jeudi 2 mars 2017

MARIA ZAMBRANO...Extrait

Ce n'est pas lui-même que cherche le poète, c'est tous et chacun. Son être n'est qu'un véhicule, n'est qu'un moyen pour qu'une telle communication se réalise. Une médiation, l'amour qui lie et délie, qui crée. La médiation de l'amour qui détruit, qui consume et se consume, de l'amour qui s'arrache la vie. Pourra-t-il venir le jour bienheureux où la poésie recueillera tout le savoir de la philosophie, tout ce que la distance et le doute lui ont appris, afin de donner forme avec lucidité et pour tous à son rêve?   .   ... [Lire la suite]

jeudi 2 mars 2017

RAOUL VANEIGEM...Extrait

Il n'y a pas d'enfants stupides, il n'y a que des éducations imbéciles. Forcer l'écolier à se hisser au sommet du panier contribue au progrès laborieux de la rage et de la ruse animales mais sûrement pas au développement d'une intelligence créatrice et humaine. Dites-vous que nul n'est comparable ni réductible à qui que ce soit, à quoi que ce soit. Chacun possède ses qualités propres, il lui incombe seulement de les affiner pour le seul plaisir de se sentir en accord avec ce qui vit. Que l'on cesse donc d'exclure du champ éducatif... [Lire la suite]
Posté par emmila à 17:15 - - Commentaires [1] - Permalien [#]
Tags : , , , ,
jeudi 2 mars 2017

JULES SUPERVIELLE...Extrait

Tout ce qu'il y a de grand au monde est rythmé par le silence : la naissance de l'amour, la descente de la grâce, la montée de la sève, la lumière de l'aube filtrant par les volets clos dans la demeure des hommes. Et que dire d'une page de Lucrèce, de Dante ou de d'Aubigné, du mutisme bien ordonné de la mise en page et des caractères d'imprimerie. Tout cela ne fait pas plus de bruit que la gravitation des galaxies ni que le double mouvement de la Terre autour de son axe et autour du Soleil... Le silence, c'est l'accueil,... [Lire la suite]
jeudi 2 mars 2017

DJAFFAR BENMESBAH...Extrait

Recroquevillée dans ta solitude, l'amie, tu replies doucereusement tes flammes sur l’hameçon d’un cœur froid tel un voilier qui amarre, capturant timidement la sensualité insipide du mauvais port. Ravagée par les serres rapaces des aventures grossières enivrées de goujateries, ta colère sonne l’hymne pesant du temps qui se brise sur le temple où sèchent tes prières. Tu chantes et bouges d’illusions, vibrante et attendrie comme une pitié sacrée. Les amours sont d’essences mortelles quand l’idylle est contrefaite ; ainsi, d’irréel en... [Lire la suite]
mardi 28 février 2017

FIN DE PARTIE

AlorsC’est fini il n’y a plus rien plus rien à voir à dire à tuerIl n’y a même plus de décor des cartons éventrés des chosesNon identifiables qui s’enchevêtrent au solOn peut éteindre les lumièresFermer le grand rideauSur AlepLe troupeau peut se lever de ses fauteuils rouge sangQuitter le théâtre des événementsChercher pour la prochaine fois un spectacle nouveauUne comédie ce serait une bonne idéeCommenter Après tout cela nous dépasse ces intérêts supérieursNous ne savons plus qui est le méchant l’indien le shérif le policierEt où... [Lire la suite]
Posté par emmila à 16:47 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , , , ,
mardi 28 février 2017

JOEL GRENIER...Extrait

C'était le temps où les us faisaient coutumes. C'était hier, c'était là-bas. C'était le temps où les armoires cachaient des secrets pour faire l'avenir que les mères savaient. Quand les filles rougissaient aux premiers chants d'oiseaux, quand leurs yeux agrandis se bordaient d'un air de mystère et que leur ventre bouillonnait d'un sang neuf de printemps, la mère l'entendait et gardait le silence. Mais elle sortait de sous les draps sans taches promis aux nuits de noces que la lune appelle, le collier qu'elle reçut de sa mère qui... [Lire la suite]
Posté par emmila à 16:40 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , , , , ,

mardi 28 février 2017

A BOUCHE PERDUE

A Rachel   Je voudrais te parler à bouche perdue Comme on parle sans fin dans les rêves, Te parler des derniers jours à vivre Dans la vérité tremblante de l’amour, Te parler de toi, de moi, toujours de toi, De ceux qui vont demeurer après nous, Qui ne connaîtront pas l’odeur de notre monde, Le labyrinthe incertain de nos vies mêlées, Qui ne comprendront rien à nos songes, A nos frayeurs d’enfants égarés dans les guerres. Je voudrais te parler, ma bouche contre ta bouche, Non de ce qui survit ni de ce qui va mourir Avec la... [Lire la suite]
lundi 27 février 2017

DJAFFAR BENMESBAH...Extrait

Emmenez-moi dans d’autres contrées, les miennes sont avariées, corrompues de chapelles outrageuses depuis que des nuits accablantes les gagnent hâtivement et s’éternisent blousant les aurores qui se perdent saccagées d’anathèmes et d’injures. Emmenez-moi loin des hosannas sombres et le chant fanatique des muezzins usurpateurs,loin des désopilants ballets de dévotions simulées que composent des duplicités elles-mêmes dupées.Emmenez-moi là où les silhouettes ne sont pas froissées dans des dogmes définitivement établis par les... [Lire la suite]
lundi 27 février 2017

SVIATOSLAV RICHTER - Tchaikovsky & Rachmaninov

Posté par emmila à 21:00 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags :
lundi 27 février 2017

PARULAS PER QUESTA TERRA II

Certes, j’en ai parlé, de la terre.J’en ai parlé, j’en parlerai.La terre, pour moi, tout d’abord, c’était cette terre-ci,ma terre, la terre de mon pays.La terre que je labourais,dont je tirais le rocher, le pré où je gardais les vaches,entre les haies qui montent haut:le hêtre et le noisetier, le cormier et le châtaignier.Le sentier où je passais, que je frottais encore un peu.L’herbe que j’ai fanée, le foin que j’ai fauché.C’était le ciel de ce pays,les collines à perte de vue entre la brume et les nuages.Ma maison.La maison de la... [Lire la suite]
Posté par emmila à 20:48 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , , , , , ,