vendredi 18 avril 2008

LES HERAUTS NOIRS

Il y a, dans la vie, des coups si forts... Moi je ne sais! Des coups comme de Dieu la haine; comme si avant eux le ressac de tout ce qui fut souffert se déposait dans l'âme... Moi je ne sais! Ils sont peu nombreux; mais ils sont... Ils creusent d'obscurs sillons sur le plus fier visage, sur le dos le plus fort. Ils sont parfois les poulains de barbares attilas; ou bien les hérauts noirs que la Mort nous envoie. Ce sont les chutes profondes des Christs de l'âme, d'une adorable foi que le Destin blasphème. Ces coups... [Lire la suite]
Posté par emmila à 11:12 - - Commentaires [2] - Permalien [#]

jeudi 17 avril 2008

UNE ÎLE DESERTE DE L'ESPRIT

En mémoire d'Antonin Artaud Aux pôles de toutes les longitudes et latitudes, Aux méridiens de nulle part, de nul ailleurs, là flotte une île déserte une île de l'esprit en exil, où les étrangers qui ne le sont plus jettent aux orties les malentendus qui les ont faits complètement étrangers dans leurs propres pays. Ne parlant aucune autre langue que le silence intime, les bannis de l'espace intérieur vont avec un langage éloquent de signes - sans mots, sans noms, et dépossédés joyeusement d'eux-mêmes et de leurs... [Lire la suite]
Posté par emmila à 23:19 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
jeudi 17 avril 2008

NAVIGATIONS

Mémoire, un bateau de fous, avec des nuées pour voiles et des ombres pour mâts - pourquoi continues-tu à naviguer sur les eaux inexplorées du passé - désirant ardemment voir des horizons inconnus, des îles dans le brouillard, une étoile pour guider le bateau errant et ses passagers fantômes? Navire des âmes perdues parmi les ombres des falaises géantes de glace éclatante - tous ces visages dans l'orage de la solitude, les batailles avec des ennemis et des amis sans pitié, spectres du temps passé et du temps à venir - O,... [Lire la suite]
Posté par emmila à 23:01 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
jeudi 17 avril 2008

EL SILBO DE LAS LIGADURAS

  ¿Cuándo aceptarás, yegua, el rigor de la rienda ? ¿Cuándo, pájaro pinto a picotazos limpio romperás tiranías de jaulas y de ligas, que te hacen imposibles los vuelos más insignes y el árbol más oculto para el amor más puro ? ¿Cuándo serás, cometa, para función de estrella, libre por fin del hilo cruel de otro albedrío ? ¿Cuándo dejarás, árbol, de sostener, buey manso, el yugo que te imponen climas, raíces, hombres, para crecer atento sólo al silbo del cielo ? ¿Cuándo, pájaro, yegua, cuándo,... [Lire la suite]
Posté par emmila à 22:39 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
jeudi 17 avril 2008

ANDALUCES DE JAEN

  Andaluces de Jaén Andaluces de Jaén Aceituneros altivos decidme en la alma, ¿quién, quién levantó los olivos ? Andaluces de Jaén, Andaluces de Jaén. No los levantó la nada, ni el dinero, ni el señor, sino la tierra callada el trabajo y el sudor. Unidos al agua pura y a los planetas unidos los tres dieron hermosura de los troncos retorcidos Andaluces de Jaén. Andaluces de Jaén Aceituneros altivos decidme en el alma, ¿quién, quién levantó los olivos ? Andaluces de Jaén, Andaluces de Jaén. Cuántos siglos de... [Lire la suite]
Posté par emmila à 22:11 - - Commentaires [1] - Permalien [#]
jeudi 17 avril 2008

NIÑO

  Rueda que irás muy lejos. Ala que irás muy alto. Torre del día eres, del tiempo y del espacio. Niño : ala, rueda, torre. Pie. Pluma. Espuma. Rayo. Ser como nunca ser. Alborear del pájaro. Eres mañana. Ven con todo de la mano. Eres mi ser que vuelve hacia su ser más claro. El universo eres, que gira esperanzado. Pasión del movimiento : la tierra es tu caballo. Cabálgala. Domínala. Y brotará en su casco su piel de vida y muerte de sombra y luz, piafando. Asciende, rueda, vuela, creador del alba y mayo. Alumbra.... [Lire la suite]
Posté par emmila à 22:00 - - Commentaires [0] - Permalien [#]

jeudi 17 avril 2008

LIBERTAD

La libertad, Sancho, es uno de los más preciosos dones que a los hombres dieron los cielos; con ella no pueden igualarse los tesoros que encierra la tierra y el mar encubre; por libertad así como por la honra, se puede aventurar la vida y, por el contrario, el cautiverio es el mayor mal que puede venir a los hombres. . MIGUEL  DE  CERVANTES Fragmento Don Quijote de la Mancha . PABLO PICASSO .
Posté par emmila à 21:47 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
jeudi 17 avril 2008

MORENTE_SUEÑA_LA_ALHAMBRA

MORENTE_SUEÑA_LA_ALHAMBRA
Posté par emmila à 12:32 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
dimanche 6 avril 2008

QUI ES-TU ?

A MON PLUS FIDELE LECTEUR, OU LECTRICE ( Car je pense  plus volontiers que c'est une lectrice...) QUI EST PARFAITEMENT HISPANOPHONE ET DONT LE NUMERO  IP D'ORDINATEUR ( portable ) EST  193.47.80.77  . ( qui serait sympathique de me faire un petit signe....!), CE POEME DE ROBERTO  JUARROZ . Tout communique avec quelque chose.Mais avec quoi communiquentles fleurs qui s’ouvrent la nuit ?Avec quoi communiquela poitrine devenue mon dos ?Avec quoi communiquela césure de la main amputée... [Lire la suite]
Posté par emmila à 18:40 - - Commentaires [2] - Permalien [#]
vendredi 4 avril 2008

INVOCATION A LA LUNE

Lune, O lune! Soleil de la nuit, Qui fais et défais les saisons, Toi dont la toute puissance donne à la Terre Les nuits qui engendrent la fécondité, Toi qui as appris aux gens de la glèbe Les jours propices et les jours néfastes Aux multiples travaux des champs; Lune, toi qui décides des naissances et des éclosions, Toi qui rends la semence stérile ou généreuse, Toi qui fais souffler les brûlants vents nocturnes Desséchant et tuant le cœur des orges tendres, Toi qui fait s'appesantir le manteau des funestes gelées, Nous implorons ta... [Lire la suite]
Posté par emmila à 22:08 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , , ,