vendredi 22 février 2019

BERNARD PERROY...Extrait

Je voulais te chercherparmi les jonquilles bleueset d'autres rêves tout aussi beauxdans leur façon d'éveillerla beauté en mon coeuret ce désir de la partagerà autrui, lui-même beaud'être humain tout simplement, mais rien n'est si facileet la juste reprise de la goutte d'eautombant sur la rocheseconde après seconde pour la polir avec le temps,me donne le tempopour aller à ta rencontreet découvrir combien tu m'aimesà la fois dans ma nuit et mon jour, mon obscur, mon éclat,mes boiteries et le chant sans cesse... [Lire la suite]

vendredi 22 février 2019

MICHEL EKHARD ELIAL....Extrait

Quand aux vivants le cœur se rénove et la premièreAmour éveille l’humain et le souvenir des âges d’orHölderlin   .   De tes îles en fleur aucune n'est perduequand toujours même dans l’abîmela terre se tresse autour de l’erranceune côte sauve s’étend jusqu’au cieldes mains à nouveau font fleurir l’olivierpour renouer l’alliance des mots ouvertsoù le temps rebâtit ses tentes de fidélitédans le souffle du jour et le coeur de l’amour.     .     MICHEL ECKHARD ELIAL     .   ... [Lire la suite]
Posté par emmila à 12:28 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , , , , , , , ,
vendredi 22 février 2019

UNE SEULE MAIN NE SUFFIT PAS POUR ÉCRIRE

  Une seule main ne suffit pas pour écrirePar les temps qui courentil en faudrait deuxEt que la deuxième apprenne viteles métiers de l'indicible : broder le nom de l'étoilequi se lèvera après la prochaine apocalypsereconnaître entre mille le fil qui ne casse pascoudre dans l'étoffe des passionslanges, capes et linceulssculpter l'aube dans un tas d'immondicesDeux mains ne suffisent pas pour écrire Par les temps qui courent et les misères qui grondentil en faudrait trois, quatrepour que la vie daigne visiterce... [Lire la suite]
mercredi 20 février 2019

AVEC LA MORT, QUARTIER D'ORANGE ENTRE LES DENTS...Extraits

Oui, le temps se desquame nous brûlons nos passeports trompeurs, nos photographies, nous prenons possession du passage. Sommes-nous seulement nos contemporains ?   Rebrousser jusqu’à l’orque et l’algue, s’attendre à passer hors limites, supposer la réversibilité des organismes… Nous nous citons à comparaître, au péril de l’échange.   ...    L'oubli est sourd, l'oubli des voix de disparus qui nous aimaient l'oubli des vents qui délivrèrent les prisonniers d'étroites villes. L'oubli est nu comme du... [Lire la suite]
Posté par emmila à 17:29 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , , , , , ,
mercredi 20 février 2019

ANNA MARIA CARULINA CELLI...Extrait

Est-ce sentir, penser, danser sur un fil Allonger la fouléeCaressant le tranchant des falaises Et pris par la rumeur des profondeurs qui grondent Sauter Toujours s'élancer dans le vide Saisir à la volée Le nuage qui passe S'égrène en pluie dès qu'effleuréFleurir, mourir est ce cela le cri de vivre Est ce s'oublier ou bien se souvenirDu fil sombre dans la lumièreDu rayon de soleil au fond de la chambre noire Est ce partir courir le mondeLes villes, les ports, les hommes,les drapsLes... [Lire la suite]
Posté par emmila à 17:06 - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , , , , , , , , ,
lundi 18 février 2019

NE T'EXCUSE PAS...Extrait

Un autre jour viendra, féminin,à la métaphore transparente, accompli,adamantin, nuptial, ensoleillé,fluide, sympathique. Personne n’auraune envie de suicide ou de migration, et tout, hors du passé, sera naturel, vrai,conforme à ses attributs premiers.Comme si le tempsdormait en vacances…« Prolonge le beau temps de ta parure.Ensoleille-toi à l’astre de tes seins de soieet attends la bonne nouvelle. Ensuite, nous grandirons. Nous avons du tempspour grandir après ce jour… »Un autre jour viendra, féminin,au signe chantant, au... [Lire la suite]

lundi 18 février 2019

LA HONTE...

"Je crois qu'un des motifs de l'art et de la pensée c'est une certaine "honte d'être un homme". L'homme, l'artiste, l'écrivain, qui l'a dit le plus profondément c'est Primo Levi : "Quand j'ai été libéré, ce qui dominait, c'était la honte d'être un homme." C'est une phrase à la fois très splendide, très belle, mais ce n'est pas abstrait, c'est très concret, la honte d'être un homme. Mais elle ne veut pas dire les bêtises qu'on risque de lui faire dire. Ça ne veut pas dire que nous sommes tous des assassins, ça ne veut... [Lire la suite]
Posté par emmila à 14:04 - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , , ,
lundi 18 février 2019

ANNE MARGUERITE MILLELIRI...Extrait

C'était un chemin de traverse dans l'enclos du rêve -- un message enclosdans une bouteille jetée aux vagues grisesde la mer C'était un chemin et c'était un bouton d'or qui s'ouvrait sur un rêve liseré d'azur C'était la mer en ressacsqui rugissait de froides larmesgriffant les joues C'était un message délivré du temps --que la mer a lavé.   .  . . .  ANNE MARGUERITE MILLELIRI . .     ..        
lundi 18 février 2019

QUI VIVE...Extrait

... ton haleine chaude sur le cou de la nuitou le petit matin naissant entre nos doigtsnous voici tout vivants plongés dans l'éphémèred'une foudre sans lieu ni point d'impact au solhors chair de passage mais quelle voix appelleinaudible aux entours et de sève gorgéeà toutes les saisons c'est dire d'où tu viensbeau fantôme perdu mais quel chant traduis-tule pays est désert et le cœur dévastécar je n'existe pas tu restes sa demeure   .     CHRISTIAN  ARJONILLA     . Oeuvre Léonor Fini ... [Lire la suite]
Posté par emmila à 11:58 - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , , , , , ,
vendredi 15 février 2019

NOCES A TIPASA