samedi 3 janvier 2009

LES TOURMENTS ET LES SONGES...Extrait

Je ne suis d'aucune race                 Comme il fallait partir je pris le chemin le plus pur   Tout enfant s'endormir dans les bras du soleil                   yeux grands ouverts lèvres tendues                   les mains nouées autour du coeur   Solliciter tous les dons   (Mais qui me fit cadeau d'un regard sans frontière ... [Lire la suite]
Posté par emmila à 16:11 - - Commentaires [1] - Permalien [#]
Tags : , ,

samedi 3 janvier 2009

ALORS

Alors il n'y avait ni hommes ni femmes,               La seule chair,               Et des ombres coléreuses sur un mur               Qui de temps en temps lançaient un grognement,               Enfouies dans le limon et la pierre,               Et suintantes comme bois torturé     ... [Lire la suite]
vendredi 2 janvier 2009

BREL

Pourvu que nous vienne un homme Aux portes de la cité Que l'amour soit son royaume Et l'espoir son invité Et qu'il soit pareil aux arbres Que mon père avait plantés Fiers et nobles comme soir d'été Et que les rires d'enfants Qui lui tintent dans la tête L'éclaboussent de reflets de fête Que son regard soit un psaume Fait de soleils éclatés Qu'il ne s'agenouille pas Devant tout l'or d'un seigneur Mais parfois pour cueillir une fleur Et qu'il chasse de la main À jamais et pour toujours... [Lire la suite]
Posté par emmila à 19:33 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : ,
vendredi 2 janvier 2009

LE CHERCHEUR D'ABSOLU...Extrait

Le désert, c'est aussi l'apprentissage de la soustrac­tion. Deux litres et demi d'eau par personne et par jour, une nourriture frugale, quelques livres, peu de paroles. Les veillées du soir sont consacrées aux légendes, aux contes, au rire. Le reste appartient à la méditation, au spirituel. Le cerveau met le cap en avant. Nous sommes enfin débarrassés des futilités, des inutilités, des bavardages. L'homme, cette étincelle entre deux gouffres, trace ici un chemin qui s'effacera après son passage. Soustraire, se soustraire ;... [Lire la suite]
Posté par emmila à 19:24 - - Commentaires [1] - Permalien [#]
Tags : , ,
vendredi 2 janvier 2009

EXTRAIT DE LA DECLARATION D'INDEPENDANCE DE L'ETAT D'ISRAËL ( 14 MAI 1948 )

(...) L'État d'Israël sera ouvert à l'immigration des juifs de tous les pays où ils sont dispersés; il développera le pays au bénéfice de tous ses habitants; il sera fondé sur les principes de liberté, de justice et de paix enseignés par les prophètes d'Israël; il assurera une complète égalité de droits sociaux et politiques à tous ses citoyens, sans distinction de croyance, de... [Lire la suite]
Posté par emmila à 18:31 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags :
vendredi 2 janvier 2009

ET JAMAIS NOS EXILS

" Jamais nos exils ne furent vains, jamais en vain nous n'y fûmes envoyés, leurs morts s'étendront sans contrition. Aux vivants de pleurer l'accalmie du vent, d'apprendre à ouvrir les fenêtres, de voir ce que le passé fait de leur présence et de pleurer doucement et doucement que l'adversaire n'entende ce qu'il y a en eux de poterie brisée. Martyrs vous aviez raison. La maison est plus belle que le chemin de la maison. En dépit de la trahison des fleurs. Mais les fenêtres ne s'ouvrent point sur le ciel et l'exil est... [Lire la suite]
Posté par emmila à 17:27 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , ,

jeudi 1 janvier 2009

A L'OCCASION DE LA VISITE DU PARLEMENT DES ECRIVAINS A RAMALLAH EN 2002

  « Mais nous souffrons d’un mal incurable qui s’appelle l’espoir. Espoir de libération et d’indépendance. Espoir d’une vie normale où nous ne serons ni héros, ni victimes. Espoir de voir nos enfants aller sans danger à l’école. Espoir pour une femme enceinte de donner naissance à un bébé vivant, dans un hôpital, et pas à un enfant mort devant un poste de contrôle militaire. Espoir que nos poètes verront la beauté de la couleur rouge dans les roses plutôt que dans le sang. Espoir que cette terre retrouvera son nom... [Lire la suite]
Posté par emmila à 11:38 - - Commentaires [1] - Permalien [#]
Tags : , , ,
mercredi 31 décembre 2008

JEAN-FREDERIC BRUN

S'imbiber sans rien dire dans la terre, entre l'absinthe, le persil sauvage et le ciste, et projeter enfin au cœur de son abîme tout amour  vivre de lumière, de vent et de lassitude. D'un sourire cruel qui me déchire me sevrer enfin. Être l'attente d'un jour nouveau qui verra la colère et la douleur se muer en granit et en schiste. Belle ! Infini fanal de grande clarté ! apaise donc quelque peu ta fureur conquérante ! Cesse de transverbérer mon cœur... [Lire la suite]
Posté par emmila à 00:07 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , ,
mardi 30 décembre 2008

OH MAR

¡Oh, mar!  No digas marejada o chapoteo Porque la blancura Sobre la boca de una perla Dirá lo que tú no dices.   ¡Oh, mar! Sobre el sepulcro del sol que muere! No llores cuando la tarde llegue Porque las nubes ya lloraron Cuando el sol aún era puro espectro.   ¡Oh, mar! No presumas del cielo Que en tus manos está Porque las montañas ya tienen En sus manos los troncos Y no las sombras.   ... [Lire la suite]
Posté par emmila à 23:39 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : ,
lundi 29 décembre 2008

TRIBULATIONS D'UN RÊVEUR ATTITRE

Ce n'est pas une affaire d'épaulesni de bicepsque le fardeau du mondeCeux qui viennent à le portersont souvent les plus frêlesEux aussi sont sujets à la peurau douteau découragementet en arrivent parfois à maudirel'Idée ou le Rêve splendidesqui les ont exposésau feu de la géhenneMais s'ils plientils ne rompent paset quand par malheur fréquenton les coupe et mutileces roseaux humainssavent que leurs corps lardéspar la traîtrisedeviendront autant de flûtesque des bergers de l'éveil emboucherontpour capteret convoyer jusqu'aux étoilesla... [Lire la suite]