dimanche 9 décembre 2012

LIMITES DE L'AMOUR...Extrait

Au lac bleu de tes veines Des oiseaux se méprennent Aux branches de ton sang Des oiseaux ont pris rang C'est un silence de sang Qui vers la nuit se rend C'est un silence de vie Qui vers la mort descend C'est un silence d'amour De vie de feuille d'un jour .   MAX-POL FOUCHET   .     Oeuvre Alfonso Grosso y Sanchez    
Posté par emmila à 19:44 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , , ,

dimanche 9 décembre 2012

FONTAINE DE MES JOURS...Extrait

« Être assez lourd assez lourd d’amour du poids d’un ramier pour ne pas briser les plus hautes branches ... Être assez frais assez fort assez inquiet pour ne plus douter Croire assez pour douter toujours ... Assez blessé pour panser toute blessure d’un nuage ... Assez homme pour ne plus l’être Être assez pour n’être plus Être seulement être …   Plus chante l’oiseau plus le silence Prononce les mots qu’il sait. »   .   MAX-POL FOUCHET   .      
Posté par emmila à 18:51 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , ,
dimanche 9 décembre 2012

COMME SI...

Le malaise où le monde s'englue et lentement désespère, ici ou là, à tâtons, sans y penser : ce découragement qui exténuerait le désespoir en personne, cette lâcheté (la nôtre), cette complicité (la nôtre), cette bassesse des renoncements et des abandons en toute occasion, la démission de l'Homme devant les derniers progrès de cette science dont il était si fier il y a vingt-cinq ans, son abdication devant les conséquences mêmes de ce Progrès tant vanté qui se précipite sur lui en un orage de catastrophes, – eh bien ! oui, je veux en... [Lire la suite]
Posté par emmila à 17:05 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , , , ,
dimanche 9 décembre 2012

QUE UN UNANIME ALCOHOL NOS RESTITUA A LENDA

Rogo esa luz. Imploro o mar. Invoco o tálamo da paz, a obra aberta do mar tenaz, a espiga escura e leda, os rostros verdadeiros da fortuna, a primavera tiple, lancinante.   Anxos do XVIII que Venecia chegue un día a salvarme, que un unánime alcohol nos restitúa a lenda intransferible, a onda vexetal que a tanto invita.   Pido agora a balada, o pazo aberto ; desanda-la clarencia daquel cosmos, a biografía dos mansos : paz de mirto.   Quero un espello amador das tardes, unha xerra orballada, as... [Lire la suite]
Posté par emmila à 16:04 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , , ,
dimanche 9 décembre 2012

QU'UN UNANIME ALCOOL NOUS RESTITUE LA LEGENDE

 Je demande cette lumière. J’implore la mer. J’invoque le lit nuptial de la paix, l’œuvre ouverte de la mer tenace, l’épi obscur et gai, les visages véritables de la fortune, le printemps soprano, lancinant.   Anges du XVIIIe que Venise vienne un jour à me sauver, qu’un unanime alcool nous restitue la légende intransmissible, l’onde végétale qui invite à tant de choses.   Je demande maintenant la ballade, le palais ouvert ; revenir de l’éclaircie de ce cosmos, la biographie des doux : paix de... [Lire la suite]
dimanche 9 décembre 2012

DOUZE MILLIONS DE NOIRS...(1952)

 En l'an de grâce 1916 naissait aux Etats-Unis, de douze millions d'hommes anciennement déportés d'Afrique, rivés au sol, réduits à l'état de bêtes, un des plus grands mouvements créatifs de l'Histoire. Jamais leurs bourreaux n'auraient supposé que d'une échine aussi anatomiquement courbée pût s'élever un chant de liberté aussi droit, aussi fulgurant que celui qui devait trouver sa plus triomphale expression dans la trompette de Louis Armstrong. Ces "animaux" qu'ils croyaient domestiques - ou pour le moins domestiqués - se... [Lire la suite]

samedi 8 décembre 2012

PSAUMES...Extrait

Je t’aime, ou ne t’aime pas. Je pars, je laisse derrière moi des adresses susceptibles d’être égarées. J’attends ceux qui rentrent. Ils savent les heures de ma mort et ils viennent. Tu es celle que je n’aime pas lorsque je t’aime. Les remparts de Babylone sont étroits le jour, vastes sont tes yeux et ton visage se répand dans la lumière. Comme si tu n’étais pas née encore, que nous n’étions pas encore séparés et que tu ne m’avais pas mis à mort. Et sur les toits des tornades, toute parole est belle et toute rencontre un adieu. Et ce... [Lire la suite]
samedi 8 décembre 2012

LE CHANT-RU 10

Des mascarets de brumes en fin d’été enroulent autour des chaumes des parfums d’îles au large et des mystères blonds qu’il nous faudrasous le silo de nos paupières écrire . . . FRANCIS ROYO .   . . Oeuvre Mohamed Jaamati  
Posté par emmila à 18:54 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , ,
samedi 8 décembre 2012

FUREUR ET MYSTERE...Extrait

Nous regardions couler devant nous l’eau grandissante. Elle effaçait d’un coup la montagne, se chassant de ses flancs maternels. Ce n’était pas un torrent qui s’offrait à son destin mais une bête ineffable dont nous devenions la parole et la substance. Elle nous tenait amoureux sur l’arc tout-puissant de son imagination. . Quelle intervention eût pu nous contraindre ? La modicité quotidienne avait fui, le sang jeté était rendu à sa chaleur. Adoptés par l’ouvert, poncés jusqu’à l’invisible, nous étions une victoire qui ne prendrait... [Lire la suite]
Posté par emmila à 18:40 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , ,
samedi 8 décembre 2012

ABAT-JOUR...Extrait

Ondée remontant l'écaille et le torrentc'est le poème à reboursla diffraction des équinoxesle partage des eaux en crueici, l'asphalte réfractairegrave son ruban violacéjusqu'à l'estuaire de nos neuronesnous voyons d'ellipses et de bitume.nous habitent la cendre et le parapetnotre demeures'érige de lacérationscorrosion de nos fondationsnous vivons d'herbages approximatifs.et pourquoi sulfureux nos poings nos motsne seraient-ils pas d'usageface aux béances ?inoxydables alphabets des rupturesmots de tonsure et d'airainmots de lichen... [Lire la suite]
Posté par emmila à 12:27 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , ,