mardi 26 mai 2020

ÎLES...Extrait

Soleil aux aplombs vertsces contrées étaient tiennes par toutes les racinesdes muscles et des pierrespar les nefs et le ventpar les tapis bengale des roches usagées où l’oraison des merss’achevait en exilspar la paupière close et tapissée de foudresces sentes et ces plagesces vains cheminements sur des pas retournésÀ toi ces pistes d’ombre au thorax des forêtsces meurtresces blessuresl’égorgement des lianesce massacre de fleursla noire purulence d’anciens pourrissements d’écorcesÀ toi ces peuples lents à toi par le daim mûr des peaux... [Lire la suite]
Posté par emmila à 09:51 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , , , , , ,

mardi 26 mai 2020

IL RÔDE UN RÊVE DE FEMME...Extrait

Elle voudrait la paix des eaux tranquilleset des vastes plaines le souffle bleu du froid à givrer les cilset la clarté dans les regards le pur des cimes où rêvent les grands oiseauxet les baisers du ciel, un peu de lait sur les lèvres. Elle voudrait l'envol de ses mots tendresvers ceux qui en manquent et le silence juste après la pluiecomme un écho. Elle voudrait l'accord juste, la résonance belletout ce qui s'attire, s'allie et se scelle tout ce qui va dans le même sens. Elle voudrait les confidences douceschuchotées, et les... [Lire la suite]
Posté par emmila à 09:41 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , , , , ,
dimanche 24 mai 2020

FERNANDE...

Ma petite Fernande, 23 ou 24 ans,  hier, au paradis des chats...Si tristes.... .   " Les larmes, le vent et les nuages parfois volent si bas   Que l’on en a le visage mouilléSi bas, que pour ne pas mourir, il nous faut rouvrir de vieux soleils " J.M. Sananès   .     . ... Aussi amis,pardonnez que parfois la tristesse me gagnemais sachez que, du haut de mes vieux printemps,je n’oublierai jamais ni l’heure des Mistrals Gagnantsni la puissance du cri, de l’amour et de l’espoir,je n’oublierai... [Lire la suite]
Posté par emmila à 14:18 - - Commentaires [2] - Permalien [#]
Tags : , , , , ,
mercredi 20 mai 2020

BRUNO ODILE...Extrait

Ô combien il me plairait de ne pas renoncer à la joie en donnant un sens aux jours qui viennent ! Ma solitude est une porte défoncée, un levain sans adjonction, un ébruitement de l’ombre mourante à la lumière. La joie est punie lorsqu’elle reste sur le seuil, redoutant l’accomplissement comme une culbute prévisible. Un croche-pied à l’assiduité des épreuves et des délits. Une dégringolade pitoyable que la crainte et le doute s’empressent de tenir à l’écart. Des lumières naissent sous les dalles du silence. Quelque part, dans la... [Lire la suite]
Posté par emmila à 13:14 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , , , , , , , , ,
mercredi 20 mai 2020

SALAH STETIE...HOMMAGE

                                                                                         .   Merci , Monsieur Stétié, merci pour vos mots, merci pour votre humanité et votre gentillesse, merci pour votre amitié.... Que votre chemin soit parsemé d'étoiles....   .   Dans les filets du... [Lire la suite]
Posté par emmila à 12:05 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , , , ,
mardi 19 mai 2020

POESIE LA VIE ENTIERE...Extrait

Tu es dans un jardin et tu es sur mes lèvresJe ne sais quel oiseau t'imitera jamaisCe soir je te confie mes mains pour que tu disesA Dieu de s'en servir pour des besognes bleues Car tu es écoutée de l'ange tes parolesRuissellent dans le vent comme un bouquet de bléEt les enfants du ciel revenus de l'écoleT'appréhendent avec des mines extasiées Penche-toi à l'oreille un peu basse du trèfleAvertis les chevaux que la terre est sauvéeDis-leur que tout est bon des ciguës et des roncesQu'il a suffi de ton amour pour tout changer Je te... [Lire la suite]

mardi 19 mai 2020

POEMES DE SAMUEL WOOD...Extraits

...   Pires que les nuits sans rêves, les nuits sans sommeil Où se livre jusqu'au jour dans l'esprit divisé Une implacable lutte intestine Mais en pure perte car le jour va poindre Qui sait noyer sous sa lumière aveuglante Le tourment des vérités trop dures Rendre vie au désir animal de vivre ... Comment  jouer sans y croire à se croire ailleurs Qu'en ce crâne qui nous emmure de toutes parts ? Ameutées, enhardies par le silence nocturne Tant de voix contraires s'y font entendre Qu'elles nous rendent sourds aux... [Lire la suite]
Posté par emmila à 17:01 - - Commentaires [1] - Permalien [#]
Tags : , , , , ,
mardi 19 mai 2020

POEMES DE SAMUEL WOOD...Extrait

...   Feindre d'ignorer les lois de la nature Réincarner en songe la forme abolie, Prêter au mirage les vertus d'un miracle Est-ce pour autant faire échec à la mort ? Tout au plus douter qu'elle nous sépare, Que soit un fait le fait de n'être nulle part.   Irréparable cassure. Prenons-en acte. Nous voilà désolés la vie durant, Notre mémoire ouverte comme une blessure, C 'est en elle que nous la verrons encore Mais captive de son image, mais recluse   Dans cette obscurité dévorante Où, pour lier son... [Lire la suite]
Posté par emmila à 15:33 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , , , , ,
lundi 18 mai 2020

MICHEL PICCOLI...HOMMAGE

Ah ! Monsieur ! Oserais-je vous avouer avoir versé une larme , en apprenant que vous n'étiez plus ??? Peu importe , au fond ... Là où vous vous trouvez dorénavant , soit vous ne voyez plus rien , et cela vous est égal , désormais , soit vous savez tout et vous apprécierez sans doute de n'être pas le seul à pleurer votre rupture avec cette vie que vous avez tant savourée ...C'est votre heure , Monsieur .. .Après avoir récolté tant de louanges au cours de votre talentueuse existence , voici venu le moment des panégyriques , mérités... [Lire la suite]
lundi 18 mai 2020

DANS LE TUMULTE DU LABYRINTHE...Extrait

Les forges de l’ombre . . . . Les mélodies silencieuses des feuilles tournoient là où le mur au soleil montre ses lézardes comme les échardes scintillantes des vagues errant vers leurs mots affamés de caresses et de mies de lunes offertes par les chants des oiseaux Et les calligraphies des fourmis renaissent du feu des paumes quand les pages s’ouvrent sur la voix de leur nocturne blancheur de jasmins hélas piétinés par l’indifférence pressée des ingrats des tours du vol tuant tout envol. . . . . . MOKHTAR EL... [Lire la suite]