lundi 4 mai 2020

SAIT-ON JAMAIS

  Si tu es, comme il m’arrive de l’espérer encore,capable d’apercevoir le même azur que mes yeuxet de reconnaître les routes où je m’aventuredepuis l’alvéole où parfois je ne peux t’enfermerpar refus de laisser m’anéantir la lassitude,(ou d’abdiquer sans remède la recherche d’un sens),alors peut-être, en échappant aux faits de sciencees-tu là, telle que je peux encore t’espérer. Si tu regardes, tu sais que je ne trahis jamaisla parole que nous nous sommes donnée sans réserveet qu’après toi sans faille je m’efforce... [Lire la suite]
Posté par emmila à 19:38 - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , , , , , , , , ,

dimanche 3 mai 2020

OEUVRES POETIQUES...Extrait

Sous les voûtes d’El Djezaïr, et la saveur des sauces − Le laurier, le cumin, l’ail et la goutte d’ombre Où mijote l’invention. Je t’aime – mais quoi, je parle à vide ! J’ai laissé mon amour aux cigales d’Europe. J’ai tout donné – Révolution ! – pour quoi ? Une dune qui roule Et pas une chimère où reposer ce front !     .     JEAN SENAC     .   Photographie Thami Benkirane https://benkiranet.aminus3.com/    
Posté par emmila à 17:02 - - Commentaires [1] - Permalien [#]
Tags : , , , , , ,
dimanche 3 mai 2020

ANNA MARIA CARULINA CELLI...Extrait

J'ai besoin de plumes, de coups de vent, de papillons et de lumièreDe trous dans l'atmosphère, où l'on tombe en se tenant le coeurJ'ai besoin du mystère d'un craquement de branches dans les feuillesDe trisses, de nuages en jachèreQue les doigts de l'homme ne labourent pasDes nuages de passageQui traversent les yeuxPour y pleurer de joieJ'ai besoin d'air J'ai besoin d'un éclairDéchirant d'or le cielD'une blessure éphémèreD'où des sequins d'eau pureFeraient des trombes sonnantesDes danses trébuchantesEn brisant sur l'asphalte des... [Lire la suite]
dimanche 3 mai 2020

HAMID CHERIET DIT IDIR....HOMMAGE

 Adieu Ami, que la terre te soit légère...Tu continueras à bercer les anges  et à voyager dans nos coeurs... Le étoiles ne meurent pas... . Yidir   Tewεer sseba n uɣilfIɣab yidir si lharaGujlent tzeɣwaIṭij yedli-t ussigna   Yuɣwas udrar nat leḥsenUzelent wallen d tiregwaTafsut tuɣal d cetwaYendef uglim n tmazɣa   Gugemen iẓuran n teqvaylitLjerh iḥuz tudrin maraMkul lεerc ihuss s tyitaDeg umendil tezza ccama   Yenna uzemni s ttvutYidir yeǧǧa-d lɣellaTudert tezwar tagaraYettru wul terra... [Lire la suite]
Posté par emmila à 10:47 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , , , , , ,
jeudi 30 avril 2020

AUTOPORTRAIT SANS MIROIR

  Il me faut maintenant un arrêt, une halte prolongée, une place dans le creux, dans les plis, hors de l'impatience.Voici mon lieu de vie mal situé encore, inachevé, à la frontière de la démesure, de l'utopie. C'est une traversée extrême, infinie, du bord au rivage, d'un train aux vitres sales à un autre plus fulgurant, interminable comme dans les rêves… Une traversée quotidienne, attendue, espérée, une découverte voluptueuse parfois.Une table trop encombrée comme toutes les tables où l'on s'arrête souvent, voici le lieu d'où... [Lire la suite]
jeudi 30 avril 2020

LE SENS DU MIROIR

Une âme, si elle veut se connaître,c'est dans une âme qu'elle doit se regarder.Platon       .   Pénétré de silencel'espace ouvertd'une mémoire tourmentée. Mes mots y habitentun peu à l'étroitparmi les questions. Ils sont dans l'œil rondde l'oiseau enivré de son chantdans le miroir mouvantdu fleuvedans la fragilitédu présent. Moiteurdes images calcinéesmoiteur d'un temps écheveléde genoux salisd'élans sauvages . Dans l'argileune empreinte figéel'évidence d'une présence.Parfois des bruits de pasqui s'en... [Lire la suite]

mercredi 29 avril 2020

PAT RYCKEWAERT...Extrait

Il y a dans nos coeurs-oiseauxdes battements d’ailes et toutes les grandes migrations sous nos paupières des ciels si clairsqu’aucun chagrin ne peut tenir et sous le fer de nos masquesla liberté enclose et l’amour enfui. Je voudrais l’envol des oies sauvagesretenues dans nos gorges et tous les vents du sud à nous étreindreet nous embarquer vers la mer.     .     PAT RYCKEWAERT     .   Oeuvre Salvador Dali
Posté par emmila à 09:48 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , , , , , , ,
mercredi 29 avril 2020

POEME POUR UNE PATATE DOUCE

  Il est très tard chez vouspeut-être tropdes experts pêle-mêledes technocrates et des docteurs fousnous embobinent à la chaînedans cette usine aseptiséequ'est devenue notre sociétéNous n'avons rien vu venirpourtant depuis des annéesnous éprouvions les démangeaisonsdu pire à venir chargé de veninsA vos chaînes citoyens!Les morts-vivants creusent des tombespour les vivants traumatisés par la torpeurles gratte papiers s'en donnent à coeur joietandis que bavent les limacesdont on peut suivre la tracepour peu que l'on y prête... [Lire la suite]
Posté par emmila à 06:14 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , , , , , , , ,
mercredi 29 avril 2020

LE CREPUSCULE DES VIEUX

  Des fois, j'ai hâte d'être un vieux.Ils sont bien, les vieux, on est bon pour eux, ils sontbiens. Ils ont personne qui les force à travailler; on veut pasqu'ils se fatiguent.Même que la pluspart du temps, on les laisse pas finirleur ouvrage.On les stoppe, on les interruptionne, on les retraitefermée. On leur donne leur appréhension de vieillesse et ils sonten vacances.... Ah! Ils sont bien les vieux! Et puis, comme ils ont fini de grandir,ils ont pas besoin de manger tant tellement beaucoup. Ils ont personne qui les... [Lire la suite]
Posté par emmila à 05:44 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , , , , ,
mardi 28 avril 2020

EN CAS D'AMOUR...Extrait

"Ce qu'on met de soi dans l'autre est infiniment plus vaste que ce qu'on croit lui confier. Quelquefois c'est sa propre vie, d'autres fois c'est son âme, sa vocation, sa sauvagerie, sa misère, une dette ancestrale, c'est toujours exorbitant, une valeur passée en douce, clandestine, que l'on s'échange dès le premier regard."   .   ANNE DUFOURMANTELLE     .   Oeuvre Salvador Dali
Posté par emmila à 18:05 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , , ,