vendredi 9 septembre 2011

OBRAS COMPLETAS

-¿Mi vida? ¿Es que yo tengo vida? Estos mis años, todavía me parecen niños. Las emociones de la infancia están en mí. Yo no he salido de ellas. Contar mi vida sería hablar de lo que soy, y la vida es un relato de lo que se fue. Los recuerdos, hasta los de mi alejada infancia, son en mí un apasionado tiempo presente… -Y se lo contaré. Es la primera vez que hablo de esto, que siempre ha sido mío solo, íntimo, tan privado, que ni yo mismo quise nunca analizarlo. Siendo niño, viví en pleno ambiente de naturaleza. Como todos los niños,... [Lire la suite]

vendredi 9 septembre 2011

OEUVRES COMPLETES...Extrait

-Ma vie? Ai-je une vie? Les ans que j’ai appartiennent encore à l’enfance. Les émotions de l’enfance sont en moi. Je n’en suis pas sorti. Raconter ma vie serait parler de ce que je suis, et la vie est un récit de ce qui s’en est allé. Les souvenirs, même ceux de mon enfance la plus lointaine, sont en moi un temps présent passionné…. - Et je vous le raconterai. C’est la première fois que j’en parle, cela n’a toujours appartenu qu’à moi seul, intime, si privé que même moi je n’ai jamais voulu l’analyser. Enfant j’ai vécu en pleine... [Lire la suite]
vendredi 9 septembre 2011

LES ARDOISES DU CIEL...Extrait

Quel effort des pierres pour se courber des lignes pour se croiser  Quel effort de l’arbre pour s’accomplir dans sa sphère préférée du feuillage pour respirer du roc pour se fendre  Quelle patience des rocs pour se fondre dans la terre inamicale du passant qui s’avance  contre le souffle du vent.   [...]  Quelle générosité du visiteur des nuits avec sa poignée de poussières et de cendres  Quelle pitié des ancêtres... [Lire la suite]
Posté par emmila à 14:15 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , ,
mardi 6 septembre 2011

HERENCIA...VICENTE,PALOMA ET RAFAEL PRADAL

    EL SUICIDA   No quedará en la noche una estrella. No quedará la noche. Moriré y conmigo la suma del intolerable universo. Borraré las pirámides, las medallas, los continentes y las caras. Borraré la acumulación del pasado. Haré polvo la historia, polvo el polvo. Estoy mirando el último poniente. Oigo el último pájaro. Lego la nada a nadie.   LE SUICIDE Il ne restera pas dans la nuit une étoile. Il ne restera pas la nuit. Je mourrai et avec moi la somme De l’intolérable univers. J’effacerai les... [Lire la suite]
lundi 5 septembre 2011

AU MUR

J'ai peut-être perdu tous mes yeux dans la mer... venue comme un ancien pressentiment d'étoiles une femme soudain m'a donné un visage qu'elle semblait avoir ramassé dans les cendres   il m'arrivait d'avoir des dimanches de vagues j'écoutais sur le sable de vieilles détonations les femmes portaient des masques pour allumer l'aurore et je dilapidais l'obscurité des mondes   les maisons fortes tombaient lentement dans la mer un enfant commandait un feu invisible et je voyais rouiller des hommes privés de gestes ... [Lire la suite]
Posté par emmila à 22:15 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , ,
lundi 5 septembre 2011

LES ÂMES AUX PIEDS NUS...Extrait

Je les ai vuestoutes passer dans la rueâmes aux pieds nus,regardant derrière elles,inquiètes d'être suiviespar les pieds de la tempête,voleuses de luneelles traversent, déguiséesen femmes normalesPersonne ne peutles reconnaîtresauf cellesqui leur ressemblent . . . MARAM AL MASRI . . . Oeuvre Charlotte Calmis
Posté par emmila à 21:42 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , ,

lundi 5 septembre 2011

TRAVAUX DE LUMIERE...Extrait

Ô l'oeil bleu de la Mediterranée ô languesbifides des monothéismes et des peuplesnulle paix pas d'innocents il restele labeur et l'envol sur les collinesdes oliviers en blanc et noir leur lyriqueinvisible dans le trop-plein de jourj'ai leur premier noyau d'olive au coeurleur huile aussi amère et doucequi ne sait dire rien parmi mes joursque les lieux de l'envol la démesuredu regard j'ai la tête pleine d oliviersj'ai des collines de collines des muretsétages où justement ils volentd'un silence que l'art voudrait atteindre . ANNIE... [Lire la suite]
Posté par emmila à 21:18 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , , , ,
lundi 5 septembre 2011

JE TE MENACE D'UNE COLOMBE BLANCHE...Extrait

La terre m'a volée à la mer c'est pourquoi tu vois mes lèvres ensablées mes mots sont des rochers couverts de mousse la terre m'a volée à la mer c'est pourquoi tu vois mes yeux ce sont deux poissons et mes regards silencieux bien que mes pupilles ne soient plus bleues mes larmes sont encore salées (...) Je suis venue à toi sans me parfumer sans me parer de bijoux je suis venue à toi telle que je suis réellement tableau sans cadre sans fausseté je suis venue à toi en habitante de la Terre * J’ai beaucoup de temps ... [Lire la suite]
Posté par emmila à 20:47 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , , ,
dimanche 4 septembre 2011

FESTIN

Allonger le pas Jambes nues sous la jupe de soie Au sortir de l’hiver Aux sens affamés la tiédeur est festin Les petites mains des jours Ont rougi la pointe des carottes Ourlé les salades poivrées Enduit de vert pâle les olives Au cœur noir – amertume délectable Les petites mains des jours Gardent mon désir vivant Dans ma jupe de faille J’avance dans l’allée du marché Parmi son peuple d’odeurs Si proche encore de la nuit Le jour est faillible Festonné d’ombres Exilé encore à la pointe de nous-mêmes Les regards... [Lire la suite]
Posté par emmila à 17:47 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , , , ,
dimanche 4 septembre 2011

SONNET VIII

Combien de masques portons-nous, et de masques Sous le masque, sur la figure de notre âme, et quand, Si pour son propre amusement l’âme elle-même se démasque,Sait-elle qu’est tombé le dernier et qu’enfin son visage Est nu ? Le vrai masque ne sent rien en deçà du masque, Mais regarde à travers le masque avec des yeux masqués Aussi. Quelque conscience qui entreprenne la tâche, Œuvrer à cette tâche au sommeil l’attache. Comme un enfant effrayé par le reflet de son visage, Nos âmes, qui sont des enfants – car elles égarent leurs... [Lire la suite]
Posté par emmila à 14:55 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , , ,