mardi 17 avril 2012

LA JOLIS-PIEDS-NUS-DES-CHEMINS

  La Jolis-pieds-nus-des-chemins, l'ensorceleuse de rainettes, endormie sous un olivier.   Petite rose des osiers, hier, au matin, je suis partie, et le crapaud noir, celui dont un diamant brille sur le front, n'a voulu sauter avec moi.   Petit jasmin des romarins, l'après-midi je suis partie voir le crapaud noir, celui dont un diamant brille sur le front... N'a voulu sauter avec moi.   Petite anémone des blés, hier, à la nuit, je suis partie, et le crapaud noir, celui dont un diamant brille sur... [Lire la suite]
Posté par emmila à 21:05 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : ,

mardi 17 avril 2012

PLUS PROFONDE QUE LA MORT

 Plus profonde que la mort  Plus profonde que la colère  Est la faiblesse    Ce n’est ni la résistance  Ni l’issue  La faiblesse    Regarder celui qui se noie  Et ne pas accourir  Et ne pas l’aider    Ne pas vouloir mettre un terme à la destruction  Et ne rien faire en sa faveur  Refuser de commettre aucune faute  Et n’en prévenir aucune  Vouloir se servir de chaque système  Et n’en ériger aucun    Plus profonde que la colère  Et... [Lire la suite]
lundi 16 avril 2012

SOLEIL COUPE...Extrait

Je suis revenu par un septembre roseÀ la pointe de l'îleJ'y ai des frères qui respirent au matinLe chant funèbre de mon dernier espoirIl est des pierres qui content mon histoireDes forêts d'hibiscus qui ne sont ni chairNi sang mais qui parlent d'holocauste aux être venusD'ailleursTerre vent paradis des fruits amersIl n'y a ici qu'une saison magistraleCelle du sel et des falaisesIl y a la fleur noireVoix des femmes peintes d'auroreQui chantent pour la poussière des mortsEt même si les mânes ne reviennent jamaisL'île est cernée de... [Lire la suite]
Posté par emmila à 20:21 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , , ,
lundi 16 avril 2012

L'ESPAGNOLE...Extrait

Cultive la solitude pour ne pas entendre l'écho du silence qu'on te lance au visage ... Cultive la solitude pour ne pas percevoir la grimace des autres ou leurs faces impassibles ... Cultive la solitude pour que ne te parvienne pas le ricanement du silence qui gratte à ta porte ... Cultive la solitude pour te faire accroire que tu n'es seule que tant que tu le veux ... Cultive la solitude, pare-la de couleurs, parfume-la de musc : elle est belle comme une femme nue qui danse sous la pluie, comme un... [Lire la suite]
Posté par emmila à 20:04 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : ,
lundi 16 avril 2012

LE MARIN ABSENT...Extrait

" peut-être parce que c'est une île et pour cela plus ouvertevers l'Infini qui est toujours proche" .   J'écris parce que je ne suis pas heureux dans la joieréflexive du monde chargé de distances.L'écriture, à chaque instant, me défend de la merde la vie tenace comme les vagues qui passent.Parfois le soleil de mon démon éteintla superbe de vivre dans la triste peau glabre,et les yeux se changent en une crique verte,en un rocher rouge et un buisson piquant.La réalité lave la faculté de voir,et mon regard me change en terre... [Lire la suite]
lundi 16 avril 2012

L'ANTAGONIE...EXTRAIT

"Combien de signes encore, combien d'aurores? A regret l'encre s'effiloche, non la fin. Elle ne s'effiloche pas, la fin. Elle retient son souffle mais rien n'est moins sûr. Quand elle est là l'encre s'éclipse adieu stylo".    Agonie d'encre en direct.com A peine un fil. Ratures non autorisées. Prennent trop de sève".   "Veillée de larmes pour une encre enfin défunte. Enfin...bientôt. Quand ce sera l'heure. A mieux me souvenir voilà cinq jours, et non quatre, qu'elle périclite. Quelle santé, la mort." . . ... [Lire la suite]
Posté par emmila à 00:24 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , , , ,

dimanche 15 avril 2012

VIVRE EST AUTRE CHOSE

Je me disais aussi : vivre est autre choseque cet oubli du temps qui passe et des ravagesde l’amour, et de l’usure – ce que nous faisonsdu matin à la nuit : fendre la mer, fendre le ciel, la terre, tour à tour oiseau,poisson, taupe, enfin : jouant à brasser l’air,l’eau, les fruits, la poussière ; agissant comme,brûlant pour, allant vers, récoltant quoi ? le ver dans la pomme, le vent dans les bléspuisque tout retombe toujours, puisque toutrecommence et rien n’est jamais pareilà ce qui fut, ni pire ni meilleur, qui ne cesse de... [Lire la suite]
Posté par emmila à 23:34 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , ,
dimanche 15 avril 2012

HENRI MICHAUX

Qu’il repose en révolte Dans le noir, dans le soir sera sa mémoiredans ce qui souffre, dans ce qui suintedans ce qui cherche et ne trouve pasdans le chaland de débarquement qui crève sur la grèvedans le départ sifflant de la balle traceusedans l’île de soufre sera sa mémoire. Dans celui qui a sa fièvre en soi, à qui n’importent les mursdans celui qui s’élance et n’a de tête que contre les mursdans le larron non repentantdans le faible à jamais récalcitrantdans le porche éventré sera sa mémoire Dans la route qui obsèdedans le cœur... [Lire la suite]
Posté par emmila à 23:24 - - Commentaires [1] - Permalien [#]
Tags : , ,
dimanche 15 avril 2012

PARALLELOGRAMME

J’ai les angles droitset le cœur isocèle- ou presque –l’esprit équilatéralet des envies pliées,de la fantaisie mesuréeet des passions réglées,et un brin de bon sens.Je suis un type d’initiative,un vrai parallélogramme,mais si le bouchon saute,gare au cheval fou ! .     ParallelugrammaTi aghju l’anguli dirittiu core isocelu- o quasi –mente equilateralecù primure allibrate,fantasia misurataè passione arregulate,cù u so palmu di ghjudiziu.Sὸ un tippu di rigiruun veru parallelugramma ;ma s’ellu salta u tappuattenti à u... [Lire la suite]
Posté par emmila à 11:29 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : ,
dimanche 15 avril 2012

FUTURISME...

Je ne sais. Une sens me fait défaut, une prisesur la vie, sur l'amour, sur la gloire...A quoi bon une quelconque histoire,un quelconque destin ?Je suis seul, d'une solitude jamais atteinte,creux en dedans, sans futur ni passé.Sans me voir, semble-t-il, s'écoulent les instants,mais ils passent sans que leur pas soit léger.Je prends un livre, mais ce qui reste à lire déjà me lasse.veux-je penser, ma conclusion d'avance me fait mal.Le rêve me pèse avant d'être rêvé. Sentira terriblement l'air du déjà vu.N'être rien, être une figure de... [Lire la suite]
Posté par emmila à 10:52 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : ,