jeudi 19 avril 2012

UN JUIF DANS LA FOULE

En plein souk Elerbaa,Au milieu du Ksar El Mouensa,Une foule de gens s’activait,Entre légumes et poissons frais.Mais contrairement à leur nature,Quelques choses leur manquaient,L’habituel sourire doux et distrait,Et le bel entrain dans l’allure.Pardi, il y avait de quoi,Des innocents meurent à Gaza,Un vrai carnage cette fois,Et aucun des grands ne broncha.Autant que moi, la foule était triste,Une rage au corps, une rage cœur,Un mélange de colère et de peur,Et un grand malaise qui persiste.Mais quand le Juif me vit de loin,J’ai vu son... [Lire la suite]
Posté par emmila à 11:20 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , ,

jeudi 19 avril 2012

POEME DU COUP DE GRÂCE

Seigneur on tue on  viole on pille on assassine des continents entiers   et le commerce de détail ne va pas mal non plus   l'état torture on terrorise la rue une balle dans la tête est l'argument des croyants   la faim est l'arme anonyme des multinationales la drogue fait plus de dégâts que la dialectique   la poésie s'enfuit sur un vaisseau spatial et regarde le vide   Les poètes contemplent leur nombril et attendent les critiques   Notre inconscient travaille dans la pub... [Lire la suite]
Posté par emmila à 11:01 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , ,
mercredi 18 avril 2012

PETITES FLEURS ANONYMES

Deux soeurs ce matin en robe blanche ont surgi entre les herbes profondes. les ombres un moment ont joué avec elles. le soleil s'est baigné dans leurs corolles ouvertes éclaboussant le feuillage autour de ses gouttes de lumière…    Les graines des xylis éclatent dans le marécage soyeux des couleurs leurs délicates fleurs d’or essaiment vers leurs tiges et feuilles nues se dispersent et nagent sur le silence meurent à l’ombre du réel Dans l’ombre des sous-bois vêtues de blanc de pourpre de couleurs par grappes... [Lire la suite]
Posté par emmila à 20:22 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , ,
mercredi 18 avril 2012

LES LONGS MOTS SUR LES SECONDES DU SABLE

Il a effacé tous les jours de l’année sur le sable de la plage pour en arriver là il a réduit encore et encore en cendres les cailloux à tuer les longs mots sur les secondes du sable puis a demandé pardon encore et encore comme si le noir d’un très long corridor où le sable de la plage n’a pas sa place dont les portes fermées tiennent serrés le temps la vie la respiration aussi pouvait avancer sans brûler notre anéantissement il a tué encore et encore chaque lettres de longs mots tous ceux nés d’amour sur les secondes du sable puis... [Lire la suite]
Posté par emmila à 20:07 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , ,
mercredi 18 avril 2012

AUBE

Le jour se lève, comme toujours, avec ton souffle doux, à perturber ma solitude. Un vide a comblé mon rêve. Des mots qui ne me disent rien. Des feuilles qui tombent, s'amoncellent, se pourrissent en automne. Des défis à moi dans les temps de l'oubli. Je reste assis, attendant à une porte je ne sais qui, Aube, chaque soir lorsque déjà le jour se meurt. Je penserai à ta forme, jour naissant qui fus délire l'espace d'un instant. Que tous aillent chercher ce qu'ils ont laissé. Le destin ne connaît pas de trêve. Seuls, regardons la mer,... [Lire la suite]
Posté par emmila à 19:02 - - Commentaires [1] - Permalien [#]
Tags : ,
mardi 17 avril 2012

LA JOLIS-PIEDS-NUS-DES-CHEMINS

  La Jolis-pieds-nus-des-chemins, l'ensorceleuse de rainettes, endormie sous un olivier.   Petite rose des osiers, hier, au matin, je suis partie, et le crapaud noir, celui dont un diamant brille sur le front, n'a voulu sauter avec moi.   Petit jasmin des romarins, l'après-midi je suis partie voir le crapaud noir, celui dont un diamant brille sur le front... N'a voulu sauter avec moi.   Petite anémone des blés, hier, à la nuit, je suis partie, et le crapaud noir, celui dont un diamant brille sur... [Lire la suite]
Posté par emmila à 21:05 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : ,

mardi 17 avril 2012

PLUS PROFONDE QUE LA MORT

 Plus profonde que la mort  Plus profonde que la colère  Est la faiblesse    Ce n’est ni la résistance  Ni l’issue  La faiblesse    Regarder celui qui se noie  Et ne pas accourir  Et ne pas l’aider    Ne pas vouloir mettre un terme à la destruction  Et ne rien faire en sa faveur  Refuser de commettre aucune faute  Et n’en prévenir aucune  Vouloir se servir de chaque système  Et n’en ériger aucun    Plus profonde que la colère  Et... [Lire la suite]
lundi 16 avril 2012

SOLEIL COUPE...Extrait

Je suis revenu par un septembre roseÀ la pointe de l'îleJ'y ai des frères qui respirent au matinLe chant funèbre de mon dernier espoirIl est des pierres qui content mon histoireDes forêts d'hibiscus qui ne sont ni chairNi sang mais qui parlent d'holocauste aux être venusD'ailleursTerre vent paradis des fruits amersIl n'y a ici qu'une saison magistraleCelle du sel et des falaisesIl y a la fleur noireVoix des femmes peintes d'auroreQui chantent pour la poussière des mortsEt même si les mânes ne reviennent jamaisL'île est cernée de... [Lire la suite]
Posté par emmila à 20:21 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , , ,
lundi 16 avril 2012

L'ESPAGNOLE...Extrait

Cultive la solitude pour ne pas entendre l'écho du silence qu'on te lance au visage ... Cultive la solitude pour ne pas percevoir la grimace des autres ou leurs faces impassibles ... Cultive la solitude pour que ne te parvienne pas le ricanement du silence qui gratte à ta porte ... Cultive la solitude pour te faire accroire que tu n'es seule que tant que tu le veux ... Cultive la solitude, pare-la de couleurs, parfume-la de musc : elle est belle comme une femme nue qui danse sous la pluie, comme un... [Lire la suite]
Posté par emmila à 20:04 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : ,
lundi 16 avril 2012

LE MARIN ABSENT...Extrait

" peut-être parce que c'est une île et pour cela plus ouvertevers l'Infini qui est toujours proche" .   J'écris parce que je ne suis pas heureux dans la joieréflexive du monde chargé de distances.L'écriture, à chaque instant, me défend de la merde la vie tenace comme les vagues qui passent.Parfois le soleil de mon démon éteintla superbe de vivre dans la triste peau glabre,et les yeux se changent en une crique verte,en un rocher rouge et un buisson piquant.La réalité lave la faculté de voir,et mon regard me change en terre... [Lire la suite]