpillés dans l’univers, ils viennent des massacres, des misères, des... [Lire la suite]
Posté par emmila à 11:58 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , , , , ,
mercredi 16 septembre 2020

ISABELLE BRECHET BRANDY...Extrait

Poète troubadourAux étoiles suprêmesLà où vivent les faunesLes odeursLes essences caressesLes enfants pleurentParce qu’ils comprennentToutes les poussièresSous les vitres du mondeIls voient les lianes bleuesEt toiTu pleures aussiCe souvenir là . . . . . . ISABELLE BRECHET BRANDY . . . . Oeuvre Jean Facteur
Posté par emmila à 11:28 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , , , , ,
lundi 14 septembre 2020

LE CHAGRIN

  Connais-tu l'herbe amère, le liseron, la planteToute noire et très belle enroulée dans la gorge ?O que quelqu'un la dise, O que quelqu'un la chanteQuelque part sur le bruit d'un cœur et d'une horlogeEt le train de Dunkerque, au loin sur son refrain - De chagrin Cet animal familier, ce chien qui te traîneDans les couloirs et les vieux escaliers du corpsIl est un peu méchant, pas très beau mais tu l'aimesIl tire vers le pont, le soir quand tu le sorsEt tu as beau être son maître, tu le crains - Le chagrin Son couteau à... [Lire la suite]
Posté par emmila à 16:13 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , ,
lundi 14 septembre 2020

LA PROMESSE DE L'AUBE

 " Je feins l’adulte, mais, secrètement, je guette toujours le scarabée d’or, et j’attends qu’un oiseau se pose sur mon épaule, pour me parler d’une voix humaine et me révéler enfin le pourquoi et le comment. "       .     ROMAIN GARY     .      
Posté par emmila à 10:57 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , , ,
samedi 12 septembre 2020

ANNE MARGUERITE MILLELIRI...Extrait

Une fable s'égrène au vent ;c'est le trille d'un oiseau --et c'est un mot prisonniersur le bout de la langue ;dans la trame du temps,un mot plume en errance,un mot plomb aux noces de la foudre. C'est la couleur jaune,le vert fébrile d'une feuille,d'une aile...C'est l'écheveau d'une rideau front blême du cielet la meute clablaudeusedes nuages -- C'est, dans le jour en fugue,le déclin de l'été.     .     ANNE MARGUERITE MILLELIRI     .   Nuria Rovira Salat par Amin Khelghat

vendredi 11 septembre 2020

L'EUROPE EN RACCOURCI

Qui ne se rappelle les printemps?Les anémones bleues discrètement réunies en petites sectes ferventes,les rassemblements de masse des anémones des bois.Les couples d'amoureux défiaient le froid de la nuit.Les heureux diplômés arrosaient leurs succès.Les drapeaux rouges flottaient fièrement dans le ciel.Ô chants tachés de souvenirs sanglantsarrachés à des vents entrelacés.Promesses trahiesprécisement d'avoir été tenuesau delà des bornes de la dureté et de la cruauté.Ô vieille Europe,continent des carnages modernes,des prolétaires... [Lire la suite]
Posté par emmila à 15:21 - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , , , , , ,
mercredi 9 septembre 2020

COLETTE...Extrait

« J’appartiens à un pays que j’ai quitté. Tu ne peux empêcher qu’à cette heure s’y épanouisse au soleil toute une chevelure embaumée de forêts.Rien ne peut empêcher qu’à cette heure l’herbe profonde y noie le pied des arbres, d’un vert délicieux et apaisant dont mon âme a soif… Viens, toi qui l’ignores, viens que je te dise tout bas le parfum des bois de mon pays égale la fraise et la rose ! Tu jurerais, quand les taillis de ronces y sont en fleurs, qu’un fruit mûrit on ne sait où, – là-bas, ici, tout près, – un fruit... [Lire la suite]
Posté par emmila à 16:24 - - Commentaires [1] - Permalien [#]
Tags : , , , , , , ,
mercredi 9 septembre 2020

TU T'EN VAS...A GITTA

 A Bambou ...Et Gitta .   Tu t'en vas ma petite chatte,toi, ma supplianteà l'heure du petit déjeuner,toi, ma gourmande de lichettes de beurre,tu t'en vas. Trop rapide, le cancer mange ta vie,saisis-tu l’heure toi qui confiante viens dans me bras ? S'il y a un ailleurs,peut-être penseras-tu à noustoi qui me laisses démuni ?L'heure est là,je suis un homme dévêtu de bonheurs anciens. Petite griffure,s'il y a un ailleursoù se retrouvent les temps à jamais perduset les soleils dans l’ombrel'heure venue,squatterons nous... [Lire la suite]
Posté par emmila à 14:57 - - Commentaires [2] - Permalien [#]
Tags : , , , , , ,
dimanche 6 septembre 2020

DES ROUDOUDOUS D'AUTOMNE

J’ai fait des provisions de beau à m’en sourire l’âme, dans l’hypothèse folle où l’hiver glacerait, effleuré de tristesse. Au fond de mon panier courbé, tout en osier, des regards, des odeurs, des touchers de couleurs, des roudoudous d’automne, en forêt, sur la mer. Des marches à devenir écureuil ou châtaigne, à voir tous les soleils s’éblouir à l’envers dans l’insolence douce de l’émerveillement. Des ourlets de rosée sur des feuilles en cornet, un vieux puits tout au bout d’une maison en ruines, une main qui se tend au bord... [Lire la suite]
Posté par emmila à 15:57 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , , , , ,