vendredi 9 avril 2010

NOCES A TIPAZA...Extrait

« …l’incessante éclosion des vagues sur le sable me parvenait à   travers tout un espace où dansait un pollen doré. Mer, campagne, silence, parfum de cette terre, je m’emplissais déjà d’une vie odorante et je mordais dans le fruit déjà doré du monde, bouleversé   de sentir son jus sucré et fort couler le long de mes lèvres. Non, ce n’était pas moi qui comptais, ni le monde, mais seulement l’accord et le silence qui de lui à moi faisait naître   l’amour.».ALBERT  CAMUS.
Posté par emmila à 21:35 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , , ,

vendredi 9 avril 2010

L'INTRANSITIVE

 Fille de collines, boumiane, chèvre dans les cailloux. C'est une pas jeune pas vieille. Une rétive, l'ourlet défait aux mûriers et aux rêves. L'adventive racine sur le haut du mur qui surprend toujours, quoi encore la sauvage qui parle aux arbres, brûle son ombre à midi, neige et fleurit dans le même geste ! Cette vigne au tournant des sols secs, cette brindille de chemin, l'étincelle sur la meule, je l'aperçois parfois. Je tends les mots. Le temps qu'elle me voit déjà elle s'éloigne. C'est l'intransitive. L'inconvenante... [Lire la suite]
Posté par emmila à 21:24 - - Commentaires [1] - Permalien [#]
Tags : , , ,
jeudi 8 avril 2010

UN VOL EN DIEU

Un vol en Dieu, mais en un Dieu déchiré et répandu à travers le monde qui, ainsi épars, continue à chanter par les lions et les rochers, par les arbres et les oiseaux dont l’harmonie transcendantale couvre dans cet état même de déchirement, la haine destructrice.   .   RAINER  MARIA  RILKE .    
Posté par emmila à 20:55 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , ,
jeudi 8 avril 2010

J'AI POUSSE LES MURS DE LA PLUIE

J’ai poussé les murs de la pluie Sur un chemin d’herbes fragiles J’ai trouvé dans le sable clair Les pas d’un enfant d’autrefois J’ai compté des pierres de sang Dans le sentier des contes bleus J’ai retrouvé sous les tilleuls Des étés bruissants d’abeilles J’ai tenu dans mes mains avides Les seins tendus de l’aventure J’ai senti sous mes genoux durs Le doux pubis d’une amoureuse J’ai plongé dans l’eau du matin Pour ouvrir l’aube à mes vertiges J’ai marché vers d’anciens villages Où les chats caressaient la nuit J’ai creusé des... [Lire la suite]
Posté par emmila à 20:51 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , ,
mardi 6 avril 2010

L'INCONNU SUR LA TERRE...Extrait

Ce qu'il y a au fond de nous, ce ne sont pas les obsessions, ni les désirs contrariés, ni tout ce qu'on a inventé pour expliquer le mécanisme de l'esprit. Fausse science, cette science du langage par le langage, qui invente ses propres monstres. Mensongère, cette science qui interprète, qui divise, qui juge. La faillite de la psychologie est tout entière dans son intelligence. Car enfin, de quoi parlons-nous ? Parlons-nous des problèmes de la société, de la pluie et du beau temps, des jeux de société et des histoires drôles... [Lire la suite]
Posté par emmila à 19:19 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , ,
lundi 5 avril 2010

DERNIERS DELIRES AVANT INVENTAIRE...Extrait

Quand mars fut venu     funambule aux clairières du non être     j'hésitais         Minuscule fagot cellulaire     à peine lié à un souffle de vie     je m'attendais         Sans essuyer mes rêves au paillasson des étoiles     j'ai replié la nuit     fermé l'ailleurs     sans clef, sans certitude     j'ai ouvert la vie     et le bruit est venu         Mon premier mot... [Lire la suite]
Posté par emmila à 20:29 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , , ,

lundi 5 avril 2010

LA DIAGONALE DU SILENCE...Extrait

Combien de fois ai-je dit   pourquoi aller plus loin   pourquoi rêver plus vieux ?   Le ciel adoucira-t-il ses couteaux ?   Lames de miel et lames de fiel     toujours laminent les pavés de l’utopie     Les marelles de l’enfance     claquettent de sautillements     estompés par des mémoires infidèles     Viens     viens dans ma cour     les hirondelles volent encore     je connais tous les carrés... [Lire la suite]
Posté par emmila à 20:19 - - Commentaires [1] - Permalien [#]
Tags : , , , ,
dimanche 4 avril 2010

LIEUX MAJEURS...Extrait

Poètes, j’aime ce que vous dites du monde autour de nous, de l’arbre où prendre appui. Et parce que le printemps est un peu de cet air traversé d’hirondelles descendues de la lune ; parce que la solitude ou bien un souvenir se fabrique des mains qui vibrent et vous reflètent ; le jour vous laisse franchir ses miroirs impassibles et vous suivre brûlant de vos métamorphoses. (....) Toute la terre dans un éclat de siècle, de racines mises à nu ou serrées dans l’amour, à grands pas s’approche du... [Lire la suite]
Posté par emmila à 20:33 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , , ,
dimanche 4 avril 2010

BERNARD PERROY

  à Nathalie Billecocq, .   Le monde serpente en tout sens, n'est plus que ce chemin de fin du jour, pierre après pierre… On s'échine à dévaler la pente, à la remonter vers la frontière entre cimes et nuées… Et déjà le pied heurte un pauvre nom caché sous la poussière, une petite larme qui se sèche au soleil, un regard enfantin, un bond imaginé, une heure nouvelle  dans le grand vent agitant pour un temps la crinière des arbres, la perle ou l'or d'une rencontre perdue… Rien encore, ni la danse, ni le chant, ni... [Lire la suite]
Posté par emmila à 20:12 - - Commentaires [1] - Permalien [#]
Tags : , , , ,
dimanche 4 avril 2010

HYMNE A LILITH...Extrait

Femme soyez à jamais incomplète et nous de vous aimer plus insatisfaits que toute chose au monde plus que l'arbre et l'oiseau - le vent - la mer étale et le feu des étoiles tous les horizons du corps le plus lointain . que nos amours ouvertes soient vierges - insensément . toi cherchant l'autre que tu ne sais pas encore que tu es . cherchant l'essence ou la sève du sens hors le sens cherchant l'insituable dans le blanc des yeux d'où percevoir l'envers des écorces charnelles ... [Lire la suite]
Posté par emmila à 11:19 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , ,