lundi 5 mai 2008

JOURNAL DE PENSEE...Extrait

« A propos de l’amour : le caractère absolu d’une situation qui n’est plus une situation, parce qu’en elle on ne se situe plus, mais on est; et qui doit instantanément disparaître dans l’être ensemble, donc dans la mise en perspective.Cet absolu se lie au commencement absolu de l’enfant, mais ce dernier le dépasse : aucune vie n’est possible dans l’absolu. Il engendre sa propre relativité. » Hannah Arendt, Journal de pensée .
Posté par emmila à 10:47 - - Commentaires [0] - Permalien [#]

dimanche 4 mai 2008

SORTIR DE LA FAUSSE MORT...Extraits

IL'enfant qui appelle au fond de chacun reste tapi dans l'obscurité de l'abandon.il faudrait le prendre dans les braset lui murmurer la berceuse du retour.Mais non, d'emblée nous avons choisi de ne pas entendre la profondeur de son cri.L'adulte qui ment au cœur de sa viereste sali sous la fausse lumière du pardon. Il faudrait le tirer de sa nuit et lui crier la colère du premier jour. Mais non, longtemps nous avons choiside ne pas rejeter la noirceur de son silence. IINe reste pas immobile, ne dors pas auprès du fantôme, ne... [Lire la suite]
Posté par emmila à 23:19 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
dimanche 4 mai 2008

QUI MANQUE A LA PAROLE

Oublier, c'est aimer :je t'oublie pour te retrouvertu t'éloignes pour que reviennele mystère de ta présenceje te parle et tu me parlespour que s'échappe de nousce qui manque à la parole.Oublier? Le corps n'oublie passes blessures, ses éveils, ses désirsmais veut-il se souvenirde leur secrète source?Oublier, c'est aimer:c'est se fondreau diapason des joursà la mélodie des espacesc'est accepter de ne plus savoirpour connaîtreet de ne plus connaîtrepour exister.Oublier, c'est aimer . ALAIN SUIED . MARIA  AMARAL
Posté par emmila à 23:11 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
dimanche 4 mai 2008

LE POUVOIR DU MOMENT PRESENT

Ne créez plus de souffrance dans le présent Personne n'est tout à fait libéré de la souffrance et duchagrin. Ne s'agit-il pas de vivre avec cela plutôt qued'essayer de l'éviter ? La plus grande partie de la souffrance humaine est inutile.On se l'inflige à soi-même aussi longtemps que, à son insu,on laisse le mental prendre le contrôle de sa vie. La souffrance que vous créez dans le présent est toujours une forme de non-acceptation, de résistance inconsciente à ce qui est. Sur le plan de la pensée, la résistance est une forme de... [Lire la suite]
Posté par emmila à 22:52 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
dimanche 4 mai 2008

SALMO DE LA LOCURA

SeñorDesde siempre has sabidoCuántos kilogramos de inocenciaTengo en salmuera.Tú has visto lo aborrotadaQue está mi alacena de ironía.Tu mano derecha desgranó compasiónCuando aparecióLa séptima flor de locura en mi huerto.Desde siempre has sabidoQue yo soy tu broma más amargaEntonces, bendito Señor, no permitasQue mi risa sea vestidaPor la túnica inconsútil de la raz. . LUIS MIZAR MESTRE .
Posté par emmila à 22:29 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
dimanche 4 mai 2008

PSAUME DE LA FOLIE

Seigneur,Tu sais depuis toujoursCombien de kilogrammes d’innocenceJe garde dans la saumure.Tu as vu comme mon placardÉtait chargé d’ironie.Ta main droite égrenait la compassionLorsque apparutLa septième fleur de folie dans mon verger.Tu sais depuis toujoursQue je suis ta plaisanterie la plus amèreAlors, Seigneur béni, ne permets pasQue mon rire soit vêtuDe la tunique sans couture de la raison. . LUIS  MIZAR  MESTRE . SALVADOR DALI
Posté par emmila à 18:25 - - Commentaires [0] - Permalien [#]

dimanche 4 mai 2008

TU ES MON AUTRE...

Lara Fabian & Maurane - Tu es mon autre  . Ame ou sœurJumeau ou frèreDe rien mais qui es-tuTu es mon plus grand mystèreMon seul lien contiguTu m'enrubannes et m'embryonnesEt tu me gardes à vueTu es le seul animal de mon arche perdueTu ne parles qu'une langue aucun mot déçuCelle qui fait de toi mon autreL'être reconnuIl n'y a rien à comprendreEt que passe l'intrusQui n'en pourra rien attendreCar je suis seule à les entendreLes silences et quand j'en trembleToi, tu es mon autreLa force de ma foiMa faiblesse et ma... [Lire la suite]
Posté par emmila à 14:15 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
dimanche 4 mai 2008

KEROUAC

On était dans les montagnes ; il y avait une merveille de soleil levant, des fraîcheurs mauves, des pentes rougeoyantes, l’émeraude des pâturages dans les vallées, la rosée et les changeants nuages d’or. (…) Bientôt ce fut l’obscurité, une obscurité de raisins, une obscurité pourprée sur les plantations de mandariniers et les champs de melons ; le soleil couleur de raisins écrasés, avec des balafres rouge bourgogne, les champs couleur de l’amour et des mystères hispaniques. Je passais ma tête par la fenêtre et aspirais à longs traits... [Lire la suite]
Posté par emmila à 11:24 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
dimanche 4 mai 2008

LE TESTAMENT

Je lègue à mes amisun bleu céruleum pour voler haut un bleu de cobalt pour le bonheur un bleu d'outremer pour stimuler l'esprit un vermillon pour faire circuler le sang allègrement un vert mousse pour apaiser les nerfs un jaune d'or : richesse un violet de cobalt pour la rêverie une garance qui fait entendre le violoncelle un jaune barite : science-fiction, brillance, éclat un ocre jaune pour accepter la terre un vert Véronèse pour la mémoire du printemps un indigo pour pouvoir accorder l'esprit à l'orage un orange pour exercer la vue... [Lire la suite]
Posté par emmila à 11:17 - - Commentaires [1] - Permalien [#]
dimanche 4 mai 2008

LE BLEU

Avant... le bleu fut la couleur de Déméter, la déesse du blé, de l'Egyptienne Isis, déesse de la magie, et d'Hator, déesse de l'amour. Dans la mythologie égyptienne, le bleu trace une frontière entre le profane et le sacré, et évoque à la fois la nuit étoilée et l'obscurité des eaux primordiales de la création du monde. Les Egyptiens cherchèrent donc des pierres bleues jusqu'en Mésopotamie. Le bleu du lapis-lazuli en a fait une pierre à la spiritualité incontournable de l'histoire de la Mésopotamie, de l'Egypte et de l'ensemble du... [Lire la suite]
Posté par emmila à 11:10 - - Commentaires [0] - Permalien [#]