lundi 8 août 2016

UN SANG D'ENCRE...Extrait

La banlieue, même black ou basanée, ce n'est pas l'autre, mais une part de nous-mêmes entrée en dissidence. La part mal logée, mal nourrie, si mal irriguée qu'elle se gangrène. Et peut-être la plus intime, parce que la plus désenchantée. Qu'on l'oublie le jour, on la retrouve le soir, à son chevet, pour entrer dans le sommeil. Qu'est-ce donc qui leur manque, qui nous manque, en secret, dans ces parages du cœur ? Le pain ? Ils en ont assez, quoi qu’on en dise, pour ne pas crever. Du travail ? Sans doute, mais encore, mais après ?... [Lire la suite]

dimanche 7 août 2016

L'ETE A GAZA

L’été à Gaza n’est pas l’été d’ailleurs, C’est un été très particulier Un été merveilleux où surnage une beauté Qui transperce les yeux Un été lumineux , un été vivant Un été ensoleillé aux nuits tranquilles Un été plein d’espoir, Un été doux fleurit aux rayons de chaque heure. Mais c’est un été passionné, passionnant et bouleversé Qui apparaît , dans le sang et la patience, Un été que même la poésie la plus colorée Et le grondement des textes écrits Ne pourraient décrire, Un été sans vacances pour les enfermés. En été, à Gaza, A... [Lire la suite]
dimanche 7 août 2016

TODO CAMBIA - MERCEDES SOSA CHANTE JULIO NUMHAUSER, POETE CHILIEN

 Cambia lo superficialCambia también lo profundoCambia el modo de pensarCambia todo en este mundo Cambia el clima con los añosCambia el pastor su rebañoY así como todo cambiaQue yo cambie no es extraño Cambia el mas fino brillanteDe mano en mano su brilloCambia el nido el pajarilloCambia el sentir un amante Cambia el rumbo el caminanteAúnque esto le cause dañoY así como todo cambiaQue yo cambie no es extraño Cambia todo cambia Cambia el sol en su carreraCuando la noche subsisteCambia la planta y se visteDe verde en la... [Lire la suite]
samedi 6 août 2016

LE CHANT DE SAMA N'DEYE...Extrait

-Tondisa bomoyi nanga na bandoto…[-Remplis ma vie de songes…]Carlito Lassa   . Au milieu de mille images,ton visage apparaît. J’étreins la visite qui précède ton corps et je remplis la maison qui t’attend de chants d’accueil.   Le feu de mes appels a brûlé leurs yeux, les voyants sont devenus aveugles.   Et sur la natte de vérité, les cauris qui ont roulé se sont trompés. - Ils prédisent des douleurs quand mon cœur fleurit.   Ecoute le chant de N’déye, écoute mon chant.   Je ne clame... [Lire la suite]
Posté par emmila à 23:39 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , , , , , , , ,
samedi 6 août 2016

JOCELYN...Extrait

Mon cœur me l'avait dit : toute âme est sœur d'une âme ; Dieu les créa par couple et les fit homme ou femme ; Le monde peut en vain un temps les séparer, Leur destin tôt ou tard est de se rencontrer ; Et quand ces sœurs du ciel ici-bas se rencontrent, D'invincibles instincts l'une à l'autre les montrent ; Chaque âme de sa force attire sa moitié, Cette rencontre, c'est l'amour ou l'amitié, Seule et même union qu'un mot différent nomme, Selon l'être et le sexe en qui Dieu la consomme, Mais qui n'est que l'éclair qui révèle à chacun... [Lire la suite]
Posté par emmila à 19:09 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , , , , , , ,

samedi 6 août 2016

CHANSON POUR BAB TOUMA

Jolis les yeux des femmes à Bab Touma*jolis jolis…lorsqu’ils contemplent tristement la nuit le pain les ivrogneset belles sont ces épaules gitanes sur les litsqu’elles m’accordent les pleurs et le désir ô mèreah que ne suis-je un caillou coloré sur le trottoirou une chanson longue dans la ruellelà-bas dans un creux de boue lissequi me rappellerait la famine et les lèvres sans abrioù les petits enfantssurgissent comme la malariadevant Dieu et les rues sombres.Ah que ne suis-je une rose dans un jardin quelconqueun poète mélancolique... [Lire la suite]
Posté par emmila à 18:17 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , , , , ,
samedi 6 août 2016

PETITES METANIES DU TEMPS...Extrait

Si je dois désherber la douleur des joursque ce soit avec des mains patientes.Comme on prendrait un petit enfantsur ses genoux pour lui direque celle qu’il attend ne reviendra plus —qu’elle est partie rejoindre Tobie,le chien de l’an passé.Alors, il nous faudrait tenirdevant le regard grave soudain bondé de larmes,prendre le temps de sourirepuis, comme un roi réconcilié,ouvrir ses bras en couronneet bercer, bercer éternellement.   .   PATRICK  MAURY .   Oeuvre Guy Denning  
Posté par emmila à 17:06 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , , ,
samedi 6 août 2016

JEAN-MARC LA FRENIERE...Extrait

Il n’y a que l’homme pour faire une potence d’un arbre le plus beau, en chasser les oiseaux pour en faire une croix. La joie se heurte aux hommes. La haine a le champ libre. Ils se battent pour elle. Longeant le précipice du monde, je me raccroche à la ténacité des plantes. Je lance des mots à tout hasard pour sonder l’infini. On les entend cogner contre un mur invisible. La beauté n’a pas besoin qu’on la regarde. Elle nous prend par la main. Le geste le plus banal devient une caresse. Les bras du quotidien soulèvent l’espérance. Il... [Lire la suite]
samedi 6 août 2016

MEMORIAL DE L' ÎLE NOIRE...Extrait

J’ai besoin de la mer car elle est ma leçon : je ne sais si elle m’enseigne la musique ou la conscience : je ne sais si elle est vague seule ou être profond ou seulement voix rauque ou bien encore conjecture éblouissante de navires et de poissons. Le fait est que même endormi par tel ou tel art magnétique je circule dans l’université des vagues. Il n’y a pas que ces coquillages broyés comme si une planète tremblante annonçait une lente mort, non, avec le fragment je reconstruis le jour, avec le jet de sel, la stalactite, et avec une... [Lire la suite]
Posté par emmila à 15:19 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , , , , , ,