lundi 20 janvier 2020

PATRICK ASPE...Extrait

J'ai lancé l'espace dans le grand ciel du temps qui va, nuages, arbres arborés de ta lumière, à la lisière de ton chemin, mains dans nos mains, à travers les siècles des pierres, des pistes et des instincts, ventres des femmes, sources créations, pulsions, gémissements, floraisons... Et les images en suspension - les encres, les coups de crayon, les calques, et la passion, même les poussières font de la mémoire un univers qui gagne le coeur - compte à rebours -  je prends sur moi, la lune brève, les lèvres... [Lire la suite]

dimanche 19 janvier 2020

LES MOTS NOUS MANQUENT...Extrait

Pour Alexo...     Devant l’énigmatique beauté qui noussubmerge et nous dépasse. Devant toute ivresse qui rêve l’infini etdevant l’infini que l’on devine entre les herbesou les étoiles, les gestes courbes de l’amour, les mots nous manquent. Devant la crue et l’incendie, la peur du vide,l’effroi, le plaisir qui geint ou la douleur quihurle, devant le temps qui nous tourmente, les mots nous manquent. Ils nous manquent devant le cercueil desêtres aimés, l’irréversible que l’on s’épuise àvouloir corriger pourtant et le... [Lire la suite]
Posté par emmila à 14:51 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , , , ,
dimanche 19 janvier 2020

FERNANDO PESSOA...Extrait

De tout, il resta trois choses...La certitude que tout était en train de commencer,La certitude qu'il fallait continuer,La certitude que cela serait interrompu avant que d'être terminé...Faire de l'interruption un nouveau chemin...Faire de la chute un pas de danse...Faire de la peur un escalier...Faire du rêve un pont...Faire de la recherche une rencontre...   .   FERNANDO PESSOA     .    
Posté par emmila à 14:36 - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , , ,
dimanche 19 janvier 2020

FABIENNE VERDIER...Extrait

Savez vous qu’il m’arrive parfois de vivre dans un état secondoù je ne perçois plus de différence entre le moile genévrier sauvagele petit caillou ballotté par les maréesle scarabée rhinocérosou la feuille de choux rongée par les chenilles…Pourquoi vouloir toujours nommer l’innommable,l’éphémère je le suisincandescente de nature.Où se situer si ce n’estau cœur de l’ouraganau bord d’une faille rocheuseà la lisière du vide et de la matièrepercevant furtivementdans le miroir de ma pierre à encrede multiples métamorphoses ?Je ne suis rien... [Lire la suite]
Posté par emmila à 14:34 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , , , , , ,
vendredi 17 janvier 2020

LA SAGESSE DES SORCIERES...Extrait

... Remplir ce qui est vide,vider ce qui est plein,la lumièrecomme corps,la lumièrecomme souffle. Accueillir les fleurs :jonquillesbaptisées dans le beurre,lilas léchant le ciel avec volupté,colliers de glycinese penchant sur des mamans magnolias,les fleurs de cerisier sont des lames de rasoir,les dahlias des neiges sont aussi tranchants que la pisse de chat,les lis dans la vallée sontdes lis de plume,des lis de cuir,des lis d’écaille,des lis de peau,la rose presque Miss Amérique,les orchidées sont de grasses langues de lécheuses,et... [Lire la suite]
jeudi 16 janvier 2020

NADIA TUENI...Extraits

Et mes yeux sont un port d'ou partent les naviresdont on dit qu'ils sont beauxcomme un enfant qui pleuredans la nuit des miroirs. ... La mer se cache dans ses eauxLe vent est un fardeau de prince, mais la lampe et la nuit s'en vont en chuchotant, écoutent la respiration des mémoires. ... O que la vérité est menteuse,car l'infini de l'eau est démenti par le sable.Tout n'est si beau que parce que tout va mourir,dans un instant...   ... Je ne préfère rien aux vérités de l’eau, aux coups de vent chargés des embruns de la... [Lire la suite]
Posté par emmila à 23:18 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , , , , , , ,

jeudi 16 janvier 2020

NADIA TUENI ...Extrait

Se souvenir - d'un village escarpé, posé comme une larme au bord d'une paupière; on y rencontre un grenadier, et des fleurs plus sonores qu'un clavier. Se souvenir - de la vigne sous le figuier, des chênes gercés que Septembre abreuve, des fontaines et des muletiers, du soleil dissous dans les eaux du fleuve. Se souvenir - du basilic et du pommier, du sirop de mûres et des amandiers. Alors chaque fille était hirondelle, (…) Se souvenir - de l'ermite et du chevrier, des sentiers qui mènent au bout du nuage, (…) Se... [Lire la suite]
Posté par emmila à 22:31 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , , , , ,
jeudi 16 janvier 2020

CLAIRE SYLVIE VINCENSINI...Extrait

A ma fille   Il ne neige pasMon amourC'est justeNos angesQui battent des ailes  .   CLAIRE SYLVIE VINCENSINI   .   
Posté par emmila à 19:31 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , , , ,
jeudi 16 janvier 2020

LA RIVE ADVERSE...Extrait

... Cela va sans lire, la Poé-sie n’est pas en organdi de soiede soirée, non, elle squatte lecœur de ceux qui déambulent loindes bulles de moi ou de Mémoire ;elle s’ente sur le lent souriredes patients ; elle offre ses cendres àla terre, aux souches pour qu’en novembretranche       la splendeur de l’arbousier.     .     JEAN-FRANCOIS AGOSTINI Editions Souffles, 2007   .   Fresques Pompéi
jeudi 16 janvier 2020

LA TERRE ARRETEE...Extrait

Peut-êtreChaque geste est coupable de briser une enfance.L'enfant livre de sable avec bâtonnets noirs comme chat pour servir de repère. Une horloge du temps qui s'habille est amour. Longs petits moines avec des poings ronds et utiles, avec des cernes autour de tes yeux vides. Tu penses en couleur au portrait d'un oiseau, à la fleur qui se vide.Le ciel au bout du jardin tendu vers toi.Viens le chercher.Enfant, tu retiens la genèse.Le cordon qui relie l'enfant à la matière inépuisée n'est pas vraiment tranché.La magie vient tout... [Lire la suite]