dimanche 20 décembre 2009

LE NU PERDU...Extrait

On ne se console de rien lorsqu'on marche en tenant une main, la périlleuse floraison de la chair d'une main. L'obscurcissementde la main qui nous presse et nous entraîne, innocente aussi, l'odorante main où nous nous ajoutons et gardons ressource, ne nous évitant pas le ravin et l'épine, le feu prématuré, l'encerclement des hommes, cette main préférée à toutes, nous enlève à la duplication de l'ombre, au jour du soir. Au jour brillant au-dessus du soir, froissé son seuil d'agonie. . RENE  CHAR . Oeuvre... [Lire la suite]
Posté par emmila à 10:34 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , ,

dimanche 20 décembre 2009

NOIR D'ENCRE...Extrait

je mets du noir de Chine sur les chagrins les doutes les ombres égarées et les parfums étranges sera lavé de brume dans la douce amertume des moments de guerre lasse ... . LUCIE  PETIT . Oeuvre Zao Wu-ki
Posté par emmila à 09:52 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : ,
vendredi 18 décembre 2009

JACQUES ROUMAIN

.  .  Eh bien voilà ; nous autres les nègres les niggers les sales nègres nous n'acceptons plus c'est simple fini d'être en Afrique en Amérique vos nègres vos niggers vos sales nègres nous n'acceptons plus ça vous étonne de dire : oui missié en cirant vos bottes oui mon pé aux missionnaires blancs ou maître en récoltant pour vous la canne à sucre le café le coton l'arachide en Afrique en Amérique en bons nègres en pauvres nègres que nous étions que nous ne serons plus Fini vous verrez bien nos yes Sir oui blanc si Senor et... [Lire la suite]
Posté par emmila à 22:51 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , ,
vendredi 18 décembre 2009

A L'ENCRE BLANCHE...Extrait

Le travail de ne point mourirÀ perte de vue et de peineOccupe l'heure et la semaineEt retient le coeur de courir L'horizon s'essaie et s'effaceAu beau milieu de ce non-lieuOù voyage silencieuxLe Temps qui passe pour l'Espace J'entends tous les bruits qui se turentEt des chevaux et des voituresEt les pas de cent mille hivers Vêtu de gris dur comme ferJe mesure m'use et me dureJe fus jadis un arbre vert . GILLES  VIGNEAULT .
Posté par emmila à 19:26 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , ,
vendredi 18 décembre 2009

ENTRE MARS ET VENUS

L'haleine du futur sur le dos de la main comme une plus claire visitationDoutance du corps au temps confié ô remuement de l'arbre passagerToute chose connaît sa chair à l'approche de l'appeau et de la gluToute chose ainsi qu'une petite bête mouillée qui sécrète son souffleToute chose retirée en la coquille de son refusVoici l'heure où le minéral cherche sa respiration la pierre bouge dans sa peauÔ le cri de l'être arraché de son agonieChacun est pauvre d'une voix que le temps violente Le temps coule sa pâte en chaque fissureLe... [Lire la suite]
Posté par emmila à 18:22 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , ,
vendredi 18 décembre 2009

L'ORTHOGRAPHE

Enfant, je m’endormais sur des K.-O. de rêve», chante le boxeur de Claude Nougaro.Enfant, je m’endormais sur une moisson de certitudes en or. Je savais toujours tout, j’avais toujours tout compris. Plein d’assurance, je naviguais à l’aise parmi les vérités que j’avais arrachées à l’univers simpliste des adultes. Je dois ajouter que j’éprouvais pour eux, les «grands», une certaine commisération.Tout me confortait dans mon sentiment de supériorité.Cela avait dû commencer à la maison lors de ces joutes «bébêtes» où les adultes laissent... [Lire la suite]
Posté par emmila à 18:01 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , ,

vendredi 18 décembre 2009

L'ESPERANCE

Au soleil conquérantAu jour impassibleÀ la nuit silencieuseNe le proclame pas Ce que tu dis, ô toi, fille de l'avenirAux arbres quand vient l'automneAux oiseaux au cœur de l'hiverÀ l'homme lorsque son front se dégarnitÀ la nature dans l'œil du cycloneAu Créateur quand l'homme maudit son nomNe l'annonce à personne Ce que tu dis, ô toi, fleur invisibleÀ nos songes aériensÀ nos vœux immatérielsÀ notre amour impalpableÀ tous nos sentiments sans corpsÀ nos joies et à nos tristessesFigeant fugitivement les heures insouciantesNe le... [Lire la suite]
Posté par emmila à 17:54 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , ,
vendredi 18 décembre 2009

A MAMAN DEDE, MA NOURRICE DE MIRAGOÂNE

Sirata - Foly - Habib Koite ....     ... Tu es là Maman-Dédé ce soir au parfum-paysage de ton pays j'entends ta voix fredonnant la berceuse de mon enfance j'entends tes soupirs-prières murmurés égrenant ton chapelet entre tes doigts de fée ta présence sereine veillant souveraine sur mes premières années Maman-Dédé de rêves endormie à jamais sous le ciel gris de France où tu nous a suivis Claude et moi tes enfants jamais plus tu n'auras l'écho de tes mornes sous terre tu as rejoint notre frère Tony mort ... [Lire la suite]
Posté par emmila à 12:58 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , , ,
jeudi 17 décembre 2009

AROMATES CHASSEURS...Extrait

Un bouquet de thym en décembre, une griffe de sauge après neige, de la centaurée dès qu'elle aimera, un échelon de basilic, la renouée des chemins devant sa chambre nuptiale... Que le ciel, lorsqu'elle sotira, lui donne son vent rapide. . RENE  CHAR .
Posté par emmila à 19:33 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , ,
lundi 14 décembre 2009

FACE A L'EFFROI...Extrait

La mort paraît à tous les visages,somptueuse poussière,lèpre sans recours,rides sur l’écorce, l’eau,la peaucomme signes d’une lettre perdueenvoyée d’une ville sans nom. Qu’est-ce donc qui m’arrêterait ici ?Je suis en voyage : Destination          l’infini ! L’exil n’est pas ailleurs,seulement ici ! Personne de mon passéaux arbres ne s’est arrêté,pas plus aux langes des montagnes,aux ruisseaux,car tout est en marche,rien ne saurait retenir cette viequi, en moi, en appelle à... [Lire la suite]
Posté par emmila à 22:30 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , ,