jeudi 7 mars 2013

POESIE NOMADE ...Extrait

Pommier peureux dans la nuittu te taisais quand les oiseauxs’éveillaient pour dire leurs songespuis tu reprenais ton discoursle récit de tes fleurs blancheset leur tourment d’être trop bellesAlors un goût d’ivresse douce un désir de quitter son corpssurprenait l’humain égarédans les eaux claires de la luneil écoutait un arbre foufaire résonner son parfumde pétales blancs et tièdesà la mélodie douce-amère .   PIERRE ETIENNE   .  
Posté par emmila à 19:32 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , , , , ,

jeudi 7 mars 2013

POESIE NOMADE ...Extrait

La terre a le feu dans les veines dans ses veines d’argiledans ses artères de silexet ses branchies de marnes doucesoù l’eau du ciel vient affleurerimmense ovaire incandescenttu déposes sur tes muqueusesles sels les cristaux les oxydesque s’en viendront féconderles gens les bêtes et les plantestriomphante pulsationet mille fois répercutéeanimant le moindre atomedans sa lutte contre la mortl’univers a le feu dans le sang   .   PIERRE ETIENNE   .        
Posté par emmila à 19:04 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , ,
mercredi 6 mars 2013

CHAVEZ PARA SIEMPRE....HOMENAJE...POUR HUGO CHAVEZ,D'ERNEST PEPIN

. POUR HUGO CHAVEZ   C’est mon sang qui éclate En souples jets d’une insolite douleur Dont la voix s’intercale aux archives de la mort C’est mon sang d’îles à tout faire D’îles à refaire Au bord de la tempête déchirée Dont l’épée se calcine En calvaire d’eau Jamais à terme cette eau de ma naissance Foyer de mes luttes Conduit naturel des sources ouvertes O homme courtois donné en garantie à la terre Homme proliférant En tout territoire de justice et de genèse En toute contrée où se prélasse... [Lire la suite]
Posté par emmila à 21:35 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , , ,
mercredi 6 mars 2013

HUGO CHAVEZ

Posté par emmila à 21:30 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : ,
mercredi 6 mars 2013

ALCHIMIE DU VERBE....Extrait

Depuis longtemps je me vantais de posséder tous les paysages possibles, et trouvais dérisoires les célébrités de la peinture et de la poésie moderne. J'aimais les peintures idiotes, dessus de portes, décors, toiles de saltimbanques, enseignes, enluminures populaires; la littérature démodée, latin d'église, livres érotiques sans orthographe, romans de nos aïeules, contes de fées, petits livres de l'enfance, opéras vieux, refrains niais, rythmes naïfs. Je rêvais croisades, voyages de découvertes dont on n'a pas de relations,... [Lire la suite]
Posté par emmila à 19:11 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , , ,
mercredi 6 mars 2013

LA VERITE

Idéalisme et réalisme, je vous aime, Comme l'eau et la pierre vous êtes parties du monde, lumière et racine de l'arbre de la vie. Non, ne me fermez pas les yeux.lorsque j'aurai cessé de vivre,j'en aurai besoin pour apprendrepour regarder et comprendre ma mort. Il me faut ma bouchepour chanter après qu'elle aura disparu.Et mon âme, et mes mains, mon corpspour continuer à t'aimer, ma chérie. C'est impossible, je le sais, pourtant je l'ai vouluJ'aime ce qui n'a que des rêves.J'ai un jardin tout de fleurs qui n'existent pasJe suis... [Lire la suite]
Posté par emmila à 18:08 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , , ,

mardi 5 mars 2013

LE LIVRE DES QUESTIONS...Extrait

« Être l’univers, les saisons des vocables bercés, réconciliés ; être le silence dans le repos des vocables et au-dessus de leurs luttes sanglantes ; car, souvent, les mots sont des arcs, les paroles des flèches, lumineux ou obscurs. Le sens à ces guerres ? Une bataille décisive où les vaincus que la blessure trahit, décrivent, en s’affaissant, la page d’écriture que les vainqueurs dédient à l’élu qui l’a déclenchée à son insu. En fait, c’est pour affirmer la suprématie du verbe sur l’homme, du verbe sur le verbe que le combat a lieu.... [Lire la suite]
Posté par emmila à 20:23 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , , , ,
mardi 5 mars 2013

D'AUTRES ANNONCIATIONS...Extrait

Seuls subsistent ces nœuds de parole sur la langue pour te rappeler le goût d’oiseau déchiré de l’enfance.   Seuls te sont concédés un reste de pays suspendu à l’azur par un fil de neige et l’adieu des mouchoirs au bord de l’infini.   Tu lèves le bras et saisis la ville tes mains ouvrent la fente par où surgit la mort. Tu hèles le troupeau ingénu des images avant de renverser le soleil sur ton tablier : il reste à même la peau des cicatrices de mûres et d’oranges amères.   Tu t’en iras plus tard... [Lire la suite]
Posté par emmila à 15:15 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , , , , , ,
mardi 5 mars 2013

POETIQUE DE LA DANSE

Oui seul, il profane l’âme l’exhume de sa prison corporelle Et quand elle atteint sa nudité telle un météore, elle chute dans la réalité vulgaire pour exiger l’absolu Oui de sa présence elle s’absente et l’aperçoit assis sur le trône de gloire réveillant à lui seul la terre Nul secret n’atteint sa clarté et cela me déroute qu’il soit l’obscur unique J’atteste qu’avec lui la perdition se mue en foi et j’atteste que les oiseaux sont ses cellules Qui est-il pour jouir de cette unicité ? Du bord de l’Univers, je... [Lire la suite]
Posté par emmila à 14:27 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , , ,
mardi 5 mars 2013

SERGE PEY

Nous avons deux yeux pour voir un qui voit le dehors et l’autre qui voit le dedans Si on ferme l’oeil qui voit le dehors on voit deux fois le dedans mais cela est trop pour voir le dedans qui ne se voit plus Si on ferme l’œil qui voit le dedans on voit deux fois le dehors et cela aussi est trop pour voir le dehors qui ne voit plus le dehors Si on ferme les deux yeux en même temps on ne voit plus rien ou l’on voit tout le dedans et tout le dehors d’un seul coup Après minuit nous savons que nous sommes proches de l’aube Nous semons... [Lire la suite]
Posté par emmila à 14:10 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : ,