vendredi 21 janvier 2011

L'ARMEE DES OMBRES...

Nous ne sommes pas quelqu’un, nous sommes la nausée du monde.N’être connus, ni reconnusDisparaître dans le souterrain réseau des égauxÊtre le un à l’autre analogueet non semblableC’est dévoiler la multiplicité des richesses.Le fait social est tel qu’être en vie c’est être invisible.Le monde s’est saisi de tout ce qui se donne à voirnous laissant seuls et séparés.Vie-ersatz réduite, exsangue, à son seul spectacle, ersatz du merveilleux.Et nous sommes fous d’être l’occulte d’un tel renversement.Face au règne de l’ersatz brille, par... [Lire la suite]
Posté par emmila à 16:43 - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , , ,

vendredi 21 janvier 2011

LES AVENTURES DE DON QUICHOTTE de la manche...Extrait

Dans un village de la Manche , dont je ne me soucie guère de me rappeler le nom , vivait, il n'y a pas longtemps, un de ces gentilshommes qui ont une vieille lance, une rondache rouillée , un cheval maigre , et un lévrier. Un bouilli, plus souvent de vache que de mouton, une vinaigrette le soir, des œufs frits le samedi , le vendredi des lentilles , et quelques pigeonneaux de surplus le dimanche, emportaient les trois quarts de son revenu. Le reste payait sa casaque de drap fin, ses chausses de velours avec les mules pareilles... [Lire la suite]
vendredi 21 janvier 2011

POEMA 11

Casi fuera del cielo ancla entre dos montañas la mitad de la luna. Girante, errante noche, la cavadora de ojos. A ver cuántas estrellas trizadas en la charca. Hace una cruz de luto entre mis cejas, huye. Fragua de metales azules, noches de las calladas luchas, mi corazón da vueltas como un volante loco. Niña venida de tan lejos, traída de tan lejos, a veces fulgurece su mirada debajo del cielo. Quejumbre, tempestad, remolino de furia, cruza encima de mi corazón, sin detenerte. Viento de los sepulcros acarrea, destroza, dispersa tu... [Lire la suite]
Posté par emmila à 13:49 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags :
vendredi 21 janvier 2011

VINGT POEMES D'AMOUR, POEME 11

Presque en dehors du ciel, ancre entre deux montagnes,le croissant de la lune.Tournante, errante nuit, terrassière des yeux,pour compter les étoiles dans la mare, en morceaux.Elle est la croix de deuil entre mes sourcils, elle fuit.Forge de métaux bleus, nuits de lutte cachée,tourne mon coeur, et c'est un volant fou.Fille venue de loin, apportée de si loin,son regard est parfois un éclair sous le ciel.Incessante complainte et tempête tourbillonnant dans sa furie,au-dessus de mon coeur passe sans t'arrêter.Détruis, disperse, emporte, ô... [Lire la suite]
Posté par emmila à 12:54 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , , ,
jeudi 20 janvier 2011

LUMIERE NATALE...Extrait

  Qui est en moi Celui-là que je suis ? Qui me fait naître à mon absence, Et quel silence plus profond, Sous les paroles que je tais, Parle à ma place et me condamne ? Quelqu’un fait semblant de me vivre, Quelqu’un qui n’est pas moi Mais dont l’âme à l’affût Dispose de la mienne. Je ne m’appartiens plus, L’un de nous est de trop. Mais comment sans péril Redevenir moi-même Et ressaisir à son insu L’impossible visage Qu’est venu me voler Cet être sans contours Dont je suis le halo ? . .  ... [Lire la suite]
Posté par emmila à 08:44 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , , ,
jeudi 20 janvier 2011

POEMES INEDITS...EXTRAIT

J’ai au monde deux ennemis, Deux jumeaux à jamais unis La faim des affamés, la satiété des repus. . . . MARINA TSVETAIEVA . . . Œuvre Olivier Gringas http://oliviergingras.com    

mercredi 19 janvier 2011

JALEL EL GHARBI

Or le monde s’ouvrait au chapitre Du lièvre matinal, Dans sa course onéreuse, A la page Du duvet sur la douceur Des fruits Et à la ligne du ciel nu sous sa fourrure De nuages Son chemin traverse la route Qui va derrière le paysage De quelle propension es-tu l’allégorie ? C’est la course du lièvre C’est le galbe de son chemin C’est le signe de son passage Que je cherchais à saisir Or le lièvre, le duvet, les fruits, la fourrure, le ciel, les nuages, la route, le chemin,... [Lire la suite]
mercredi 19 janvier 2011

JACQUES ROUMAIN

Le ciel n'a plus un sourire plus un seul tesson d'azur pas un arc à lancer l'espoir d'une flèche de soleil les arbres déchiquetés se redressent, gémissent comme des violons désaccordés tout un village endormi dans la mort s'en va à la dérive... . JACQUES ROUMAIN . Oeuvre Jean Walgens Pierre ( Peintre Haïtien )
Posté par emmila à 11:51 - - Commentaires [1] - Permalien [#]
Tags : , ,
mercredi 19 janvier 2011

A FEU OUVERT...Extrait

(...) dans les motsde la nuitles océans la vaguetout ce qui craint et bouge et renaît soulevé par le doute l'absence en quel lieu en parlerun nom à dire loin ds branches le dernier chant à oublier le vent dans les alisiers ... ombres délicates et fleuries et chantées ombres de la vertuou de ma loyauté . HENRI DUFOR .
Posté par emmila à 10:31 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , ,
mercredi 19 janvier 2011

POEMAS...EXTRAIT

Las habitaciones abandonadas se llenaron de palabras que arden como la flor de la pluma en los huesos de la primavera. .   . . LUIS MIZON . . . . Les chambres abandonnées se sont remplies de mots qui brûlent comme la fleur de la plume dans les os du printemps.  . . . LUIS MIZON . . . Chambre de Vincent Van Gogh
Posté par emmila à 09:50 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , , ,