dimanche 27 mars 2011

MESNEVI...Extrait

L’œil de la mer est une chose, l’écume en est une autre ; délaisse l’écume et regarde avec l’œil de la mer. Jour et nuit, provenant de la mer, se meuvent les flocons d’écume ; tu vois l’écume, non la mer. Que c’est étrange ! Nous nous heurtons les uns contre les autres comme des barques; nos yeux sont aveuglés ; l’eau est pourtant claire. Oh, toi qui t’es endormi dans le bateau du corps, tu as vu l’eau ; contemple l’Eau de l’eau. L’eau a une Eau qui la pousse, l’esprit un Esprit qui l’appelle.” . JALÂL AL DIN RÛMI . ... [Lire la suite]
Posté par emmila à 20:09 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , , ,

dimanche 27 mars 2011

J'AVOUE QUE J'AI VECU...Extrait ( A propos de Nazim Hikmet )

J'allais voir souvent, à Moscou ou à la campagne, un autre grand poète: Nazim Hikmet, le légendaire écrivain turc emprisonné durant dix-huit ans par les gouvernements si spéciaux de son pays. Nazim, accusé de vouloir soulever la marine turque, fut condamné à toutes les peines de l'enfer. On l'avait jugé sur un bateau de guerre. Il me raconta comment on l'avait forcé à marcher jusqu'à l'épuisement sur le pont du bateau, puis comment on l'avait enfermé dans les latrines, enfoncé dans un demi-mètre d'excréments. Mon frère le poète... [Lire la suite]
Posté par emmila à 16:34 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , ,
dimanche 27 mars 2011

LES PIERRES DU TEMPS ET AUTRES POEMES...Extrait

"La passion des origines est un arbre il te suit dans tes voyages dans tes errances quand tu es fatigué tu t'appuies à son tronc quand tu veux dormir tu le secoues et des rêves mûrs tombent dans ton sommeil comme les fruits de l'enfance." . . . . .   TAHAR BEN JELLOUN . . . . . Oeuvre Frida Khalo    
dimanche 27 mars 2011

DES NOUVELLES DE LA MAISON BLEUE...Extrait

« On ne peut jamais retrouver un lieu d’autrefois, ou revivre un état antérieur. Il y a eu un jour un état de bonheur parfait qu’au fil du temps on ne cesse de perdre et d’oublier. Pourtant, on persiste à croire qu’il est enfoui quelque part dans le passé et qu’il peut être retrouvé. » . HELLA  S. HAASE .
samedi 26 mars 2011

HERBERTO HELDER ....LES MUSES AVEUGLES...Extrait

"…Toutes les lumières sont éteintes. Dans le cerceau des voix vient le printemps. Et pendant que dort le lait, Ma maison mienne dort aussi dans le silence et petit à petit brûle. Plus ne passe dans les pétales véhéments la tête qui roule alors les mots naissent. Limpides, amers…   Certaines nuits j’ai aimé tous les très vieux ruisseaux, degré par degré j’ai gravi le corps qui s’emplissait de feuilles minuscules, éternelles comme un arbre. Degré par degré je dévorai la joie - moi, la gorge grande ouverte comme quelqu’un qui va... [Lire la suite]
Posté par emmila à 22:46 - - Commentaires [1] - Permalien [#]
Tags : , , , ,
samedi 26 mars 2011

LETTRE AUX GENS TRES SAGES...Extrait

"Non il n'est pas fou Celui qui parle au vent Aux murs aux rues aux lampadaires A l'ombre du chat sur la fenêtre Aux mains fragiles Qui l'aiment et le connaissent Il n'est pas fou Celui qui voit la mer Dans son miroir Et des chiens bleus Dans les nuages Non il n'est pas fou Il rêve il rêve Et nous attend Sous le manteau de son mystère Au cœur du monde imagé" . JEAN-PIERRE SIMEON . Oeuvre Piotr Frolov
Posté par emmila à 22:15 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , ,

samedi 26 mars 2011

LE CHIFFRE...Extrait

La nuit nous impose sa tâche magique.Détisser l’univers, les ramificationsinfinies d’effets et de cause, qui se perdentdans ce vertige sans fin, le temps.La nuit veut que cette nuit tu oublies ton nom,tes ancêtres et leur sang,tous les mots humains et les larmes,ce qu’a pu t’enseigner la veille,le point illusoire du géomètre,la sphère, la ligne, le plan, le cube,le cylindre, la sphère, la pyramide,la mer, les vagues, ta joue sur l’oreiller,la fraîcheur du drap changé, les jardins, les empires,les César et Shakespeare et ce qui est... [Lire la suite]
Posté par emmila à 18:51 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , ,
vendredi 25 mars 2011

ICI, TOUJOURS ICI

Ici, dans le lieu clair. Ce n'est plus l'aube, C'est déjà la journée aux dicibles désirs. Des mirages d'un chant dans ton rêve il ne reste Que ce scintillement de pierres à venir.   Ici, et jusqu'au soir. La rose d'ombres Tournera sur les murs. La rose d'heures Défleurira sans bruit. Les dalles claires Mèneront à leur gré ces pas épris du jour.   Ici, toujours ici. Pierres sur pierres Ont bâti le pays dit par le souvenir. A peine si le bruit de fruits simples qui tombent Enfièvre encore en... [Lire la suite]
Posté par emmila à 21:51 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , , ,
vendredi 25 mars 2011

J'AI PEU DE CHOSES A DIRE...

J'ai peu de choses à dire au fond je cherche peu de choses Et tout le reste c'est un habit sur moi à peu près ajusté Je peux bien partager votre combat vos certitudes : papier-buvard Le mal au fond le mien c'est ailleurs un fanal resté allumé J'écris, ma femme dort, je rassemble un maigre bagage Un maigre bien des idées vagues, des tentatives de notions Tout ce à quoi je souscris et qu'en bon entendement il faut admettre Des restes de vos garde-robes, des idées de révolution Qu'est-ce que j'ai à moi ? Ma mère le lundi qui lave Quand... [Lire la suite]
Posté par emmila à 21:40 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , ,
jeudi 24 mars 2011

L'INFINI

Toujours j’aimai cette hauteur déserte Et cette haie qui du plus lointain horizon Cache au regard une telle étendue. Mais demeurant et contemplant j’invente Des espaces interminables au-delà, de surhumains Silences et une si profonde Tranquillité que pour un peu se troublerait Le coeur. Et percevant Le vent qui passe dans ces feuilles - ce silence Infini, je le vais comparant A cette voix, et me souviens de l’éternel, Des saisons qui sont mortes et de celle Qui vit encore de sa rumeur. Ainsi Dans tant d’immensité ma pensée sombre Et... [Lire la suite]