vendredi 14 mai 2010

UN TROU DANS LE CIEL

 La force a renoncé à la force    L'intelligence à l'intelligenceLe vent est venu se coucher Au pied d'une fleur.LUC  BOUSSARD.
Posté par emmila à 18:36 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , ,

vendredi 14 mai 2010

CHANTS DE LA RIVIERE SOUS LA LUNE...Extrait

Face à face la terre   massive, lourde, inassouvie,   frissonnante d'un désir puissant   et la mer si liquide, insaisissable, délavée,   avec ses cambrures, ses gestes, ses organes d'eau,   ses cheveux d'écume   et son haleine d'algue.   Érections minérales, caresses fluides, jaillissements d'embruns,   orgasme éternel   à jamais fécond, à jamais ludique, à jamais pacifié..LUC  BOUSSARD.
Posté par emmila à 18:26 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , ,
vendredi 14 mai 2010

A MI-CHEMIN...Extrait

Nous sommes des solitudes éparsessans jamais briser les barrièresIl me dit  qu'il m'aime et je dis que je l'aimemais je suis toujours seuledepuis bien longtemps..VERONIQUE  TADJO .
Posté par emmila à 18:10 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : ,
vendredi 14 mai 2010

LA PAROLE EN ARCHIPEL...Extrait

La faveur des étoiles est de nous inviter à parler, de nous montrer que nous  ne sommes  pas seuls, que l'aurore a  un toit  et mon feu tes deux mains..RENE CHAR.
Posté par emmila à 18:05 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , ,
jeudi 13 mai 2010

LES REMPARTS ET LA MER...Extrait

Je pousse des cris contre moi-mêmeJ'arrache à ses sanglots mon Espagne profondeJe dis: mère, solitude,lumièreLa nuit seule dans ma voix .. .JEAN SENAC .. .
Posté par emmila à 21:41 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , ,
jeudi 13 mai 2010

OCTAVIO PAZ

Là où s’effacent les chemins, où s’achève le silence, j’invente le désespoir, l’esprit qui me conçoit, la main qui me dessine, l’œil qui me découvre. J’invente l’ami qui m’invente, mon semblable ; et la femme, mon contraire, tour que je couronne d’oriflammes, muraille que mon écume assaille, ville dévastée qui renaît lentement sous la domination des yeux.                                     Contre le silence et le... [Lire la suite]
Posté par emmila à 19:17 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , ,

jeudi 13 mai 2010

TLEMCEN OU LES LIEUX DE L'ECRITURE

VOUS N’AVEZ NI TOUT DIT, comme vous aviez cru l’avoir fait, ni bien dit ce que vous aviez à dire. La déception vous attend toujours au bout. La déception, le désespoir: les sentiments honorables qu’il vous soit donné d’éprouver devant l’œuvre achevée. Tenter à nouveau l’aventure. Vous ne pouvez dès lors échapper à l’appel de l’œuvre à refaire. Qui sera cette fois parfaite. Le désespoir, s’il se met de votre côté, double la mise et, donc, double votre chance. La nouvelle œuvre en arrive, tant qu’on y travaille, même à... [Lire la suite]
Posté par emmila à 18:59 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : ,
jeudi 13 mai 2010

EXODE

Fleur tu t'étonnesDe tant d'attaches à la tigeTes appels à la lumière du cielRosées et goutte de sangdans le miroir de l'étanggrandir est un voyagetout comme fleurirau terme des flétrissures.GARY  AUGUSTIN .
Posté par emmila à 18:30 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , ,
jeudi 13 mai 2010

CONSCIENCE ET ENVIRONNEMENT...Extrait

« La terre… Combien sommes-nous à comprendre cette glèbe silencieuse que nous foulons durant toute notre vie, quand nous ne sommes pas confinés dans des agglomérations hors sol qui nous la rendent encore plus étrangère ? La terre nourricière est parmi les quatre éléments majeurs celui qui n’a pas existé dès l’origine. Il a fallu des millénaires pour que la mince couche de terre arable d’une vingtaine de centimètres à laquelle nous devons la vie puisse se constituer. Univers silencieux d’une extrême complexité, siège d’une activité... [Lire la suite]
Posté par emmila à 17:46 - - Commentaires [1] - Permalien [#]
Tags : , , , ,
jeudi 13 mai 2010

UN SOIR OU LE SOLEIL D'OCTOBRE...Extrait

à Anne Perrier,. Qui te dira comment vieillir Saisir les beaux jours à venir Dans l'or d'un seul mot entendu D'un oiseau dans le cœur Ouvert à tous les temps…   Il chante aussi pour ces jours-ci De linge détrempé De volets rabattus par grand vent Lorsque danse une tendre lumière Qu'on avale à chaque bolée De soupe chaude après la pluie   .   BERNARD  PERROY .    
Posté par emmila à 17:00 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , ,