jeudi 14 mars 2013

ABSENCE

Tu es arrivée dans ma famine, tu as poséton corps dans le chant de mes mains,couverte d'une ombre que j'ai saisie à flanclà, où depuis des années j'attendais.Mon apparence se dénouait,c'était un jour comme les autres,mais la lumière était plus pure.Le livre que tu as ouvert n'est pas encore écrit.Dans la chambre, ton dos a laisséune empreinte que je n'efface jamais.Je ne fais plus le lit, son désordre me reçoit,à découvert, comme une bête craintivedans l'inachevé de ton dieu clair.   .   DOMINIQUE SAMPIERO   . ... [Lire la suite]
Posté par emmila à 20:25 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , ,

mercredi 13 mars 2013

DECHU...Extrait

Dernier lied,Pâles amours solennelles ...Derniers feux.Derniers jeux.Pour mon guignolÀ mon trépas écarquilléSur les quais du silence. .   MAGLOIRE SAINT-AUDE   .              
Posté par emmila à 20:28 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , ,
mercredi 13 mars 2013

L'ADRESSE EGAREE

Chaque soir j'attends encore, en retenant mon souffle, le léger frôlement de la porte qui s'ouvre comme elle fait tous les soirs, chez nous, depuis soixante années, dans la pénombre amie du corridor. Mais rien ne bouge là-dehors, Evy ne revient plus chez nous, à la maison ; en vain j'écoute encore un peu, chaque soir, en silence. Comme c' est étrange : les morts de l'ancienne saison oublient donc de rentrer ? Ont-ils perdu l'adresse ? différé le retour ? Seraient-ils donc distraits, au point de ne plus vivre ? Malgré mon désarroi... [Lire la suite]
Posté par emmila à 18:40 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , , ,
mercredi 13 mars 2013

FERVEUR DE BUENOS AIRES

Je devrai donc la soulever, la vaste viequi reste aujourd’hui même ton miroirchaque matin je devrai donc la rebâtir.Tu m’as quitté; depuis,combien de lieux devenus inutileset privés de sens, commedes lampes à midi.Soirs, nids de ton image,musiques où toujours tu m’attendais,paroles de ce temps passé,je devrai vous briser de mes mains.Dans quel ravin réfugier mon âmepour ne plus la voir, cette absencequi brille comme un terrible soleildéfinitif, sans couchant, sans pitié?je suis cerclé par ton absencecomme la gorge par la corde,Comme... [Lire la suite]
Posté par emmila à 18:12 - - Commentaires [1] - Permalien [#]
Tags : , , , , ,
mercredi 13 mars 2013

NOUS DEUX ENCORE

 Air du feu, tu n’as pas su jouer. Tu as jeté sur ma maison une toile noire. Qu’est-ce que cet opaque partout ? C’est l’opaque qui a bouché mon ciel. Qu’est-ce que ce silence partout ? C’est le silence qui a fait taire mon chant. L’espoir, il m’eût suffi d’un ruisselet. Mais tu as tout pris. Le son qui vibre m’a été retiré. Tu n’as pas su jouer. Tu as attrapé les cordes. Mais tu n’as pas su jouer. Tu as tout bousillé tout de suite. Tu as cassé le violon. Tu as jeté une flamme sur la peau de soie. Pour faire un affreux marais de... [Lire la suite]
Posté par emmila à 17:57 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , ,
mercredi 13 mars 2013

SILENCE

Amer breuvage du silencequand la dernière voix s'est tueet qu'il faut repartir dans la nuitseul face aux pans d'ombremenacés par l'absence de toute clartéamer breuvage du silencedistillé goutte à gouttedans l'alambic souterrain des veineson voudrait qu'un seul criarrache un frisson aux lichens de l'ombrequ'un appel fraternel décime le troupeaudes mots pétrifiés dans la glace du mutisme   .   FRANCIS GIAUQUE   .      
Posté par emmila à 01:41 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , ,

mercredi 13 mars 2013

TRAITE DU SILENCE ...Extrait

Il n'y a pas de lumière qui ne soit découpée par de l'ombre.Il n'y a pas de musique qui ne soit designée par du silence et qui ne se déploie dans le silence.De même on dessine la neige avec de l'encre noire sur une feuille blanche.   .   MICHEL THION   .   Oeuvre Marianne Lachenal  
Posté par emmila à 00:55 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : ,
mardi 12 mars 2013

LA NUIT

Attendre que la Nuit, toujours reconnaissableA sa grande altitude où n’atteint pas le vent,Mais le malheur des hommes,Vienne allumer ses feux intimes et tremblantsEt dépose sans bruit ses barques de pêcheurs,Ses lanternes de bord que le ciel a bercées,Ses filets étoilés dans notre âme élargie,Attendre qu’elle trouve en nous sa confidenteGrâce à mille reflets et secrets mouvementsEt qu’elle nous attire à ses mains de fourrure,Nous les enfants perdus, maltraités par le jourEt la grande lumière,Ramassés par la Nuit poreuse et... [Lire la suite]
Posté par emmila à 19:07 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , ,
lundi 11 mars 2013

SERMONS JOYEUX ( De la lente corruption des âmes dans la nuit tombante )

"Oui ça va maloui les temps sont critiqueset de tous les malheurs qui grognent à nos molletsde tous les abandons qui nous vident le coeurde toutes les défaites qui nous brisent la nuquel'enfermement où dans ces heures poisseuseson tient désormais la langue notre languela langue commune la langue partagée populairecelle-là l'improbable la sauvage et la doucequi dit la bonté de l'instantet la chiennerie des jourscet enfermement-làqui n'apparaît pasqu'on ne sent pasqui ne s'avoue pas"   .   JEAN-PIERRE SIMEON   . ... [Lire la suite]
lundi 11 mars 2013

RILKE

Je te vois, rose, livre entrebâillé,qui contient tant de pagesde bonheur détaillé qu'on ne lira jamais. Livre-mage, qui s'ouvre au vent et qui peut être lules yeux fermés ...,dont les papillons sortent confusd'avoir eu les mêmes idées   .   RAINER MARIA RIKE   .      
Posté par emmila à 20:58 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , ,