lundi 25 juin 2018

ETERNITE

En mémoire de Geoffrey Oryema   . Mes pieds sur ma savane inscriront des cheminsl'Aube douce éclate dans ma gorgeje peins la nuit pour que le jour soit éternité   .   TCHICAYA U'TAMSI   .          

lundi 25 juin 2018

BIRAGO DIOP...Extrait

Je voudrais vous dire des choses si tendres,Vous murmurer des mots si doux,Que seules les fleurs mortes peuvent entendreCar c'est tout ce que j'ai de vous.Je voudrais vous confier mon rêve de folieMon beau rêve si insensé,Hanté par le spectre de la mélancolieOù viennent sombrer mes penséesJe voudrais vous dire pourquoi mon âme pleureQuand tout aime et refleurit,Pourquoi elle gémit à la fuite de l'heureQui part sans apporter l'oubli.Je voudrais vous dire comment je vous adore.Hélas je ne le pourrais pas,Et c'est en mon rêve qui... [Lire la suite]
Posté par emmila à 16:19 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , , , , ,
lundi 25 juin 2018

LE VENT M'EMPORTE...

A Geoffrey Oryema   ... Le vent m’emporte avec le sable sans retourmais les lieux absolus où réside à jamaisl’ombre de mon enfance bravent le temps rongeurtant qu’un mur blanc marque d’un signe purla couture insensible qui lie la terre au cielet la ville vivante avec le champ des morts....Nous passons, nous sommes passés, et nos pas sont effacésRestent seuls quelques signes ineffaçablesque je trace en pleurant dans un lieu innommé.   .   JEAN AMROUCHE " Tunisie de la grâce ", extrait     .  
Posté par emmila à 15:27 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , , , , , ,
lundi 25 juin 2018

NUIT DE SAINT-JEAN

  J’ai aimé pour mille ans par une nuit semblableOù juin s’époumonait au perron de l’étéJ’ai aimé pour mille ans et coule intarissableLa source cyclamen de nos éternités C’était un soir joyeux de fureur et d’esclandreLa venelle riait hétaïre et ambréeC’était un soir joyeux de fureur et d’esclandreSous la pamoison d’or d’un grand ciel cérusé Tandis que la Saint-Jean renaissait de ses cendresTu colportais heureux les flambeaux de l’étéSous les madriers d’ocre où le couchant rassembleLa mémoire des hommes La caresse des blés ... [Lire la suite]
dimanche 24 juin 2018

GEOFFREY ORYEMA...LAND OF ANAKA

.  
dimanche 24 juin 2018

APPELEZ-MOI PAR MES VRAIS NOMS... A GEOFFREY

Ne dites pas que je pars demain, car j'arrive encore aujourd'hui.   Regardez bien : j'arrive à chaque seconde pour être un bourgeon sur la branche au printemps, pour être un petit oiseau aux ailes encore fragiles, qui apprend à chanter dans un nouveau nid, pour être une chenille au cœur d'une fleur, pour être un joyau qui se cache dans la pierre.   J'arrive encore, pour rire et pleurer, pour avoir peur et espérer, le rythme de mon cœur est la naissance et la mort de tout ce qui vit.   Je suis l'éphémère qui se... [Lire la suite]

dimanche 24 juin 2018

JE N'AI JAMAIS VOYAGE

À mes filles   Vous me lirez lorsque je serai mort et ce sera bien ainsiCar tout ce que j'ai écrit je l'ai écrit dans cette ombre paisibleJuste à côté de vous dans le silence heureuxOù les mots se laissent entendre dans une clartéQui n'existe que là Et lorsque vous me lirez ce sera comme si une voix glissaitDe l'autre côté des futaies et venait vous rappelerQu'il existe une autre manière de parler donc de vivreEt que le monde n'est pas cette fête triste qu'on en faitPour vous empêcher de vivre... [Lire la suite]
Posté par emmila à 08:41 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , , , , , ,
samedi 23 juin 2018

LES DIMENSIONS DU COEUR

  "Sin duda que así como dizen que van degenerando los hombres y siendo más pequeños cuanto más va (de suerte que cada siglo merman un dedo, y a este paso vendrán a parar en títeres y figurillas, que ya poco les falta a algunos), sospecho que también los coraçones se les van achicando..."     .      Il est certain que, de même que les hommes perdent peu à peu, à ce qu'on dit, leurs qualités, et deviennent plus petits avec le temps (de sorte qu'ils rapetissent de la hauteur d'un doigt à chaque... [Lire la suite]
Posté par emmila à 13:10 - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , , , , ,
samedi 23 juin 2018

RUMI...Extrait

Quand l’homme et la femme deviennent un, tu es ce un. Quand les unités sont effacées, tu es cette unité. Tu as façonné ce “je” et ce “nous” afin de pouvoir jouer au jeu de l’adoration avec toi-même, afin que tous les “je”, les “tu” deviennent une seule âme, et soient à la fin submergés dans le Bien Aimé   .   RUMI     .  
Posté par emmila à 01:15 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , ,
vendredi 22 juin 2018

GEOFFREY ORYEMA...HOMMAGE

Une des plus grandes voix ougandaise s'est éteinte aujourd'hui Geoffrey Oryema est parti vers le monde des étoiles.Il était un " passeur " de beauté, d'amitié et d'amour, le passeur d'espoir que nous avons vu sur une scène magique ... Un être de lumière .....Nous sommes bouleversés..Geoffrey était une belle âme, apprécié par tant et tant d'hommes et de femmes, pour ce talent exceptionnel qu'il possédait, les mélodies sublimes de douceur qu'il nous a, à tous, offertes; apprécié aussi pour ses combats et son humanité...Nous l'avions... [Lire la suite]