lundi 16 mai 2011

L'EVADE

Il a dévalé la collineSes pas faisaient rouler les pierresLà-haut entre les quatre mursLa sirène chantait sans joie Il respirait l’odeur des arbresAvec son corps comme une forgeLa lumière l’accompagnaitEt lui faisait danser son ombre Pourvu qu’ils me laissent le tempsIl sautait à travers les herbesIl a cueilli deux feuilles jaunesGorgées de sève et de soleil Les canons d’acier bleu crachaientDe courtes flammes de feu secPourvu qu’ils me laissent le tempsIl est arrivé près de l’eau Il y a plongé son visageIl riait de joie il a... [Lire la suite]
Posté par emmila à 16:32 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , ,

lundi 16 mai 2011

VOYAGE DU SILENCE

Voyage du silenceDe mes mains à tes yeux Et dans tes cheveuxOù des filles d’osierS’adossent au soleilRemuent les lèvresEt laissent l’ombre à quatre feuillesGagner leur cœur chaud de sommeil. . PAUL ELUARD . Oeuvre Giuseppe Dangelico Pino    
Posté par emmila à 15:18 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , ,
lundi 16 mai 2011

LA MORT, L'AMOUR, LA VIE

J’ai cru pouvoir briser la profondeur de l’immensitéPar mon chagrin tout nu sans contact sans échoJe me suis étendu dans ma prison aux portes viergesComme un mort raisonnable qui a su mourirUn mort non couronné sinon de son néantJe me suis étendu sur les vagues absurdesDu poison absorbé par amour de la cendreLa solitude m’a semblé plus vive que le sangJe voulais désunir la vieJe voulais partager la mort avec la mortRendre mon cœur au vide et le vide à la vieTout effacer qu’il n’y ait rien ni vire ni buéeNi rien devant ni rien derrière... [Lire la suite]
Posté par emmila à 15:04 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , ,
lundi 16 mai 2011

LE NAVIRE MYSTIQUE

Il se sera perdu le navire archaïqueAux mers où baigneront mes rêves éperdus ;Et ses immenses mâts se seront confondusDans les brouillards d’un ciel de bible et de cantiques. Un air jouera, mais non d’antique bucolique,Mystérieusement parmi les arbres nus ; Et le navire saint n’aura jamais venduLa très rare denrée aux pays exotiques. Il ne sait pas les feux des havres de la terre.Il ne connaît que Dieu, et sans fin, solitaireIl sépare les flots glorieux de l’infini. Le bout de son beaupré plonge dans le mystère.Aux pointes de ses... [Lire la suite]
Posté par emmila à 14:47 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , ,
lundi 16 mai 2011

TOUT L'OR D'ALCANTARA

Les Muses ont déversé tout l’or d’Alcantara aux portes de l’Olympe où nous nous sommes aimés. La Lyre m’a donné la Rose, l’Hortensia La fleur qu’aucun Dieu n’avait jamais cueillie Aux pieds de cette montagne, j’irai cracher ma peine et arracher le coeur à l’Ame que j’ai perdue J’irai rejoindre Ulysse, Abraham, Chimène Agrandir le soleil, éteindre l’Absolu . WINSTON PEREZ . Oeuvre Didier Delamonica  
lundi 16 mai 2011

LICORNE DE LA LIBERTE

Licorne de la Liberté animal au coeur sublime ouvre moi les portes de la Vérité Licorne de la Vérité animal au souffle de Vie laisse mon exil devenir oubli Quand deviendrons nous purs ? Quand deviendrons nous beaux ? Quand est-ce que l’Idéal que nous avions voulu transformera cette eau que nous n’avons jamais bue ? Licorne, tu es la source Licorne, tu es le jeu Licorne, tu es l’équilibre J’irai marcher dans la forêt J’irai tout droit vers la cascade Je te retrouverai là bas fixant l’éternité en flamme . WINSTON PEREZ . ... [Lire la suite]

dimanche 15 mai 2011

DERRIERE LE DOS DE DIEU...Extrait

“Une musique faite seulement de ce rien qui respire entre contraires entre un battement du coeur et le battement d'une aile, la fin et l'infini.” “Nous n'avons que cette musique - multitude blessante et joyeuse pour toucher le feu qui nous habite.” . LORAND GASPAR . Oeuvre François Boucheix  
Posté par emmila à 22:19 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , ,
dimanche 15 mai 2011

FEUILLES D'HERBES...Extrait

Ne fermez pas vos portes, orgueilleuses bibliothèques, Car ce qui manquait sur vos rayons bien remplis, mais dont on a bien besoin, Je l’apporte, Au sortir de la guerre, j’ai fait un livre Les mots de mon livre, rien; son âme, tout; Un livre isolé, sans attache, avec les autres, point senti avec l’entendement. Mais à chaque page, vous allez tressaillir de choses qu’on n’a pas dites. . WALT WHITMAN . . Mon âme me dit: viens Nous allons écrire des vers pour mon Corps (nous ne faisons qu'un) De manière que, si je revenais... [Lire la suite]
Posté par emmila à 21:55 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , ,
samedi 14 mai 2011

LES VRILLES DE LA VIGNE...Extrait

Matins d'hiver, lampe rouge dans la nuit, air immobile et âpre d'avant le lever du jour, jardin deviné dans l'aube obscure, rapetissé, étouffé de neige, sapins accablés qui laissiez, d'heure en heure, glisser en avalanches le fardeau de vos bras noirs, -coups d'éventail des passereaux effarés, et leurs jeux inquiets dans une poudre de cristal plus ténue, plus pailletée que la brume irisée d'un jet d'eau...Õ tous les hivers de mon enfance, une journée d'hiver vient de vous rendre à moi ! C'est mon visage d'autrefois que je cherche dans... [Lire la suite]
Posté par emmila à 21:49 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , , ,
samedi 14 mai 2011

SIDO....Extrait

Car j’aimais tant l’aube, déjà, que ma mère me l’accordait en récompense. J’obtenais qu’elle m’éveillât à trois heures et demie, et je m’en allais, un panier vide à chaque bras, vers des terres maraîchères qui se réfugiaient dans le pli étroit de la rivière, vers les fraises, les cassis et les groseilles barbues.    A trois heures et demie, tout dormait dans un bleu originel, humide et confus, et quand je descendais le chemin de sable, le brouillard retenu par son poids baignait d’abord mes jambes, puis mon petit torse... [Lire la suite]
Posté par emmila à 21:18 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , ,