vendredi 23 octobre 2020

CARMEN PENN AR RUN...Extrait

Si l'on peut devenir l'ombre de soi-même quelle force nous empêcherait de faire advenir l'ange de soi-même. L'énergie, pour l'ombre, a quitté notre territoire. Fini le chant, il s'éloigne et la tristesse s'installe. Je convoque un soupçon de plume Je lève une rumeur joyeuse. Mon souffle les guide du charme d'un sourire intérieur et la plume prend du volume, elle s'appuie -lente- sur l'ascendance de quelque courant imperceptible, elle prépare son envol et ressuscite l'en vie dans un corps qui a compris comment l'espace ... [Lire la suite]
Posté par emmila à 00:22 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , , , , , ,
jeudi 22 octobre 2020

ANNA MARIA CARULINA CELLI...Extrait

La nuit noire Je la veux croire Miroir de notre monde Espoir qu'en la myriade de ses brillants À la surface d'une eau si dangereusement profonde Se murmure le reflet de toutes les créatures Lueurs écartelées d'amour Qu'efface la lumière du jour Féconde fantaisie de la Nature Fleurs, oiseaux, baleines Suspendues au vent, aux gouffres, à l'écume Plantes des sylves, des mares, des dunes Bêtes à poils, à soie ou à plumes Parmi elles, vacillant dans l'obscurité béante Des points de feu Quelques hommes silencieux . . .... [Lire la suite]
Posté par emmila à 09:38 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , , , ,
samedi 17 octobre 2020

URGENCE DE LA POESIE

  J’aurais pu vous parler des splendeurs des matins arraisonner le ciel mettre l’aube en bouteille agencer à ma guise un nuage en château fort créer un temps de fête où flamboient des baisers D’un seul battement de coeur j’aurais pu vous porter à ne plus concevoir la vie dans ses vérités propres à manger les fruits d’or d’une saison céleste inventer une mer où tremblent à l’infini des feux inexprimables J’aurais pu par ma voix étoiler des nuits pâles entretenir le vin des délices aveugles bâtir un pays rose où des... [Lire la suite]
Posté par emmila à 18:03 - - Commentaires [1] - Permalien [#]
Tags : , , , , , , ,
samedi 17 octobre 2020

RADIOSCOPIE, JOE DASSIN PAR JACQUES CHANCEL ( 1971 )

https://podcasts.apple.com/us/podcast/rencontre-entre-jacques-chancel-et-joe-dassin/id1151955307?i=1000488747164
Posté par emmila à 16:19 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : ,
lundi 12 octobre 2020

L'ESPACE DU DEDANS...Extrait

Un jour. Un jour, bientôt peut-être. Un jour j’arracherai l’ancre qui tient mon navire loin des mers. Avec la sorte de courage qu’il faut pour être rien et rien que rien, je lâcherai ce qui paraissait m’être indissolublement proche. Je le trancherai, je le renverserai, je le romprai, je le ferai dégringoler. D’un coup dégorgeant ma misérable pudeur, mes misérables combinaisons et enchaînement « de fil en aiguille ». Vide de l’abcès d’être quelqu’un, je boirai à nouveau l’espace nourricier. A coup de ridicules, de déchéances... [Lire la suite]
Posté par emmila à 11:55 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , , , , ,

samedi 10 octobre 2020

MEMOIRES SANS VISAGES & AUTRES TEXTES...Extrait

« Le murmure de l’impossible écrase déjà mes phrases aveugles Je crie l’incendie sur le lac Et les crinières blanches des départs avortés Pourquoi le taire, je n’ai pas d’autres souvenirs que ces ébauches dépouillées, Un brin de thym vaut une pâquerette J’ai froissé l’immortelle sur une plage battue des vents Toi, mon prince des mers, je savais ta douleur Et la mosquée des sables, Comme un grand cormoran parmi les tamaris   Je n’ai besoin de rien Je marche sur les dunes, sur les murailles des châteaux-forts où... [Lire la suite]
Posté par emmila à 16:42 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , , , , ,
samedi 10 octobre 2020

RESONNANCE...

la terre se rend à l’évidence des fleursau poids de l’ombre à la désolation de l’eaususpendue entre la révolte et l’ennuije me laisse emporter par l’amoursi près d’ailleursles mots attendent notre venueles étoiles s’abandonnentle soleil monte les escaliers de l’âmela maison s’illumineje reviens du silence comme un noyéles grandes eaux de l’origine m’ont pris la main beau corps de sultane aux mille chevaux confondusje hume ton odeur capiteusesuivant la courbe de tes hanchesje me laisse emporter par la tentation de naîtreencore une... [Lire la suite]
samedi 10 octobre 2020

IL ETAIT UNE VOIX

  ... comme une blessure au cœur de la mémoire un secret perdu soudainement retrouvé la vie nous rompt le cœur et nous ouvre au hasard nous sommes si nus dans la lumière si pauvres et tant reclus le soleil est un songe au fond des mains un peu de cendre éclose visitée par la mer matins muets de nos enfances en ruine quel cri nous ouvre l’âme quel ailleurs inconnu nous arrive au hasard par des mots retenus que le vent soudain libère les yeux rivés sur l’aube l’oreille tendue de douceur nous attendons la... [Lire la suite]
vendredi 2 octobre 2020

MESDAMES

Veuillez accepter Mesdames ces quelques mots comme un hommageA votre gente que j'admire qui crée en chaque homme un orageAu cinéma ou dans la vie vous êtes les plus beaux personnagesEt sans le vouloir vous tenez nos cœurs et nos pensées en otageVeuillez accepter Mesdames cette déclarationComme une tentative honnête de réparationFace au profond machisme de nos coutumes de nos culturesDans le grand livre des humains place au chapitre de la rupture   Vous êtes infiniment plus subtiles, plus élégantes et plus classesQue la gente... [Lire la suite]
Posté par emmila à 23:08 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , ,