jeudi 3 mai 2012

LE SOUS-BOIS

Et celui-ci Siska...? Ici chante le murmure du silence.  La  mélodie aux oiseaux s'envole sous l'aile du printemps. Du ciel coulent  lianes, bois et lierres.  Les pentes veloutées de fougères, de mousses douce,  d'herbes frêles, mouillent des myriades de fleurs délicates inventées à l'infini.  Les couleurs éclatent dans la nuitée vierge comme de petites bougies timides . Tout se met à trembler sous le chagrin du vent qui passe.    Par les interstices feuillus le soleil pointille... [Lire la suite]
Posté par emmila à 14:00 - - Commentaires [1] - Permalien [#]
Tags : , , , ,

jeudi 3 mai 2012

JOSE HIERRO- UNA TARDE CUALQUIERA

  Yo, José Hierro, un hombre como hay muchos, tendido esta tarde en mi cama, volví a soñar. (Los niños, en la calle, corrían.) Mi madre me dio el hilo y la aguja, diciéndome: «Enhébramela, hijo; veo poco». Tenía fiebre. Pensé: —Si un grito me ensordeciera, un rayo me cegara… (Los niños cantaban.) Lentamente me fue invadiendo un frío sentimiento, una súbita desgana de estar vivo.   Yo, José Hierro, un hombre que se da por vencido sin luchar. (A la espalda llevaba un cesto, henchido de los más prodigiosos secretos. Y... [Lire la suite]
Posté par emmila à 13:28 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , ,
jeudi 3 mai 2012

JE T'EMMENERAI...

 Je t’emmènerai… Là où le parfum des Bergenias, Callas, marguerites, Œillets, mirabelles, roses et la sève des plantes Remédie les peines endurcies Et les voix trempées de suie. Je t’emmènerai … Là où les oiseaux sont libres Au-delà du possible ... Tu les verras survoler les étangs, Les montagnes et l’azur des cieux... Dans un concert solennel qui te fera valser Au rythme des flots au bord de la mer Quand ils composent l’élégie des océans. Je t’emmènerai… Là où les hommes n’ont ni maîtres ni serviteurs Là où les hommes... [Lire la suite]
Posté par emmila à 13:19 - - Commentaires [1] - Permalien [#]
Tags : , , , ,
mercredi 2 mai 2012

BAILABAS

( Homenaje a una abuela a quien nunca conocì )Hija de Granada,te decìan gitana,extraño destino que el tuyo,o María, hija de Oriente, ardiente llama,bailabas por las noches de plenilunio,bajo la bóveda llena de estrellas,de las noches cálidas y embrujadoras...Bailabas, mujer de sangre mezclada,movida por las quejas de la guitarra,secular lamento del Amor y de la Muerte.Bailabas, con los cabellos sueltos, cuerpo exaltado,por las callejuellas de Granada,fervor entregado a las voces de los cantaores,eternidad de la vida, embriaguez del... [Lire la suite]
Posté par emmila à 20:33 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , ,
mercredi 2 mai 2012

TU DANSAIS...

...La poesía es como el viento, o como el fuego, o como el mar. Hace vibrar árboles, ropas,abrasa espigas, hojas secas, acuna en su oleaje los objetos que duermen en la playa..."José Hierro  .  ( Hommage à une grand-mère que je n'ai pas connue...) Fille de Grenade, on te disait gitane,étrange destinée que la tienne,ô Maria, enfant d'Orient, ardente flamme.Tu dansais par les nuits de pleine lune,sous la voûte constellée d'étoilesde nuits chaudes et ensorcelantes...Tu dansais, femme aux sangs mêlés,animée par les plaintes de... [Lire la suite]
mardi 1 mai 2012

REMPLIE D'OISEAUX

Persiennes entr'ouvertes dans la chambre du fleuve.   Un bras blanc de femme attire à elle un bol de thé fumant.   C'est sa lenteur, non la pluie qui construit le printemps.   Tout le bleu serré contre elle, elle ravaude le matin, écrit comme on prie parmi les herbes hautes.   Reste un peu de son chant dans la pierre et le fruit.   Elle ne quittera le poème qu'une fois remplie d'oiseaux. . BRIGITTE BROC . Oeuvre Emil Nolde
Posté par emmila à 20:06 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , , ,

mardi 1 mai 2012

GOETHE

" La femme est l'unique vase qui nous reste encore où verser notre idéalité " . GOETHE . Oeuvre Robert Delpomdor
Posté par emmila à 18:02 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : ,
mardi 1 mai 2012

LA VAGABONDE...Extrait

Je palpe amoureusement la pierre chaude au temple ruiné, et la feuille vernie des fusains, qui semble mouillée. Les bains de Diane, où je me penche, mirent encore et toujours des arbres de Judée, de térébinthes, des pins, des paulownias fleuris de mauve et des épines doubles purpurines. Tout un jardin de reflets se renverse au-dessus de moi et tourne décomposé dans l'eau d'aigue-marine au bleu obscur, au violet de pêche meurtrie, au marron de sang sec...Le beau jardin, le beau silence, où seule se débat sourdement l'eau impérieuse et... [Lire la suite]
Posté par emmila à 17:55 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , ,
mardi 1 mai 2012

DE L'ANGELUS DE L'AUBE A L'ANGELUS DU SOIR...Extrait

Viens, je te mettrai des boucles d’oreillesde ceriseset je te montrerai les longues treillesoù volent des merles bleus et des grives.Viens, c’est la saison des grandes chaleurset des fleurs.Sur les fossés poudreux les carottes blanchespoussent : il y a encor deux ou trois pervenches.Dans le fond des bois frais les oiseaux crient.Le ciel cuit.Dans les mares il y a des joncs longs,et les grenouilles grises font des bonds.Dans les endroits chauds et frais, vois les sourcesqui sont douces.Dans le terrain rouge, ou bien sur la mousse,elles... [Lire la suite]
mardi 1 mai 2012

PAYS SOUS LES CONTINENTS...Extrait

Seul, ce pourrait être cette pierre à partage. Le souffle du non-retour du vent, le premier logement du soleil au sommet, à rendre rose la montagne. Ou bien seul, la transparence d’un pas perdu, gagné, tout blanc sur noir comme une voyelle intermittente. . DOMINIQUE SORRENTE . Oeuvre Alain Thomas
Posté par emmila à 17:29 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , ,